Passer au contenu principal

Aimé, et son chien Hercule


Par ici, dans l’est de la ville, il ne se passe pas grand-chose. Mais le secret le mieux gardé du quartier se trouve bien souvent au marché Hochelaga-Maisonneuve, là où se rassemblent habituellement une gang de retraités et d’autres p’tits vieux, autour de l’unique table du mail, question de jaser, de siroter un café et de racler quelques gratteux à l’air climatisé. Et si vous connaissez son horaire habituel particulièrement précis, vous trouverez alors Aimé, un homme confiné à sa chaise roulante électrique, avec son compagnon Hercule, un shih tzu bicolore de 8 ans, confortablement installé sur ses cuisses.

Chaque fois que je les vois, je me fais un devoir de sortir Hercule au parc à côté, question de le faire marcher un brin, de faire ses besoins, et, avouons-le, j’adore les chiens. « C’est qui le plus beau chien ici, hein ? C’est qui ? ... Ah oui, hein mon beau… ah oui… c’est Hercule ! »

Et si vous prenez le temps, Aimé, que ses camarades de la place surnomment affectueusement Mé, vous parlera de lui, de sa vie, parfois péniblement, surmontant avec beaucoup d’effort un important problème d’élocution.

Car Aimé vit avec une moitié de corps, l’hémicorps droit paralysé depuis un grave accident de voiture. Et oui, il était droitier. « Vous savez ce que c’est que d’apprendre à tout faire du côté gauche ? », vous lancera son ami de 95 ans, qui ne se gêne pas, lui, pour parader devant vous afin d’exhiber sa démarche de p’tit jeune. « C’est vrai que votre posture est impeccable, monsieur. Vous avez la colonne vertébrale droite comme un mât de bateau. » « J’vous l’dis, les jeunes ne comprennent pas ! »

Difficilement mais fièrement, Aimé vous racontera qu'après ce terrible accident, il était « tellement magané » que les médecins lui donnaient 2 semaines à vivre, il y a de cela... 48 ans. Et Aimé rit.

Il vous parlera aussi de ces 13 années passées en réadaptation physique, en vain, du découragement de ses parents à l’époque, du départ de sa ville natale, de ses déménagements, du temps qu’exige ses soins à domicile ces temps-ci et de sa vie d’avant. Et Aimé rit.

Il vous parlera également de ses sorties occasionnelles en solo, sans Hercule, au match de baseball dans le quartier ainsi qu’au casino, ses copains lançant alors des boutades : « On pense que Mé a des blondes au casino. » « C’est vrai, Aimé ? Vous avez des blondes au casino ? » Et Aimé rit encore. « Vous y allez souvent au casino ? » « Une fois par mois », avoue-t-il. « Hum, ça me semble raisonnable, non ? » Il acquiesce en gloussant.

Nombreux sont ceux qui s’arrêtent en passant pour saluer Aimé et son chien Hercule. Plusieurs affirment d’ailleurs qu'ils sont plus connus que « Barrabas dans’ Passion ». Car ensemble, ils forment un drôle de duo qui embaume une joie de vivre contagieuse, et à tout coup, en leur présence, on se sent mieux.

Parfois, j’essaie d’imaginer l’homme « d’avant », cet homme dont il me parle, avant cet horrible accident qui a tout fait basculer dans sa vie. J'essaie de visualiser Aimé, commando dans l’armée, sa blonde d’autrefois, son chat dont il était allergique, leur vie commune dans une coop quelque part, un mot qu'il ne parvient plus à prononcer, et tout le reste. Mais je n’y arrive pas.

Or une chose est claire en l’écoutant. Aimé, qui porte plutôt bien son nom, s’est accroché à la vie comme personne, malgré les pronostics, les diagnostics, les traitements, les déménagements, les soins à domicile, les transports adaptés et son demi-corps.

Et encore aujourd’hui, Aimé, réel combattant lui, ne vit pas juste à moitié.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an