Passer au contenu principal

Le mépris, chers amis...


Le mépris envers les gens pauvres et défavorisés est immense. Vous avez besoin d'un autre bel exemple ? La chronique de M. Patrick Lagacé Les édentés (La Presse, 19 mars 2021). Quel texte méprisant !

Du haut de sa notoriété, de ses multiples tribunes, grisé par son immense pouvoir et son influence alpha, M. Lagacé regarde les autres de haut, les méprise ardemment, tel un tout-puissant : « Ta place dans la société, c'est de faire de la figuration. Les petits boulots dont personne ne veut, à des salaires minables pour des gens qui ne te voient pas. »

Le chroniqueur vedette, tout en citant de belles études en psychologie pour bien ancrer sa lâcheté et son manque total d'empathie, fait aussi de jolis raccourcis. La pauvreté économique et la pauvreté d'esprit, même combat. Les pauvres, autrement dit, sont des imbéciles plus ou moins heureux qui ne savent ni lire ni écrire tout en faisant des doigts d'honneur à la société.

 « C'est un échec social, ces milliers de Québécois complotistes. »

L'art de cracher sur les petites gens qui n'ont pas eu la même chance, les mêmes opportunités que lui, des êtres qui, bien souvent, ont été négligés, abandonnés ou maltraités durant leur enfance. Et comme le Québec compte beaucoup d'enfants maltraités et d'édentés - on édentait les gens auparavant pour leur donner un dentier comme cadeau de mariage -, M. Lagacé pourra continuer à mépriser les gens sans être aucunement dérangé.

Car monsieur Lagacé, lui, ne fait pas de « figuration » dans la vie. Non, il brille de tous ses feux, sur ses nombreuses tribunes, entre autres, dans son boys club en bleu à la radio, où l'on parle de la Journée internationale des femmes... entre hommes. Quelle hypocrisie. 

Mais où est la compassion, la compréhension, l'ouverture d'esprit ?

Et entre un complotiste et un bully dans une société, lequel devrait-on choisir ?

Le mépris, chers amis, le mépris.


Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an