Passer au contenu principal

Un 15 mars sur Terre...


Les jours passèrent et se ressemblèrent péniblement, avec, toujours, ce merdique sentiment d’impuissance au ventre qui vous rogne l’âme, l’espoir et ce reliquat de survie.

Puis est arrivé vendredi. Vendredi 15 mars, oui. Enfin, « un peu d’air pur dans toute cette marde », comme dirait Falardeau.

« So-so-so, solidarité ! Sau-sau-sau, sauvons la planète ! » 

Ils sont beaux, ces jeunes, tout de même. Beaux, sensibilisés, informés, concernés. Ils ont aussi beaucoup d’énergie. Jamais je n’avais vu une manif avancer si vite. Leurs pas étaient fermes, rapides, déterminés. Presque militaire, cette marche, mais dans la gaieté, la joie, les cris. Tassez-vous de d’là, ils arrivent.

Des dizaines de milliers d’étudiant-es, des profs, des parents, des citoyennes et des citoyens du monde, et même des touristes, ont joint ce mouvement, cette marche mondiale pour le climat. Beaucoup de jeunes, cela va sans dire, des moins jeunes aussi et des pas mal moins jeunes également. Des francos, des anglos, des allos. Ça souriait, tout ce beau monde semblait fort content d’être là. Fuck toute, à commencer par l’école, c’est l’heure de la manif...

« On a fait nos devoirs. À vous de faire les vôtres », disait une pancarte. Une autre, elle : « Refroidissons le réchauffement » - bonne idée. Et puis, « Il n’y a pas de planète B », « Urgence climatique et sociale – Urgence mondiale », et j’en passe, des vertes et des vraiment mûres.

Les slogans volaient de partout et de plus bel, les décibels dans le tapis. Ça scandait par groupuscules. Ça criait, man, ça criait, et pas à peu près. Ils ont de la voix, les jeunes : « À qui la rue ? À nous la rue ! » … « À qui la Terre ? À nous la Terre ! » … « Crions plus fort pour que personne ne nous ignore ! » … « So-so-so, solidarité ! Sau-sau-sau, sauvons la planète ! » … Amenez-en des projets, ils en ont plein. Ils sont prêts à changer le monde, eux, les pancartes griffonnées sur carton recyclé et vieilles affiches électorales entre les mains.

Une marée humaine, oui, c’est ce que j’ai vue. Une vague humaine parsemée de chiens ici et là - « Oh ! ’Ga le beau pitou ! » -, des policiers aussi (non, non, pas de mauvais jeux de mots ici), des gens costumés, des originaux, un gars avec son masque à gaz, d'autres en bicycles, un en monocycle, des chevaux aussi - oui, oui, la police montée fermait la marche avec sept gigantesques et superbes bêtes noires - « Oh ! J’veux un cheval aussi ! » Il y avait également quelques politiciens, et une couple d’« espions », ces gens qui infiltrent les manifs, mais passons.

Et puis, à un moment donné, toé Chose, le bouchon… « Qu’est-ce qui se passe, messieurs ? C’est qui, au juste, qui est là ? », demandais-je à deux hommes qui observaient la scène avec intérêt depuis un certain temps.

Eh bien, savez-vous qui est devenue une méga-vedette auprès des jeunes, causant un énorme bouchon sur Berri, juste en face de la gare centrale, pu moyen d’avancer ??

(Roulement de tambour svp…) Manon Massé ! Oui, je vous le dis, Manon Massé, la superstar.

Vous souvenez-vous de l’époque durant laquelle, dans le Centre-Sud, ses pancartes étaient constamment vandalisées, et elle, ridiculisée ? Moi si. J’habitais le quartier. J’ai même déjà marché avec elle sur St-Denis, en jasant tout bonnement de choses et d’autres, personne n’avait interrompu la conversation. Aujourd’hui, c’est autre chose. Elle en a fait du chemin, depuis, Mme Massé, ses gardes du corps à ses côtés.

Et en observant ces jeunes criant d’extase autour d’elle, prenant des selfies, les décibels toujours dans le tapis, j’ai pensé : « Hum… Plusieurs de ces jeunes voteront aux prochaines élections. Ça sent la prochaine vague orange… Ça sent le tsunami ? »

Mais peut-être était-ce simplement ces minces rayons du soleil qui me tapaient sur la tête, provoquant par-là même de soudaines hallucinations olfactives… « On verra, on verra », comme dirait l'autre.

***
Fil de presse...
Marée humaine pour le climat dans les rues de Montréal 
Plusieurs milliers d'élèves ont manifesté à travers le Québec pour le climat 
Grande marche à Montréal pour le climat… 
De Paris à Montréal… 
13 pancartes drôles…

Documentaire Reconquérons notre avenir de Mario Jean.
Vidéo « Crions plus fort pour que personne ne nous ignore » du Devoir.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an