Passer au contenu principal

Pour en finir avec Cendrillon


Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel, ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17e siècle. D'ores et déjà, ça commence mal.

En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant Cinderella en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ("très" main, en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit (le « paquet »), le prince charmant évidemment, l’adorable Sophie McShera jouant Javotte Trémaine, et Holiday Grainger, Anastasie Trémaine, les deux détestables « demi-soeurs » de Cendrillon - qui n'ont en réalité aucun lien consanguin, étant issues du premier mariage de la « mauvaise mère », mais qu'importe.

Or ce qui saute aux yeux dans ce film réalisé dans un contexte post-crise économique mondiale - outre les usuelles observations psychanalytiques - est sans contredit la division économique qui existe entre les femmes et les hommes. Tous les personnages féminins - Cendrillon, la marâtre et ses deux méchantes filles disgracieuses (avec leurs ridicules accoutrements) -, voient leur niveau de vie complètement basculer suite à la mort du père de Cendrillon (récession économique patriarcale), d'où la subite transformation de Ella en Cinderella - qui dort désormais dans l'âtre, symbole de la « bonne mère » décédée subitement au tout début de la trame narrative. La gentille orpheline-héroïne est complètement démunie, prisonnière du foyer paternel, et même lorsqu'elle quitte la maison à dos de cheval en beau fusil, elle ne s'enfuit pas. Elle va dans les bois, rencontre le beau prince et retourne gentiment à la maison. (« Run Cinderella, run! What the... »)

La seule femme ayant du pouvoir dans l'histoire est la fée-marraine - grâce à sa baguette (phallique) magique - qui relève, cela va sans dire, de la féerie, du fantasme, du voeu pieu, bref, de l'irréel. Autrement dit, il faut rêver, les filles, et surtout, attendre patiemment, gentiment et passivement le prince charmant.

Dans le château royal, en revanche, là où vivent et travaillent seulement des hommes (le pouvoir machiste, grâce à une profitable relance économique néolibérale patriarcale), des Blancs comme des Noirs (l'acteur britannique Nonso Anozie interprète le rôle du capitaine royal - il y a toujours du progrès du côté des hommes), aucun souci financier ou socio-économique à l'horizon. Au contraire, tout roule comme sur des pneus de Ferrari (ou de Formule E); ça dépense, ça boit, ça chasse, ça pratique l'escrime, et ça organise de belles soirées mondaines pour trouver une jolie épouse-"princesse" au très fortuné prince, dans un décor lumineux, somptueux à souhait et royalement masculin.

Seul germe d'évolution depuis le film d'animation de 1950 ? La Cendrillon incarnée dit non et confronte la méchante belle-mère, qui, pour la punir, l'enferme (dans sa pauvreté) après avoir cassé son soulier de verre (le gauche, soit dit en passant) contre le mur. Cendrillon 2015, somme toute, exhibe un tantinet plus de cran qu'auparavant, alors que le "courage et la gentillesse" s'exprimaient inexorablement par une soumission silencieuse, voire bienheureuse, s'affairant à ses odieuses et pénibles tâches ménagères de manière exemplaire, soutenue par ses amis les oiseaux et les souris, en chantant et en valsant gracieusement, tout en rêvassant secrètement. Le monde merveilleux quoi - (pour qui au fait ?)

Pour le reste, même rengaine merdique et leçon machiste : la femme, pour s'élever économiquement et socialement, doit nécessairement être sauvée par un prince charmant, un riche gentilhomme qui trouvera chaussure à son pied... euh, j'veux dire pied à la chaussure (la droite bien sûr), enfin, vous connaissez la fin de l'histoire. Ils se marièrent et vécurent heureux dans son château à lui, héritage paternel.

Qui a dit qu'on n'arrêtait pas le progrès ?

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en