Passer au contenu principal

Papa Legault et la société-enfant


« Legault nous a enlevé Noël ! », a lancé la brigadière à un homme quinquagénaire sur l’avenue Van Horne – (je me tiens aussi dans Outremont, toé Chose, pas juste dans Hochelag !) Ils ont commencé à discuter ensemble, c’était pas mal enflammé. 

C’était d’ailleurs sur toutes les lèvres, jeudi et vendredi derniers : Noël, Noël, Noël ! 

« Quoi ? Noël est annulé ?! » 

Ouais. Papa Legault a dit non. Après des semaines de tergiversations, de « contrat moral » avec la population, d’interminables questions des journalistes sur les rassemblements, le nombre possible d’adresses, de participants, de multiplications, de décorations, de chiffres exponentiels et toute le kit, papa Legault a tranché : On n’a pas été assez fins ces dernières semaines, on n’a pas eu de bons résultats au bulletin COVID-19. Fini, Noël ! 

Infantilisée de tous bords tous côtés, la société-enfant boude présentement dans son coin, pas contente de la décision de papa Legault. 

Vraiment ? Vous êtes surpris, chers amis ? Vous ne voyiez pas ça venir depuis le mois d'octobre ? 

Et en même temps, avez-vous réellement besoin que le premier ministre du Québec vous dise quoi faire pour vous protéger, vous tenir loin de la COVID et de son interminable propagation ? Vous n’êtes pas capables de faire vos propres choix, de prendre vos propres décisions, selon votre situation ? 

Permettez-moi de le (re)dire, j’en ai rien à cirer, de Noël, et ce depuis belle lurette. Vous savez combien de gens seuls ne célèbrent pas Noël, faute de famille ? Combien de personnes au Québec passent des Fêtes plates à mort anyway, chaque année, faute d’argent, de moyens financiers ? Pour ma part, j’ai arrêté de les compter. 

Mais ce que l’on remarque surtout, c’est qu’on n’a pas cessé de chialer, ces derniers mois, de médire et de diaboliser tous ces gens qui se rassemblaient au nom de la religion (les fêtes juives, sikhs et les autres), mais là, pour la fête de Noël, étrangement, c’est différent. Pour la société québécoise pseudo-catholique qui désire un État laïc (j’en suis), Noël, ça passe encore. Ce n’est pas pareil, c'est même nécessaire, c’est notre fête à nous… 

D’ailleurs, m’a-t-on rouspété dernièrement, Noël n’est plus vraiment « une fête religieuse » – i.e. une fête chrétienne pour célébrer la naissance du Christ –, mais bien un rituel familial, une tradition. 

Vrai, c’est devenu depuis longtemps un rituel commercial qui amène les gens à surconsommer vulgairement, à se ruer vers les centres commerciaux comme des bêtes sauvages afin de se rassembler dans leurs maisonnées grassement décorées pour se donner des cadeaux et, par la même occasion, s’échanger des becs, des poignées de main, des germes, des bactéries et, peut-être, un coronavirus… 

Donc, si j’ai bien compris, pour les autres religions, leurs pratiquants qui, eux, croient vraiment à leurs fêtes religieuses, à sa valeur symbolique et à leur dieu, c’est mal, mauvais, méchant et même très irresponsables de leur part de se rassembler, mais pour la société-enfant pseudo-catholique ultra-consommatrice qui veut des beaux cadeaux emballés achetés entre autres sur Amazon, c’est ben correct. 

Vive la logique, le nombrilisme, la crise climatique et la société laïque. Mais « Jésus vous aime » pareil.

***

P.S. : Notez, chers abonnés, que ce blogue est une plateforme offerte par Blogger qui appartient à Google. Ils ont changé leur interface récemment et il y a plusieurs bogues, entre autres, le téléversement de photos est impossible, ce qui me met en beau fusil ! (Je vous avais pondu quelques petites chroniques avec photo à l’appui, d’la marde !) Aussi, Blogger/Google envoie parfois des « vieux » textes de façon totalement aléatoire, je n’y suis pour rien, que voulez-vous, même si vous m’en voyez bien désolée. Un jour, un jour!, on passera enfin aux choses sérieuses : Sacrer notre camp d'icitte !

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an