Passer au contenu principal

"Ode à la femme", mon œil


La programmation 2018-2019 des Grands Ballets canadiens de Montréal a été dévoilée la semaine dernière. Selon le nouveau directeur artistique, Ivan Cavallari, la prochaine saison sera une « ode à la femme ». Yeah right.

L’art (peu subtil) d’instrumentaliser le mouvement des femmes 
Voilà une autre preuve que la compagnie Les Grands Ballets canadiens de Montréal est bel et bien menée par un Boys Club (voir Faire bouger le monde. N’importe comment.). Une femme au sein de l’équipe de la direction, avec du poids s’entend, aurait dit : « Un instant les mecs, vous êtes complètement dans le champ, et du mauvais côté de l’histoire qui plus est ».

Partir « à la découverte de la femme » serait le fil conducteur de la prochaine saison des Grands Ballets. À la découverte de la femme ? What the fuck... Et ça c’est rien. Faut maintenant s’intéresser à la programmation dans ses détails, toujours pertinents - le diable s'y trouve tout le temps. Encore une fois, vous serez subjugué par beaucoup de beaux mots, mais rien de véritablement substantiel dans les faits. On cherche, on cherche… Mais où sont les femmes en charge, en position de pouvoir, dans tout ce baratin ?

Une seule chorégraphe féminine au programme - bravo les boys -, la britannique Cathy Marston qui s’attaque à L’amant de Lady Chatterly, l’œuvre de D. H. Lawrence, « roman d’amour du début du XXe siècle qui décrit l’intense passion que vivront, aux frontières des classes sociales, une aristocrate et un garde-chasse dans une Angleterre puritaine et industrialisée, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Longtemps interdit de publication, ce roman au parfum de scandale, puissamment érotique et troublant, contribuera à libérer les mentalités et les mœurs. » (1)

Espérons que l’œuvre chorégraphique de Mme Marston aura le même effet sur l’institution québécoise. Ce ballet contemporain serait tellement sensuel apparemment que le spectacle pourrait « ne pas convenir à certains spectateurs ». Madame brasserait-elle la cage de ce monde élitiste et puritain ? On verra bien.

Pour le reste, même rengaine machiste que l’on connaît depuis la nuit des temps. On y retrouve l’annuel Casse-Noisette, Le Lac des cygnes (basé sur un conte du 17ième siècle, ça part mal - à ce propos, consultez Pour en finir avec Cendrillon ou Les pieds écarlates), et Giselle, un autre classique insupportable dans lequel « …la jeune paysanne [qui], trahie par l’homme noble qu’elle aimait, perd peu à peu contact avec la tragique réalité avant de sombrer dans la folie. » Bon, encore une femme qui perd la raison et les pédales. Mais il y en a marre à la fin (La danse, la folie et les femmesHistoires de folles et de génies).

Et à la toute fin de la saison 2018-2019, les Grands Ballets présenteront la cerise sur le sundae, le « grand moment de la saison » invraisemblablement, le spectacle de clôture intitulé Femmes*, rien de moins. Chorégraphié par qui ? Trois hommes... C’est du beau. Et pas trois chorégraphes québécois, non, non, deux français et un britannique. Car, le saviez-vous, l’institution québécoise est devenue une grosse entreprise internationale financée notamment par le peuple québécois. C’est-y pas beau l’expansion au nom de la mondialisation mais au détriment des talents d'ici ?

« Le ballet est une femme », y lit-on. Oui, certainement. Une femme exploitée et manipulée de tous bords tous côtés, jadis courtisane de luxe, instrumentalisée par la monarchie et l'aristocratie de l’époque, et, plus près de nous, par les fédéralistes, dès l'arrivée de la Commission Massey en 1949 notamment - Commission royale d’enquête sur l’avancement des sciences, des arts et des lettres au Canada cherchant à contrer l'invasion culturelle américaine en utilisant, entre autres, la danse, question de parler un seul et même langage universel, et donc non-verbal, idéal pour les deux solitudes d’un océan à l’autre de leur beau Canada. (Notons au passage que ce sont ces mêmes Grands Ballets canadiens qui importent aujourd’hui la culture américaine sur notre territoire via leur Centre « national » de danse-thérapie, sans oublier l’hypocrisie de prétendre au « mieux-être » des individus d’un côté, tout en exigeant des standards corporels bien précis de l’autre. Mais bon, tout ça c’est un autre dossier… Tiens donc, il est justement ici: Scandale culturel – dossier).

Mais qui, au Québec, ose critiquer les Grands Ballets publiquement ? Même Le Devoir, seul quotidien qui parle encore de danse, publiait récemment un article sur « cette programmation où les femmes sont d’abord vues que comme muses », mais celui-ci, étrangement, n’est pas signé, en plus d'être bien timide.

Pour ma part, j’vais m’gêner là ? Non monsieur. Mon nom est Sylvie Marchand, et non, je n’ai pas fini de décrier le sexisme et l’arrogance du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Il serait grand temps de révolutionner cette vieille institution au nom de la collectivité et de l'innovation sociale. Fini le nombrilisme et l'internationalisation, les garçons.

Faut cesser de « découvrir » les femmes, et surtout, d’instrumentaliser leurs mouvements d’émancipation. Que diriez-vous, en lieu et place, de vous tasser, de les laisser diriger, chorégraphier, bref, être les maîtresses de la maison, histoire de voir à quoi ressemblerait une vraie programmation féministe en ballet classique au 21ième siècle. Quoi ? On a bien le droit de rêver. Et maintenant, non ?

Féministe tant qu’il le faudra ! Souverainiste tant qu’il le faudra. Et activiste itou.
----
(1) Extrait du site internet des Grands Ballets canadiens de Montréal.

*Notez que suite à la controverse, les Grands Ballets ont modifié leur texte et le titre du spectacle qui devait s'appeler Femmes. Continuons à parler haut et fort, mesdames et messieurs.

Pétition en ligne...  NON à l'américanisation de la danse-thérapie au Québec !

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en