Passer au contenu principal

La richesse spatiale


C’est l’une de mes nombreuses obsessions, depuis toujours, celle-là : l’espace. 
Je rêve sans cesse d’espace. De plus d’espace, de silence, de tranquillité. Je cherche, entre autres choses, un sanctuaire à moi, un havre de paix pour vivre, travailler, créer. Je cherche un appartement à Montréal, en pleine crise du logement. C’est insupportable, lamentable, désagréable. 

Je me promène pourtant dans la ville et vois tous ces espaces désertés. Des tours à bureaux vides d’employés, des locaux commerciaux abandonnés, de multiples espaces de travail inexploités. J’ai juste envie d’entrer, de squatter la place, d’y faire le ménage, d'y travailler pis de peinturer. Ah oui, je désire aussi un atelier. 

Tout ça, c’est de la richesse qui dort en silence.

Espace et expansion 

Plus t’es riche, dans la vie, plus tu peux t’offrir de l’espace. Une grosse maison avec une cour pis une piscine à Rougemont, a big mansion in Senneville, Westmount ou Outremont, un chalet en Estrie ou dans les Laurentides, des terrains, des champs, des écuries, diverses propriétés, sans oublier les innombrables options de voyages. Tu peux ainsi explorer plus d’espace encore, différents espaces, les conquérir, peut-être même les exploiter. 

Les richissimes peuvent également parcourir l’espace lui-même, aller faire un tour dans l'espace comme dans l’atmosphère, à bord d’une belle fusée splendidement phallique, ou encore planifier un voyage interplanétaire, afin d’aller sur Mars et, possiblement, d’y rester. Why not coconut. Allez-y donc. Ça libèrera peut-être quelques terriens de cette façon. 

Tous ces espaces commerciaux vides et disponibles, au centre-ville de Montréal, m’énarvent au plus haut point. Cela m’est totalement insupportable à voir, pénible à regarder. Ce sont là, à mes yeux, beaucoup de ressources et de richesses inexploitées, du potentiel qui dort tristement en silence, alors qu’il y a tant à faire, tant de demandes d’espace, tant de besoins pour se loger, se nourrir, vivre et travailler. 

Je sais, pas besoin de me le dire, je vis bel et bien, moi-même, sur une autre planète, la planète Utopie. J’en suis parfaitement consciente, soyez sans crainte. Je vois trop souvent, partout, des possibilités pour de grands changements, de possibles projets de collaboration, de coopération, du développement de communes, de jardins et de communautés, des lieux remplis de potentiel, d’art et de beauté. 

Mais en attendant ce grand jour de déménagement et, on l'espère, de grand déploiement, à défaut d’avoir de l’espace (de même que la paix et la tranquillité), il faut bien chercher et rêver. Sinon, que reste-t-il, autre que le désespoir dans un espace étriqué.

----- 
Photo : S. Marchand, « La richesse spatiale dort dans ce local d’Hochelag », espace commercial abandonné placardé d’images, Montréal, 5 nov. 2021

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an