Passer au contenu principal

Pour en finir avec Cendrillon


Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel, ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17ième siècle. D'ores et déjà, ça commence mal.

En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant Cinderella en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ("très" main, en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie; Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom); Richard Madden, Kit (le « paquet »), le Prince charmant évidemment; l’adorable Sophie McShera jouant Javotte Trémaine, et Holiday Grainger, Anastasie Trémaine, les deux détestables
« demi-soeurs » de Cendrillon - qui n'ont en réalité aucun lien consanguin, étant issues du premier mariage de la « mauvaise mère », mais qu'importe.

Or ce qui saute aux yeux dans ce film réalisé dans un contexte post-crise économique mondiale - outre les usuelles observations psychanalytiques - est sans contredit la division économique qui existe entre les femmes et les hommes. Tous les personnages féminins - Cendrillon, la marâtre et ses deux méchantes filles disgracieuses (avec leurs ridicules accoutrements), voient leur niveau de vie complètement basculé à la suite de la mort du père de Cendrillon (récession économique patriarcale), d'où la subite transformation de Ella en Cinderella - qui dort désormais dans l'âtre, symbole de la « bonne mère » décédée subitement au tout début de la trame narrative. La gentille orpheline-héroïne est complètement démunie, prisonnière du foyer paternel, et même lorsqu'elle quitte la maison à dos de cheval en beau fusil, elle ne s'enfuit pas. Elle va dans les bois, rencontre le beau prince et retourne gentiment à la maison. (« Run Cinderella, run! What the... »)

La seule femme ayant du pouvoir dans l'histoire est la fée-marraine - grâce à sa baguette (phallique) magique - qui relève, cela va sans dire, de la féerie, du fantasme, du voeu pieu, bref, de l'irréel. Autrement dit, il faut rêver les filles, et surtout, attendre patiemment, gentiment et passivement le prince charmant.

Dans le château royal en revanche, là où vivent et travaillent seulement des hommes (le pouvoir machiste, grâce à une profitable relance économique néolibérale patriarcale), des Blancs comme des Noirs (l'acteur britannique Nonso Anozie interprète le rôle du capitaine royal - il y a toujours du progrès du côté des hommes), aucun souci financier ou socio-économique à l'horizon. Au contraire, tout roule comme sur des pneus de Ferrari (ou de Formule E), ça dépense, ça boit, ça chasse, ça pratique l'escrime, et ça organise de belles soirées mondaines pour trouver une jolie épouse-"princesse" au très fortuné prince, dans un décor lumineux, somptueux à souhait et royalement masculin.

Seul germe d'évolution depuis le film d'animation de 1950? La Cendrillon incarnée dit non et confronte la méchante belle-mère, qui, pour la punir, l'enferme (dans sa pauvreté) après avoir cassé son soulier de verre (le gauche, soit dit en passant) contre le mur. Cendrillon 2015, somme toute, exhibe un tantinet plus de cran qu'auparavant, alors que le "courage et la gentillesse" s'exprimaient inexorablement par une soumission silencieuse, voire bienheureuse, s'affairant à ses odieuses et pénibles tâches ménagères de manière exemplaire, soutenue par ses amis les oiseaux et les souris, en chantant et valsant gracieusement, tout en rêvassant secrètement. Le monde merveilleux quoi. (Pour qui au fait?)

Pour le reste, même rengaine merdique et leçon machiste: la femme, pour s'élever économiquement et socialement, doit nécessairement être sauvée par un prince charmant, un riche gentilhomme qui trouvera chaussure à son pied... euh, j'veux dire pied à la chaussure (la droite bien sûr), enfin, vous connaissez la fin de l'histoire. Ils se marièrent et vécurent heureux dans son château à lui, héritage paternel.

Qui a dit qu'on n'arrêtait pas le progrès?

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…