Passer au contenu principal

Les boys



Je faisais encore la touriste dans ma ville, me promenant sans but précis, dans le Vieux-Montréal cette fois-ci, lorsqu’une voix intérieure m’a dit de me retourner. C’est là que je les ai aperçus, ils étaient là, flamboyants, au coin de la rue.

Cela a été plus fort que moi et, sans trop savoir pourquoi, j’ai commencé à les suivre et à les chasser avec mon appareil photo comme une vraie paparazzo - ne cherchez pas, docteure, c’est dans la tête et les entrailles. Les boys, eux, semblaient apprécier, jouaient aux vedettes avec leurs beaux costumes et leurs lunettes fumées.

Quinze hommes, mesdames et messieurs - quinze ! -, des touristes anglophones sortis de je ne sais trop où, portant chacun un costume particulièrement coloré : l’un avec des imprimés de dollars américains, l'autre avec des bonhommes Mario, un autre à l’effigie de Batman, un en léopard, des couleurs pétantes, des palmiers, des ananas, des bananes, avouez…

Une femme est apparue à mes côtés, on marchait ensemble tout en commentant l’événement. On jacassait en français, on riait. Fort, mettons.

« Je pense que vous vous foutez de notre gueule, mesdames, là, non ?, a lancé l’un d’eux, fort sympathique.
- Pas du tout, monsieur, on vous admire, lui ai-je répondu. On trouve ça beau, nous autres, des gars colorés, des hommes originaux avec des beaux costumes.
- Non, non, je pense plutôt que vous riez de nous autres !
- Mais non, pas du tout, je vous dis. Vous êtes beaux comme des cœurs ! »

On rigolait de plus belle.

Après deux coins de rues, « les hommes colorés », comme je les avais surnommés, semblaient complètement perdus. Ils ont fini par ralentir le pas, s’arrêter quelque part avant de s’adresser « at the lady from Montreal ». Ils cherchaient un bar, de la boisson, une direction. J’en ai profité pour leur tirer à nouveau le portrait avant de les envoyer du côté du Vieux-Port. « Allez voir notre fleuve en passant, les boys, le fleuve St-Laurent... »

C’est plus fort que moi, je me mêle rarement de mes affaires, surtout s’il se passe quelque chose d’étrange, hors de l’ordinaire, en marge de la vie, en lisière de ce peuple endormi.

Je ne comprends pas les gens qui font comme si de rien n’était, qui ignorent, ne disent rien, passent tout droit. Moi, je ne peux pas. Je fonce dans le tas, j’interviens, j’interroge, je pose des questions : « Il y a une occasion particulière pour ces costumes, messieurs ? »

Ils m’ont longuement niaisée quant à la réponse. Je crois qu’ils ne voulaient pas dévoiler leur secret de mâles attroupés. Ils ont inventé des trucs, l’anniversaire de l’un ou de l’autre, mais qu’importe, j’ai l’habitude. Or je ne perds jamais une occasion de narguer une gang de boys ensemble quelque part, voire m’obstiner avec eux, j’adore.

Ça me rappelle le bon vieux temps avec mon grand frère pis sa gang de chums… Ils faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour me faire rager quand j'étais jeune, et moi, comme une belle truite, je mordais, je sortais mes grands discours de féministe en devenir.

Plusieurs croient encore qu’être féministe signifie qu’on déteste les hommes. Mais pas du tout. J’adore les hommes, j’haïs leurs privilèges tout naturels, automatiques, ce n’est pas du tout pareil.

J’aime discuter avec des hommes, intelligents préférablement, ou tout le moins sympathiques. J’aime aussi me prendre la tête avec eux, débattre, les narguer, les baver, les écœurer, gentiment s’entend, en leur en mettant plein la gueule avec des arguments… même si, généralement parlant, ils n’écoutent rien et font à leur tête.

Mais là, les gars colorés m'ont écoutée. Ils ont pris le bord du fleuve. Ça faisait un maudit boutte que c'était arrivé... « You have a nice day », m'a lancé l'un d'eux. C'était déjà fait.

-----
Photo : Bibi, « The Colorful Boys », Vieux-Montréal, 7 juin 2019.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an