Passer au contenu principal

Leçon guerrière


Si vous luttez pour une cause qui vous tient à cœur, menez une chaude lutte sur une base régulière contre une injustice, une institution, une inégalité, une iniquité, un Boys Club ou autre fléau de société, vous aurez alors besoin d’un arsenal bien complet. Des munitions certes, sous forme de faits et de données pertinentes, mais aussi quelques notions de psychologie. Sinon vous risquez de tomber à plat au combat, pis encore, de dériver lentement vers un état quasi-comateux frôlant la dépression.

Rempart psychologique dans l’art belliqueux 
Plusieurs affirment, lorsqu’on entreprend un combat, qu’il faut s’armer de patience. La patience c’est bien, mais ce n’est pas tout. Ça prend également de l’acharnement, de l’entêtement, une bonne dose d’énergie ainsi qu’une tête de cochon ou de bovidé, car, comme un taureau exalté, il vous faudra maintes fois foncer sur la cible ou l’adversaire tête baissée.

Les suffragettes, par exemple, ont dû frapper à la porte du Parlement pendant 14 années consécutives avant d’obtenir le droit de vote des femmes au Québec (voir Les portes claquées de Rima Elkouri). Ça prend donc une détermination sans limite ainsi qu’une connaissance de l’art de la bataille.

Car d’un côté, vous n’observerez aucun résultat concret, aucun progrès réel, pas le moindre millimètre d’avancement pendant longtemps. De l’autre, particulièrement si vous êtes une femme, en plus d’ignorer inexorablement vos revendications ou simples demandes d'informations, on vous traitera de tous les noms, remettant en cause vos droits, vos compétences, votre intelligence, réputation, santé mentale, etc. (voir Une femme qui dérange est forcément dérangée).

Cette situation d’insuccès répétés déclenche généralement chez les primates un état d’abattement semblable à la dépression, le syndrome de l’impuissance acquise.

Le syndrome de l’impuissance acquise 
Phénomène bien établi et largement documenté en psychologie depuis les années 70, lors des études portant sur le conditionnement animal notamment, le syndrome de l’impuissance acquise résulte d’une action continue pour laquelle il n’y a aucune suite ou portée réelle dans l’environnement.

Pour illustrer, vous posez une action, il ne se passe rien; vous tentez à nouveau, rien; vous recommencez, toujours rien… et ainsi de suite. Décourageant, n’est-ce pas? C’est ainsi qu’après maintes répétitions et tentatives infructueuses, l’individu cesse alors d’agir, apprenant que ses actions n’ont aucun impact, aucune conséquence ou effet direct sur le monde externe, sombrant dès lors dans un état d’abattement. Le sentiment de découragement mêlé au désespoir qui s’installe insidieusement s’apparente à l’état dépressif, d’où la suppression des forces agressives vitales et l’immobilisation du corps, minant du même coup toute forme de motivation, d’énergie, et donc d’efforts au combat.

À son apogée, suivant un traumatisme grave, on retrouve également le syndrome de résignation, durant lequel « le cerveau se dissocie du corps », la cure nécessitant rien de moins que la restauration de l’espoir. Ce n’est pas peu dire.

Afin d’éviter ou de contrer ce pernicieux découragement progressif qu'est l'impuissance acquise, une stratégie de défense ou de résistance consiste à identifier de menues gratifications en cours de route, même si l’objectif ultime n’a toujours pas été atteint.

Ce n'est pas toujours chose facile mais il faut cultiver le plaisir belliqueux, prendre son pied dans le combat lui-même, dans le fait de le mettre à terre plutôt que de se faire marcher dessus, se délecter et même célébrer une action de protestation, même si c’est le silence radio qui règne après, et ce pendant longtemps, somme toute, prendre plaisir dans le simple fait d’être une guerrière qui n’a pas froid aux yeux, se réjouir d’être en mouvement plutôt qu’inactive, se montrer impertinente, insolente, irrévérencieuse, à la limite baveuse, tenir tête oui, et surtout la maintenir haute, droite et franche, avec du front tout le tour. Car la puissance naît elle aussi d'un simple sentiment.

« Fly like a butterfly and sting like a bee » - Mohamed Ali

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…