Passer au contenu principal

«Loto-Méno»: Véro, la ménopause et l’autre tabou


Je ne suis pas une fan de Véro, tant s’en faut. Les shows de variété, ce n’est pas ma tasse de thé, et l’animatrice chouchou du grand public, obnubilée par sa propre image, n’a jamais fait vibrer la moindre corde sensible en moi. J’ignorais donc que Véronique Cloutier parle de ménopause et de périménopause depuis des mois, et même des années, sur les tribunes qui lui sont offertes, de même qu’à son émission de radio. 

Car Véronique Cloutier n’est pas seulement une richissime personnalité publique, une animatrice de télévision fort populaire au Québec, la reine de Radio-Canada avec sa propre plateforme Extra, c’est aussi une femme. Et aujourd’hui âgée de 46 ans, Véro parle de sa propre expérience (tumultueuse ma foi), de cette désorganisation hormonale qu’est la préménopause, et c’est tant mieux. 

Dès les premières images de Loto-Méno, l’animatrice tente d'établir un lien avec le monde ordinaire, afin de nous montrer qu’elle est elle aussi une femme comme toutes les autres. On la voit donc promener son chien (dans un chic quartier cossu en passant – « C’est où, ces grosses maisons-là, viarge ! »), plier du linge pis des vêtements dans son salon, et casser des œufs dans sa belle cuisinette qu’elle bat ensuite férocement pour faire une omelette. Attention tout le monde, ça va brasser. Soyez avisés, Véro va parler d’ovaires, d’hormones, de sang, de menstruations. Ataboy. 

Oubliez les thèmes superficiels à souhait, on entre dans le vif d’un sujet profond et complexe ; les organes féminins, la sécheresse vaginale – y a-t-il plus profond qu’une « fissure vaginale » ? –, et le rôle crucial de ces puissants messagers chimiques du corps humain que sont les hormones. Bon, enfin. Faut croire que Véro ni personne dans son équipe n’écoutaient Oprah… 

On apprend néanmoins certaines choses, tout au long de ces trois épisodes, la santé féminine étant encore aujourd’hui, au XXIe siècle, un sujet extrêmement tabou (Utérus et santé utérine). Même la médecine occidentale demeure biaisée, a peu évolué, la recherche médicale portant trop souvent sur les hommes, négligeant ainsi la santé des femmes. 

De manière générale, les femmes ne sont pas écoutées, entendues, considérées, concernant leurs différents symptômes, bref, très peu de choses ont changé. 

Toutes les options d’hormonothérapie féminine ne sont pas non plus couvertes par la RAMQ mais la testostérone, elle, oui. Encore et toujours la norme-testostérone… 

Malgré ses bonnes intentions, Véronique Cloutier n’est ni une scientifique, ni une médecin, ni une journaliste. Alors que ces trois épisodes auraient pu être truffés d’informations et devenir beaucoup plus féministes et socio-politiques, Véro revient à ce qu’elle connait le mieux : elle-même, son conjoint et ses enfants qui apparaissent évidemment à l’écran. Gros malaise. Je n’ai jamais compris pourquoi des gens exposent au grand jour leur vie intime, familiale, sentimentale ou sexuelle devant des caméras, au lieu de s’en tenir au sujet de manière objective. Or même ménopausée, Véro aime et expose toujours Véro. Même nombrilisme. 

Plusieurs diront que la populaire animatrice fait œuvre utile avec ce documentaire, utilise sa notoriété pour une cause publique, pose ainsi un geste politique pour toutes les femmes qui ont chaud. Bravo. Moi je dis qu’il était grand temps… 

Quand on entend la directrice de l’INESSS Sylvie Bouchard dire : « C’est sûr que si je reçois une lettre signée par Véronique Cloutier… », ce n’est vraiment pas rassurant. C’est même abominable pour la science, la rigueur scientifique. Apprendre que des femmes médecins, avec des années de recherche et d'expérience, n’ont pas plus de poids qu’une grosse vedette au Québec auprès de cette institution, c’est extrêmement inquiétant et terriblement insultant pour ces scientifiques. Petite culture misérable du vedettariat dans ce petit Québec. Pitoyable. 

Et tant qu’à y être, faudrait également s’attaquer à l’autre problème soulevé dans cette série documentaire, un autre sujet particulièrement tabou dans les médias : la peur d’être étiquetée « femme vieillissante ». 

Car pour trouver des femmes prêtes à témoigner de leurs expériences, ça prenait, entre autres, des femmes connues, des vedettes et des comédiennes. Or plusieurs d’entre elles ont refusé d’en parler à la télé : « Pour être franche, on a dû faire quelques appels et, généralement, les actrices n’étaient pas très enclines à parler de ménopause parce qu’elles craignaient d’être cataloguées comme femmes vieillissantes. » (Journal de Montréal, 19 juin 2021). 

Même « Marie-Soleil [Michon] a pris le temps d’y penser. Elle a hésité parce qu’elle avait peur qu’on lui appose une étiquette de femme vieillissante en télé. Elle avait peur de perdre des contrats. Mais elle a fini par accepter parce qu’elle n’avait pas envie de contribuer à entretenir le tabou. » 

Voilà une autre réalité cachée des femmes matures dont personne ne parle : le droit de vieillir des femmes. Presque tout aussi préoccupante que la ménopause, cette réalité devrait être abordée dans une autre série documentaire. Et là pourtant, je crois bien que plusieurs femmes du milieu de la télé préféreraient encore parler de bouffées de chaleur et de sécheresse vaginale.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en