Passer au contenu principal

Les autruches


Plusieurs citoyens ont cessé de regarder les points de presse du trio gouvernemental au Québec. Ils en avaient marre, apparemment, des interminables questions « négatives » des journalistes. Tous des rabat-joies.

Voilà ce qu’on peut lire un peu partout ces jours-ci. Celles et ceux qui posent des questions, qui exigent des comptes, vérifient les faits et les données qui nous sont présentés ou encore nous présentent la dure réalité des CHSLD sont juste des « casseux de party », des gens négatifs, pessimistes, sombres.

À écouter plusieurs de mes concitoyens, faudrait cesser de tout remettre en question, avaler la pilule gouvernementale qu’on nous sert sur une base régulière, la digérer en silence, docilement.

Faudrait absolument rester positif. Faudrait rire et danser, halluciner des papillons, des licornes et des arcs-en-ciel, tout en se répétant nonchalamment « ça va bien aller » …

Même qu’ils sont fort nombreux à vouloir « Laissez danser le Dr Arruda ». À lire les commentaires, moi, pourtant ex-danseuse professionnelle et danse-thérapeute, je ne serais qu’une « pisse-froid » moralisatrice. Car l’Horacio Show, avec son gros ego, j’en ai rien à cirer, vous voyez. Même que je trouve ça très déplacé. Même que ça signale un sérieux manque de jugement.

La vie doit continuer, dites-vous ? Évidemment que la vie continue. Et donc les drames aussi justement. Est-ce si difficile de les reconnaître, de les souligner, de les regarder en face et de se calmer le pompon pendant quelques semaines ?

Or le peuple québécois, c’est bien connu, aime rire, que dis-je, ADORE rire. C’est notre véritable religion, du moins celle qu’on pratique régulièrement. On a même des festivals du rire, une école nationale de l’humour, des humoristes à la pelletée, bref, il faut rire à tout prix, dans ce presque-pays, s’amuser, relaxer, chiller, même si nos chiffres et nos statistiques de la COVID-19 sont désastreux, reflétant une terrible et honteuse réalité, distincte au Québec, soit dit en passant, par rapport au « reste du Canada ».

Mais qu’importe les drames et les tragédies qui se déploient partout, nos torts comme peuple, comme société, encore aujourd’hui, en pleine crise sanitaire, au beau milieu d’une pandémie, faudrait se divertir, rire, danser, cesser de poser des questions, faire confiance aveuglément, jouer à l’autruche, se mettre la tête dans le sable, pendant que des gens souffrent ou, pire, tombent comme des mouches.

Ne pas voir, ne pas savoir, ne rien entendre… Il est alors beaucoup plus facile de faire comme si cela n’existait pas, de s’en laver les mains, de reprendre tranquillement son petit train-train quotidien.

Ça s’appelle le déni, chers amis, un puissant mécanisme de défense, inconscient la plupart du temps, mais pas forcément, qui sert à maintenir, voire à justifier le confort et l’indifférence… (Tiens, ça me fait penser à notre absence d’indépendance.)

Seulement, le rire est également l’envers du cri. Peut-être avons-nous tant besoin de rire et de danser pour éviter de ressentir la douleur, l’angoisse et la terrible souffrance qui accablent notre peuple en ce moment.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en