Passer au contenu principal

Pour en finir avec Cendrillon


Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel, ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17ième siècle. D'ores et déjà, ça commence mal.

En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant Cinderella en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ("très" main, en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit (le « paquet »), le prince charmant évidemment, l’adorable Sophie McShera jouant Javotte Trémaine, et Holiday Grainger, Anastasie Trémaine, les deux détestables « demi-soeurs » de Cendrillon - qui n'ont en réalité aucun lien consanguin, étant issues du premier mariage de la « mauvaise mère », mais qu'importe.

Or ce qui saute aux yeux dans ce film réalisé dans un contexte post-crise économique mondiale - outre les usuelles observations psychanalytiques - est sans contredit la division économique qui existe entre les femmes et les hommes. Tous les personnages féminins - Cendrillon, la marâtre et ses deux méchantes filles disgracieuses (avec leurs ridicules accoutrements), voient leur niveau de vie complètement basculer à la suite de la mort du père de Cendrillon (récession économique patriarcale), d'où la subite transformation de Ella en Cinderella - qui dort désormais dans l'âtre, symbole de la « bonne mère » décédée subitement au tout début de la trame narrative. La gentille orpheline-héroïne est complètement démunie, prisonnière du foyer paternel, et même lorsqu'elle quitte la maison à dos de cheval en beau fusil, elle ne s'enfuit pas. Elle va dans les bois, rencontre le beau prince et retourne gentiment à la maison. (« Run Cinderella, run! What the... »)

La seule femme ayant du pouvoir dans l'histoire est la fée-marraine - grâce à sa baguette (phallique) magique - qui relève, cela va sans dire, de la féerie, du fantasme, du voeu pieu, bref, de l'irréel. Autrement dit, il faut rêver les filles, et surtout, attendre patiemment, gentiment et passivement le prince charmant.

Dans le château royal en revanche, là où vivent et travaillent seulement des hommes (le pouvoir machiste, grâce à une profitable relance économique néolibérale patriarcale), des Blancs comme des Noirs (l'acteur britannique Nonso Anozie interprète le rôle du capitaine royal - il y a toujours du progrès du côté des hommes), aucun souci financier ou socio-économique à l'horizon. Au contraire, tout roule comme sur des pneus de Ferrari (ou de Formule E), ça dépense, ça boit, ça chasse, ça pratique l'escrime, et ça organise de belles soirées mondaines pour trouver une jolie épouse-"princesse" au très fortuné prince, dans un décor lumineux, somptueux à souhait et royalement masculin.

Seul germe d'évolution depuis le film d'animation de 1950? La Cendrillon incarnée dit non et confronte la méchante belle-mère, qui, pour la punir, l'enferme (dans sa pauvreté) après avoir cassé son soulier de verre (le gauche, soit dit en passant) contre le mur. Cendrillon 2015, somme toute, exhibe un tantinet plus de cran qu'auparavant, alors que le "courage et la gentillesse" s'exprimaient inexorablement par une soumission silencieuse, voire bienheureuse, s'affairant à ses odieuses et pénibles tâches ménagères de manière exemplaire, soutenue par ses amis les oiseaux et les souris, en chantant et valsant gracieusement, tout en rêvassant secrètement. Le monde merveilleux quoi. (Pour qui au fait?)

Pour le reste, même rengaine merdique et leçon machiste: la femme, pour s'élever économiquement et socialement, doit nécessairement être sauvée par un prince charmant, un riche gentilhomme qui trouvera chaussure à son pied... euh, j'veux dire pied à la chaussure (la droite bien sûr), enfin, vous connaissez la fin de l'histoire. Ils se marièrent et vécurent heureux dans son château à lui, héritage paternel.

Qui a dit qu'on n'arrêtait pas le progrès?

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …