Passer au contenu principal

Ordre vs désordre (2)


En plus de l’ordre public, social, sociopolitique, etc., on retrouve également, dans l’histoire de la médecine, les concepts d’« ordre » et de « désordres » internes du corps humain, en particulier, vous l’aurez compris, celui de la femme.

Ordre et désordres corporels 

En Occident, la santé est essentiellement définie par l’absence de maladie. On utilise même l’expression le « silence des organes » pour désigner « l’absence de maladie, d’infirmité ». (1) Dit autrement, lorsque l’individu apparaît en bonne santé, tout semble « en ordre » dans le corps, les organes sont alors « tranquilles », « silencieux ».

À l’inverse, la maladie, elle, est un signal que le corps s’agite, que les viscères, les humeurs ou encore les organes eux-mêmes s’excitent, « parlent » ou bien « se déplacent » dans le corps. C’est pour ainsi dire le désordre interne. Soulignons, à ce propos, que le mot disorder, en anglais, sert à désigner un trouble de la santé perturbant l’état stable (ou homéostasie) de l’organisme humain.

Pendant des siècles, par exemple, on a cru que la fièvre était une possession du corps par le Mal, ou encore un être habité par un « esprit animal », qu’il fallait expulser, chasser du corps souffrant, grâce à l’exorcisme, aux bains de glace, aux douches froides, ou quelques rituels invraisemblables.

De même, on croyait que l’épilepsie, en raison des convulsions du corps durant la « crise épileptique », était une forme de possession de l’individu par un esprit démoniaque. On distingua dès lors le grand mal du petit mal. On sait aujourd’hui qu’il s’agit plutôt d’une condition ou d'une affection neurologique.

L’hystérie, elle, une théorie qui trouve ses origines dans l’Égypte ancienne, stipulait pour sa part que l’utérus était alors en mouvement dans le corps, provoquant par-là même des « crises hystériques ». (À propos de la notion de « femme dérangeante » en médecine, vous pouvez consulter Une femme qui dérange est forcément dérangée.)

On appelait également les femmes « hystériques », des « convulsionnaires », ou encore des « hystéro-épileptiques », en raison de la « crise hystérique » causée par l’utérus en déplacement ou bien « l’ovaire », provoquant rien de moins qu’un accès émotionnel incontrôlable.

Similairement, l’irrégularité des menstruations pouvait être à l’origine d’un désordre intellectuel – affligeant les femmes seulement évidemment. Pour illustrer, dans les archives d’un fameux asile français, on peut y lire : « Angélique Lainé 18 ans est revenue du désordre intellectuel causé par l’irrégularité de sa menstruation. » (2)

Pour contrer ces « agitations », donc, ces spasmes, ces convulsions, ces « soulèvements » internes du corps, les aliénistes (comme on appelait alors les médecins traitant les maladies mentales) exerçaient toutes sortes de méthodes et de traitements servant à restreindre les mouvements internes et externes indésirables, entre autres, l’immobilisation du corps, le carcan, le fouet ou encore l’enchaînement.

La Salpêtrière : femmes dérangeantes et autres indésirables 

Bien connue dans l’histoire de la médecine et de la psychanalyse, la Salpêtrière fut le plus grand lieu d’enfermement des femmes, en France, au XVIIe et XVIIIe siècle, jusqu’à l’arrivée de Philippe Pinel (1745-1826) et de Jean-Martin Charcot (1825-1893).

C’est sous l’ordre du Roi-Soleil, en mai 1657, que débuta le grand internement des aliénés et des indésirables de la cité. On enferma les indigents, les mendiants, les invalides, les incurables, les insolents, bref, toutes celles et ceux qui perturbaient le regard des aristocrates et, possiblement, l’ordre public.

Les hommes furent envoyés à Bicêtre, les femmes, elles, à la Salpêtrière. Entre 1721 et 1789, on dénombre 120 241 entrées de femmes dans les archives de l’asile, sorte de prison pour folles, femmes dérangeantes, indociles, homosexuelles et autres impertinentes.

