Passer au contenu principal

Pour en finir avec Cendrillon


Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel, ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17ième siècle. D'ores et déjà, ça commence mal.

En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant Cinderella en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ("très" main, en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie; Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom); Richard Madden, Kit (le « paquet »), le Prince charmant évidemment; l’adorable Sophie McShera jouant Javotte Trémaine, et Holiday Grainger, Anastasie Trémaine, les deux détestables
« demi-soeurs » de Cendrillon - qui n'ont en réalité aucun lien consanguin, étant issues du premier mariage de la « mauvaise mère », mais qu'importe.

Or ce qui saute aux yeux dans ce film réalisé dans un contexte post-crise économique mondiale - outre les usuelles observations psychanalytiques - est sans contredit la division économique qui existe entre les femmes et les hommes. Tous les personnages féminins - Cendrillon, la marâtre et ses deux méchantes filles disgracieuses (avec leurs ridicules accoutrements), voient leur niveau de vie complètement basculé à la suite de la mort du père de Cendrillon (récession économique patriarcale), d'où la subite transformation de Ella en Cinderella - qui dort désormais dans l'âtre, symbole de la « bonne mère » décédée subitement au tout début de la trame narrative. La gentille orpheline-héroïne est complètement démunie, prisonnière du foyer paternel, et même lorsqu'elle quitte la maison à dos de cheval en beau fusil, elle ne s'enfuit pas. Elle va dans les bois, rencontre le beau prince et retourne gentiment à la maison. (« Run Cinderella, run! What the... »)

La seule femme ayant du pouvoir dans l'histoire est la fée-marraine - grâce à sa baguette (phallique) magique - qui relève, cela va sans dire, de la féerie, du fantasme, du voeu pieu, bref, de l'irréel. Autrement dit, il faut rêver les filles, et surtout, attendre patiemment, gentiment et passivement le prince charmant.

Dans le château royal en revanche, là où vivent et travaillent seulement des hommes (le pouvoir machiste, grâce à une profitable relance économique néolibérale patriarcale), des Blancs comme des Noirs (l'acteur britannique Nonso Anozie interprète le rôle du capitaine royal - il y a toujours du progrès du côté des hommes), aucun souci financier ou socio-économique à l'horizon. Au contraire, tout roule comme sur des pneus de Ferrari (ou de Formule E), ça dépense, ça boit, ça chasse, ça pratique l'escrime, et ça organise de belles soirées mondaines pour trouver une jolie épouse-"princesse" au très fortuné prince, dans un décor lumineux, somptueux à souhait et royalement masculin.

Seul germe d'évolution depuis le film d'animation de 1950? La Cendrillon incarnée dit non et confronte la méchante belle-mère, qui, pour la punir, l'enferme (dans sa pauvreté) après avoir cassé son soulier de verre (le gauche, soit dit en passant) contre le mur. Cendrillon 2015, somme toute, exhibe un tantinet plus de cran qu'auparavant, alors que le "courage et la gentillesse" s'exprimaient inexorablement par une soumission silencieuse, voire bienheureuse, s'affairant à ses odieuses et pénibles tâches ménagères de manière exemplaire, soutenue par ses amis les oiseaux et les souris, en chantant et valsant gracieusement, tout en rêvassant secrètement. Le monde merveilleux quoi. (Pour qui au fait?)

Pour le reste, même rengaine merdique et leçon machiste: la femme, pour s'élever économiquement et socialement, doit nécessairement être sauvée par un prince charmant, un riche gentilhomme qui trouvera chaussure à son pied... euh, j'veux dire pied à la chaussure (la droite bien sûr), enfin, vous connaissez la fin de l'histoire. Ils se marièrent et vécurent heureux dans son château à lui, héritage paternel.

Qui a dit qu'on n'arrêtait pas le progrès?

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…