Passer au contenu principal

Le problème avec la Grande Bibliothèque


Il a beaucoup été question, ces derniers temps, des différents problèmes que rencontre la Grande Bibliothèque, ou Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), située à Montréal : les punaises dans les fauteuils, le financement de l’établissement, l’abolition des expositions, l’achat de nouveaux livres, de cartes et de documents, etc.

Or, un problème majeur avec cette superbe institution dont nous sommes très fiers que personne ne semble relever, encore moins corriger : l’absence de silence. Eh oui, le bruit y est effarant.

Il fut un temps, au Québec, comme ailleurs dans le monde, durant lequel entrer dans une bibliothèque publique était aussi sacré que de mettre le pied dans une église. C’est fini, ce temps-là, chers amis. Fini, le silence et l’attitude révérencieuse envers les livres, le savoir, la lecture, la connaissance.

La Grande Bibliothèque ressemble aujourd’hui, malheureusement, à une énorme foire de quartier, un immense café où tout le monde peut jaser, socialiser, parler, tant sur leur maudit cellulaire qu’avec leurs amis à côté, et discuter ainsi à voix haute comme bon leur semble, sans oublier les insupportables sonneries de téléphone et autres gadgets électroniques : bip, bip, bip…

Ça parle, ça rit, ça crie, ça courre dans les escaliers, ça s’installe confortablement dans les fauteuils, voire carrément par terre sur le tapis, comme s’ils étaient chez eux, dans leur salon. Parfois, le bruit provient des employés eux-mêmes… Mais où sont passés les chuchotements occasionnels nécessaires du bon vieux temps ? Vous rappelez-vous c’est quoi, chuchoter dans une bibliothèque ?

Si le silence est d’or, alors la Grande Bibliothèque aurait grand intérêt à investir dans cette denrée rare. Ce serait un réel enrichissement pour tous les usagers. En d’autres mots : Vos gueules ! On lit, sapristi !

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en