Pour contrer leurs différents désordres, et ainsi mettre fin aux agitations, aux « crises convulsionnaires et hystériques », on prônait la contention des corps, des membres comme des organes, par l’application d’aimants, l’électrothérapie, le cachot, « l’isolement des folles agitées », l’enchaînement (jusqu’à l’arrivée de la camisole de force), ou encore la compression des ovaires. Oui madame.

On fouettait également les femmes atteintes de maladies vénériennes, la syphilis notamment, que l’on appelait alors le « mal de Naples » – puisqu’on prétendait qu’il s’agissait d’une maladie contractée à l’étranger. (Notons au passage, qu’en Italie, eux, ils nommaient cette maladie le « mal de France », car, cela va sans dire, le Mal provient toujours de l’Autre, de l’étranger, porteur du corps étranger.)

De même, la régularité des règles était importante, voire primordiale, à l’ordre interne global. L’artiste française Mâkhi Xenakis, qui s’est immergée dans les archives de l’asile, écrit, dans son ouvrage (sans ponctuation), Les folles d'enfer de la Salpêtrière (2004) :

« la régularité des règles chez les folles est nécessaire 
fondamentale en cas de dérèglement l’hydrothérapie 
encore permet de soulager le corps de dégager 
les trop-plein de sang on l’immerge totalement 
dans une eau variant de trente à trente-cinq degrés 
pendant une période pouvant durer jusqu’à 
douze heures on peut aussi pratiquer des saignées 
placer des sangsues sur les cuisses 
la vulve parfois les sangsues s’engouffrent 
au fond des sexes on les récupère alors 
à l’aide de jets d’eau salée » (3) 

Qui plus est,
« quand leur force les trahit ou que l’indignation 
leur laisse échapper quelques mouvements 
quelques paroles de colère on les fouette 
on leur passe au cou un collier de fer fixé à un poteau 
et pendant une journée entière droites immobiles 
qu’elles grelottent ou qu’elles étouffent 
elles endurent la peine du carcan 
sinon on les met dans les malaises 
petits cachots dans lesquels on ne peut tenir debout » (4) 

Car une femme debout, en colère et agitée dérange non seulement l'ordre machiste des choses, mais est certainement une « folle à lier ».

Or, fait particulièrement intéressant, quelques années plus tard, Charcot fit la découverte de « l'hystérie virile » (ou masculine). Ces hommes étant considérés pour leur part « loin d'être dangereux pour la société », l'hystérie entra « au contraire dans l'"ordre" médical des choses ». (5)

***

« Il me reste, Messieurs, à établir que ce point particulier où réside la douleur iliaque des hystériques correspond au siège même de l’ovaire, et j’aurai par là rendu très vraisemblable, sinon démontré d’une façon absolue, que le corps ovalaire, douloureux, d’où partent les irradiations de l’aura hystérique spontanée ou provoquée, est bien l’ovaire lui-même. »

« La compression de l’ovaire est un moyen préventif, un moyen aussi d’avoir la paix : ce n’est pas du tout un moyen de guérison. »

– Jean-Martin Charcot* [1825-1893]. L’hystérie (Privat, 1971)

(*Neurologue français et fondateur de la neurologie contemporaine, Charcot, qui enseigna à l’École de la Salpêtrière et humanisa graduellement les traitements réservés « aux folles », fut également le « Maître » de Sigmund Freud (1856-1939). Même si ce dernier ne passa que quelques mois avec lui, lors d'un stage à Paris, Charcot eut une influence indéniable sur les travaux de Freud, et éventuellement, la naissance de la psychanalyse.)
-------
(1) Élisabeth Roudinesco, « Charcot, Babinski, Clovis Vincent », dans Folies à la Salpêtrière : Charcot, Freud, Lacan (2015).
(2) Xenakis, M. (2004). Les folles d'enfer de la Salpêtrière. Arles: Actes Sud, p.139-140.
(3) Idem, p.151-152.
(4) Ibid., p.47.
(5) Charcot, J.M. [1825-1893]. (1984). Leçons sur l'hystérie virile. Paris: Le Sycomore.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en