Passer au contenu principal

Des hommes et des livres: le mouvement #metoo


Les médias parleront bientôt de « l’anniversaire » du mouvement #metoo/moiaussi. Et avant que les dégâts ne se poursuivent, mettons tout de suite une chose au clair. Cette vague de dénonciations des agressions ou inconduites sexuelles n’est pas née en octobre 2017, suite à l’affaire Harvey Weinstein, quoi qu’en disent ou écrivent certains. C’est l’Afro-Américaine Tarana Burke qui en est l’instigatrice, et ce, bien avant la déferlante qui suivit l’affaire du monstre d’Hollywood. Seulement, l’attention médiatique a drastiquement changé lorsque les « glamourous » vedettes du cinéma hollywoodien ont joint leur voix au mouvement.

Depuis, comme on l’avait prédit, les gros noms ont continué de tomber en grand nombre puisqu'il ne s'agissait là que de la pointe de l’iceberg. Et nombreuses victimes demeureront sans doute toute leur vie dans le silence, car non, ce n'est pas une mode, être branchée ou même « dans le vent » que de reconnaître une agression, de la nommer et de dénoncer un agresseur.

Or il semblerait que plusieurs hommes sont toujours sous le « choc », et même qu’il ne serait pas facile d’« être un homme » depuis l’essor du mouvement #metoo/moiaussi – à ce propos, lire notamment la chronique de Mario Girard, De la déprime à la réguine.

Eh bien, à tous ces hommes, nous leur souhaitons d’abord la bienvenue sur la planète Terre. Voilà déjà quelques siècles que les femmes parlent de leur condition féminine, dénonce le patriarcat, le pouvoir intrinsèque de l’homme blanc, intelligent ou pas, créatif ou non, ainsi que les nombreux abus dont elles sont directement victimes, mais qui écoutait véritablement.

Et à tous ceux (et celles) qui se sentent aujourd’hui déboussolés, perdus, désorientés, ou qui confondent encore séduction avec prédation, ou « drague lourde » avec abus de pouvoir (physique, psychologique, sexuel, socio-économique, ou autre), sachez qu’il existe quelques livres qui sont sortis depuis, dont l'excellent essai de Raphaël Liogier* qui explique l’essence même du mouvement ainsi que sa racine profonde : Descente au cœur du mâle - De quoi #metoo est-il le nom? (Les Liens qui Libèrent, 2018). Ce que tout homme (et femme) devrait savoir, en quelques 138 pages, rédigées par un homme, blanc, sociologue de surcroît - rien de menaçant donc, en plus d’être fort éclairant. (Si quelqu’un pouvait en envoyer un exemplaire à Gilbert Rozon et à son ami Laurent Ruquier, ce serait vachement apprécié.)

Une partie du bouquin traite d’ailleurs d’un de mes sujets préférés, l’image de la femme dans les contes de fées, dans l’attente perpétuelle de son prince charmant (pu capable), à la source, malencontreusement, de nombreux ballets, films, opéras, etc., qui devraient franchement être balayés, sinon revisités, comme le fait la chorégraphe africaine Dada Masilo, qui présentera à la rentrée une Giselle féministe. Ataboy. (À propos du sexisme qui règne en ballet classique, vous pouvez consulter Pour en finir avec Cendrillon, Les pieds écarlates et « Ode à la femme », mon œil.)

En parlant de La Belle au bois dormant, l’auteur précise l’essence même du conte : « Elle donne une image de la femme fragile, délicate, passive, qui s’endort dans l’attente de son prince charmant sans même le savoir. Pendant cent ans. Autant dire une éternité moins une étreinte. Tout comme Blanche-Neige ou Cendrillon, la Belle au bois dormant n’a de valeur que celle que l’homme lui confère royalement. L’amour du prince est volontaire. L’amour de la pauvrette, de la souillon, ou de la délicate qui se pique avec un fuseau, est, à l’inverse, toute réceptivité. Il l’aime. Elle, en revanche, se contente de tomber amoureuse, de tomber littéralement dans ses bras qui la saisissent et la soulèvent. Il est actif. Il la saisit. Elle est comblée. Il la comble. Elle est passive, passionnée et offerte. » (1) 

La femme passive, donc, réceptive, voire simple réceptacle, qui ne sait pas ce qu’elle veut, ce qu’elle désire (encore moins sexuellement), représente, depuis la nuit des temps, l’incarnation de la femme désirable, la femme idéale se montrant inéluctablement fragile, démunie, incapable, muette, mieux encore, endormie.

Et c’est sans doute cette réalité de femme active, exigeante, combattante, allumée, désireuse, capable de parler, de riposter, qui sait définitivement ce qu’elle veut (et ce qu’elle ne taira plus sous aucun prétexte) qui rend le réveil de certains hommes si brutal. Bienvenue dans la vraie réalité.

*** 

« Les femmes ne demandent pas à être protégées par les hommes – elles savent assez quelles limitations de leur liberté cela entraîne -, mais à être respectées sans condition. » (2) 


« Nietzsche a très justement enseigné que la violence sourd du sentiment d’impuissance. De la peur de ne pas être à la hauteur. D’être dépassé par l’autre. De sorte qu’on s’arrange pour l’exclure préventivement de la compétition, afin de ne pas avoir à se mesurer directement à lui. Tel est le mécanisme du racisme. Tel est le machisme profond. » (3)
-----
(1) Liogier, R., Descente au cœur du mâle – De quoi #metoo est-il le nom?p.42. 
(2) Ibid., p.32. 
(3) Idem, p.95. 

* Raphaël Liogier en entrevue à Plus on est de fous, plus on lit!

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an