Passer au contenu principal

La chute


Cette année-là, ils furent nombreux à s’enlever la vie, tous de la même manière, plongeant ainsi dans les profondeurs abyssales de la mort. Ce qu’ils avaient tous en commun, ces hommes, outre cette chute fatale, était sans doute leur vision tranchée et intransigeante du monde.

Mon grand frère faisait partie du nombre, l’un de ces hommes qui, en 2014, mit fin à cette souffrance qui lui rongeait l’existence en se précipitant dans le vide de sa métropole. Quelque vingt étages plus tard, tout était fini.

Durant les mois qui suivirent son décès, les édifices et les gratte-ciels m’apostrophaient furieusement un peu partout dans la ville. Je développai également, pendant cette période fort sombre de ma vie, une obsession pour les articles de presse relatant ces multiples histoires de bankers et de brokers qui se suicidaient ça et là, tant à New York, à Londres, au Japon, qu’ailleurs dans le monde. Certains journalistes américains parlaient même de « contagion de suicide » dans le milieu boursier – entre autres exemples, Is there a suicide contagion on Wall Street? (Fortune, fév. 2014). Après des mois de fouille acharnée sur le sujet toutefois, je cessai abruptement de parcourir le Web à la recherche de nouveaux cas.

Or si vous parlez à ces gens qui travaillent à Wall Street, « in the fucking Big Apple » se targuerait d’ajouter mon frère, ou si vous rencontrez ces banquiers, ces bandits à cravates, dans leur milieu de travail, comme je le faisais parfois lorsque je visitais mon frère dans sa glorieuse et toujours prestigieuse Manhattan, vous réalisez très vite (surtout si vous êtes une « pauvre artiste » insignifiante d’approche humaniste) que non seulement vous n’avez absolument rien en commun avec ces gens, mais surtout qu’ils opèrent religieusement selon une vision eugéniste du monde - évoquant des métaphores impliquant tantôt de petits poissons, de gros poissons et de fins requins dévorant ou écrasant sauvagement leurs compétiteurs en chemin -, tout en se délectant grassement de dictons à la con qu’ils aiment répéter en boucle, à l’instar d’un mantra ou d’un leitmotiv menant droit au « succès » qu’ils ont défini pour eux-mêmes, comme Buy Low & Sell High, Get Rich or Die Trying, ou encore, Make It or Die

Comprenez-moi bien, j’aimais énormément mon grand frère, peut-être plus que tout au monde, particulièrement lorsque j’étais une enfant. Idéalisé, il m’apparaissait alors comme le « plus meilleur » des grands frères, le plus beau, le plus fin, le plus intelligent, généreux, fantastique, name it, à mes yeux, il possédait toutes les qualités et talents du monde.

Devenus adultes toutefois, nos chemins s’éloignèrent brusquement et à la vitesse de l’éclair. Je détestais profondément ce qu’il faisait dans la vie (et vice-versa), considérant tous ces courtiers de Bear Stearns, Goldman Sachs, JPMorgan et les autres, de véritables et authentiques escrocs professionnels, diplômés de l’université par-dessus le marché, ravageant impunément le monde entier avec leurs bulles d’air hypothécaires, leurs stock exchanges à quart de point, leurs hedge funds, leurs subprimes, leurs derivatives et autres factices et ridicules spéculations basées sur de minces et fragiles statistiques et formules mathématiques qui tiennent à un fil, transigées sur le dos du pauvre monde. Mais s’il y a une cenne à faire, tu te dois d’être le premier sur le chantier… In this game, you’re either a big winner or a fucking loser. 

Notre relation s’envenima donc progressivement, devenant de plus en plus tortueuse, tumultueuse, nos visions du monde ne pouvant être plus aux antipodes l’une de l’autre. On s’engueulait sur plusieurs sujets, à propos de tout et de rien. La vérité est que toutes ces disputes n’auront servi strictement à rien. Pulvérisées, il n’en reste aujourd’hui que de la poussière, des larmes et des cendres. Et ma seule consolation demeure de savoir que mon grand frère aura pour le moins réalisé son rêve de toujours, in New York City, the city that never sleeps. If you can make it there… you know, on connait la chanson.

Ce n’est pas Wall Street qui a tué mon grand frère, ou même son rêve américain, les quelque cent heures de travail acharné par semaine, la performance à tout prix, l’overachievement, la croissance économique exponentielle, l’avidité, l’argent, beaucoup, beaucoup d’argent, le manque de sommeil, le surmenage, l’épuisement, le burn-out, la dépression, tant économique que nerveuse, ou même cette « épidémie » de suicide observée dans le secteur financier depuis quelques années. C’est sans doute un mélange de tout ça, et certainement, cela ne fait aucun doute dans ma tête, cette perception binaire, réductrice et erronée du monde qui consiste à croire que, dans la vie, on est soit on top of the world… ou bien mort tout en bas.

***

« Parfois ils vous entraînent dans leur chute. Parfois ils se contentent de saccager votre existence en vous gardant simplement quelques heures avec eux. »
- Jean-Paul Dubois, dans Le cas Sneijder (Éditions de l’Olivier, 2011)

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an