Passer au contenu principal

On se donne le go…


Maintenant « libérés des libéraux », nous voilà clairement pognés avec M. Legault. Il avance fièrement jusqu’aux prochaines élections, coure en ligne droite vers la victoire, vers sa réélection.

Le premier ministre du Québec François Legault est un « gagnant ». Il domine partout, sur tous les fronts, dans les sondages, les régions – il règne, quoi. Il est manifestement au sommet de sa gloire et ne s’enfargera même pas dans un débat ou une plausible rencontre éditoriale. 

Vous trouvez que M. Legault a bien géré la pandémie ? Tant mieux. Vous aimez sa binette et sa belle personnalité ? Merveilleux. Vous appréciez le fait qu’il se trompe et qu’il l’avoue ensuite, signe d’un vrai leader ? Parfait. Personne ne pourrait faire mieux ? Allez savoir. Il est vrai que ce n’est pas facile à gérer, un peuple… 

Mais c’est quand même le temps des bilans. Et malgré toutes ses belles qualités, à François Legault, malgré ce « culte de la personnalité » qui lui est voué, force est de constater que, après un mandat seulement, le gouvernement caquiste a contracté la maladie du pouvoir : l’arrogance. Oui, l’arrogance du pouvoir et de la domination. Ça lui sort par les pores de la peau, comme dans le temps des libéraux. Enfin, presque. 

M. Legault a du front, de l’arrogance et de la condescendance tout le tour de la tête, imposant plus souvent qu’autrement sa vision des choses, ses projets de lois et ses gros chantiers « économiques » sans grandes consultations, sans réel égard à l’opposition. Son gouvernement vient à peine de reconnaître la crise du logement qui perdure depuis longtemps et nous arrive, curieusement, à la veille des élections, avec des promesses de financement. 

Et que dire de ces interminables publicités de « pré-campagne », de cette interminable propagande caquiste électoraliste qu’on nous sert depuis des mois ? Pu capable. 

Il faut faire preuve d'« humilité », être à l’écoute des citoyens et s'élever « au-dessus des considérations partisanes », affirmait pourtant M. Legault, le plus modestement possible, en octobre 2018, lors de son assermentation. 

Pfft ! Quelle naïveté de novice tout de même ! Que de belles promesses de nouveau parvenu au pouvoir. Paroles, paroles, paroles… Exactement comme son engagement de réformer le mode de scrutin (comme Justin). On connaît la chanson. On nous prend vraiment pour une belle gang de niochons. 

Libérés des libéraux ? Certainement. Or il faut néanmoins se mobiliser pour contrer cette périlleuse domination caquiste, cette supermajorité que M. Legault veut obtenir. La Coalition avenir Québec pourrait rafler beaucoup, beaucoup (trop) de sièges à l’Assemblée nationale. Et ça, c’est nettement préoccupant. 

Alors donc, chers concitoyens québécois, pour le bien de notre démocratie, et maintenant que la campagne électorale est officiellement lancée, impliquons-nous à fond. Oui, oui, continuons. On se donne le go… pour une solide opposition à l’Assemblée nationale. 


Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en