Passer au contenu principal

Je suis nationaliste



Après l’attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, en janvier 2015, les gens sont sortis en masse dans la rue pour affirmer haut et fort : Je suis Charlie. C’était une façon claire de se montrer solidaire, de soutenir la liberté d’expression, tant des journalistes que des artistes, comme de toutes celles et ceux qui désirent prendre la parole d'ailleurs.

Depuis, tout y est passé. On a arrosé le concept « Je suis » à toutes les sauces. Je suis ceci, je suis cela, j’ai même vu, dernièrement, cette publicité de parfum « Je suis Watier », car, selon les « marketeux » et les experts-comptables de chez Watier, « on doit tous se l’approprier » (lire, acheter leur produit à 85$ la bouteille de 50 ml).

« Wow, ai-je pensé devant la chic affiche noire chez Johny Coutu, on a vraiment le droit de tout être aujourd’hui, même une odeur, un parfum… »

On a le droit de TOUT être, en effet, sauf nationaliste. Or je suis nationaliste, et non, cela ne fait pas de moi une raciste.

Le nationalisme québécois 

À quel moment dans notre histoire récente, le mot nationaliste est-il devenu synonyme de raciste ? Sincèrement, j’aimerais qu’on m’explique... Est-ce seulement parce que j’en ai rien à faire du multiculturalisme à la Trudeau sans identité claire, malléable à toutes les modes qui passent et donc vulnérable aux différents courants d'air, de pensée et le reste ?

Nationalisme : « Doctrine, mouvement politique fondé sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome »

Là encore, je ne lis rien, dans cette définition, qui exclut d’entrée de jeu quiconque désireux de faire partie de cette communauté qui souhaite former une nation autonome.

Il semblerait, selon le chroniqueur Richard Martineau, qui cite pour sa part le journaliste britannique David Goodhart, que je suis en fait une « enracinée » (c’est-à-dire quelqu’un qui tient à son identité, à ses racines ainsi qu'à ses valeurs québécoises) qui lit, écoute et considère néanmoins l’opinion des « déracinés » (selon sa liste à lui) tout comme des « enracinés » …

Soit. S’il le faut, on peut certainement changer les mots. Si on est rendus là et que cette nouvelle terminologie rend les enjeux plus clairs, plus nets, allons-y, appelons-nous alors des « enracinés », moi, je n'ai rien contre.

Mais au final, le fond de l'affaire demeure pas mal le même, non ? En gros, certains d'entre nous tenons toujours à nos racines québécoises (i.e. nationalistes), tout comme à notre fleur de lys et à notre parfum collectif unique. Faudrait-il se l’approprier, ou encore se le réapproprier celui-là ? 

***

OUI, à nouveau, allons-y avec les mots du grand René Lévesque (1922-1987) :

« Peut-être finirons-nous, à la fin des fins, par comprendre que, sans un pays à nous, nous ne serons jamais autre chose que de braves petits coloniaux de l’intérieur. » (Chroniques politiques)

-----
(Photo : S. Marchand, Montréal, déc. 2019)

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an