Passer au contenu principal

Rebelle-de-jour


Chaque matin, au réveil, il est minuit moins quinze secondes. Chaque matin, au réveil, je me lève sur un pied de guerre, mue par ce sentiment d’urgence. Comme une vraie forcenée, je me précipite sur les nouvelles fraîches à la recherche de signes avant-coureurs annonçant l’arrivée d’une rébellion, d’une révolution plus ou moins tranquille, d’un soulèvement imminent. Rien.

Parfois, j’accoure vers le centre-ville de Montréal pour voir de mes propres yeux s’il n’y aurait pas des manifs quelconques ou d’imposantes protestations que les médias auraient choisi d’ignorer. Là encore, rien. Au contraire, tout le monde semble heureux d’exister. Ça se promène allègrement sur la Ste-Cath, insouciant peut-être ou parfaitement inconscient, qu’en sais-je. Ça papote, ça rigole, ça magasine en masse, ça mange de la crème-à-glace, ça se regarde inlassablement la face sur leur téléphone vraiment intelligent, et ça boit d’immenses cafés Starbucks, leur prénom glorieusement écrit sur leur grosse tasse en carton (oui, vous l'aurez deviné, fuck Starbucks).

En voyant tout cela, on se dit que c’est étrange tout de même puisque nous vivons tous sur la même planète, mais qu’il n’y a sans doute rien à comprendre ni même d'explication, et que, encore une fois, c’est juste moi qui capote. « Bon, c'est quoi le problème maintenant ? Tu cherches encore la chicane ? », me répète-t-on depuis des lunes.

La crise du pétrole s’en vient pourtant, la planète périclite, des gens crèvent de faim sur tous les continents, les baleines meurent les viscères remplis de plastique, le pays d’à côté régresse à vue d’œil (les États-Unis, pas le Canada), des enfants sont toujours séparés de leurs parents, des méga-entreprises contrôlent l’information et engloutissent les revenus publicitaires des journaux locaux, et Netflix était de surcroît le commanditaire du tapis rouge de la soirée du cinéma québécois – Quoi ? C’est une farce ? Même pas. C’est du sérieux.

Certains citoyens ne savent toujours pas qu’il y aura des élections au Québec le 1er octobre prochain, d’autres ignorent absolument tout de ce qui se passe à l’extérieur de leur bulle, leur cellulaire d’une main et leur ridicule Bubble Tea de l’autre. D’autres encore, des francophones en l’occurrence, vivent presque exclusivement en anglais, heureux d’habiter « enfin » dans l’ouest de la ville.

Chaque soir je meurs aussi. Comme cette fleur qui ne vit qu’un jour, la rebelle en moi se fane, s’éteint, déçue de n’avoir pu combattre quoi que ce soit, encore aujourd’hui. C’est un sommeil lourd et opaque qui m’emporte loin dans la nuit, où je fais pratiquement toujours le même rêve, voire cauchemar… si au moins je pouvais en parler à mon ancien psychanalyste.

Au bout de la nuit, la rebelle éphémère se lève à nouveau sur un pied de guerre, habitée par ce même sentiment d’urgence. Et ça recommence. Et puis c’est reparti mon kiki. Une guerrière sans réel champ de bataille où aller revendiquer et scander fièrement ? Quelle perte de temps. Qu’arrivent les élections que mon peuple sorte enfin de ses gonds... Ou suis-je seulement en train de rêver en couleur moé là.
***
« Aujourd’hui, le boxeur enlève ses gants, défait ses bandages, fait craquer ses jointures. Sans espoir mais avec détermination, il sort un crayon. Un boxeur avec un crayon, quelle perte d’énergie ! »
- Pierre Falardeau, La liberté n’est pas une marque de yogourt


Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en