Passer au contenu principal

Les narcissiques sont parmi nous (3)


J’ai arrêté de les compter. J’ai également cessé de prendre des notes mentales concernant ces gens fascinés, obnubilés, hypnotisés par leur propre image. Il y en a trop. Ils sont partout. Partout, tout le temps, constamment.

Dans le métro l’autre jour, par exemple, une jeune femme a passé le trajet au grand complet à se regarder la binette sur son téléphone intelligent, en vidéo, sorte de miroir portatif vivant, mouvant - la joie sans doute. J’observais la dame qui, elle, se regardait sur son téléphone. Je te regarde, tu te regardes. Ça s’arrête pas mal là. Pas d’échanges possibles, pas de communication non plus. C’est le nombrilisme qui prime.

J’ai pensé, pendant un moment, que peut-être cette femme souffrait en réalité d’anxiété, et que cette image d’elle-même, familière, rassurante, voire apaisante, était comme avoir quelqu’un qui la raccompagnait jusqu’à la maison. Allez savoir, je ne lui ai pas demandé.

Une autre femme, elle, a passé huit stations de métro - je suis débarquée avant elle, malheureusement - à se contempler sur son cell, à replacer ses longues mèches de cheveux ou encore à les balancer dans tous les sens, pour leur donner du volume - comme une vraie mannequin professionnelle vous savez -, pour ensuite prendre multiples photos d’elle-même, de jolis selfies oui, avec des trucs et des machins pour se rendre plus belle, plus drôle, plus intéressante, plus attrayante : une photo d’elle avec des oreilles de chat, une autre avec des oreilles de lapin, ou en princesse avec sa belle couronne de perles, et autres bébelles qui dépassent largement mon entendement. J’imagine que c’est une application « super le fun », ce truc. J’en conviens, je ne connais rien là-dedans.

J’observais la dame, donc, qui, elle, se regardait sur son téléphone. Le mec de l’autre côté du wagon aussi la regardait. Je te regarde, tu te regardes, il te regarde lui aussi. Ça s’arrête pas mal là. Là encore, pas d’échanges possibles. Que de belles images d’un « moi, moi, moi » qui passent dans l’espace-temps, tant dans le réel que le virtuel. De l’égo en double qui plus est.

Il y avait également cet homme, récemment, qui, lui, parlait à son ami dans le métro tout en contemplant son propre reflet dans la porte d’en face. Il se trouvait beau et très intéressant. Il parlait fort, paraissait fier comme un roi, replaçait sans cesse, lui aussi, ses mèches de cheveux pour être bien sûr qu’elles soient au bon endroit. Le spectacle auquel j’assistais, assisse confortablement sur mon banc, me fascinait au plus haut point, à la fois qu’il m’épouvantait, m’inquiétait sérieusement.

Car non seulement on ne fait de Révolution avec un grand R avec des gens qui se regardent inlassablement la face dans un miroir ou un équivalent, mais en plus, il faut savoir que, dans l’histoire, dans la mythologie grecque, Narcisse en meurt.

En effet, Narcisse, qui tomba amoureux de son reflet dans les eaux du Styx, resta là indéfiniment, contemplant sa propre image, désespéré de ne pouvoir jamais l’atteindre, la rattraper, et finit ainsi par en périr, succombant à son amour-propre.

Narcisse signifie également sommeil, et le narcissisme n’est pas seulement un trouble mental affectant sérieusement la présidence des États-Unis en ce moment - comme nombreux tyrans à travers le monde d’ailleurs -, c’est aussi une affliction grave et dangereuse qui mine les bases mêmes de la démocratie.

Car pendant que tout le monde dort au gaz et se regarde lamentablement la face dans leur miroir portatif, s’aimant grassement et sans rougir, pendant que tout le monde se prend en photos, comme « l’honorable » Justin Trudeau, les plus puissants, eux, sévissent sans scrupule, s’enrichissent sans aucune limite. La faim dans le monde atteint des niveaux préoccupants, et les 26 plus riches détiennent autant d'argent que la moitié de l'humanité.

Plus préoccupant encore, la mobilisation citoyenne demeure impossible, figée, elle aussi, dans sa propre image, la contemplation de son petit moi.

« Hélas ! Hélas ! », dirons-nous comme Écho ? Encore faudrait-il que quelqu’un se réveille et lève les yeux de son téléphone prétendument intelligent.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an