Passer au contenu principal

Leçon guerrière


Si vous luttez pour une cause qui vous tient à cœur, menez une chaude lutte sur une base régulière contre une injustice, une institution, une inégalité, une iniquité, un Boys Club ou autre fléau de société, vous aurez alors besoin d’un arsenal bien complet. Des munitions certes, sous forme de faits et de données pertinentes, mais aussi quelques notions de psychologie. Sinon vous risquez de tomber à plat au combat, pis encore, de dériver lentement vers un état quasi-comateux frôlant la dépression.

Rempart psychologique dans l’art belliqueux 
Plusieurs affirment, lorsqu’on entreprend un combat, qu’il faut s’armer de patience. La patience c’est bien, mais ce n’est pas tout. Ça prend également de l’acharnement, de l’entêtement, une bonne dose d’énergie ainsi qu’une tête de cochon ou de bovidé, car, comme un taureau exalté, il vous faudra maintes fois foncer sur la cible ou l’adversaire tête baissée.

Les suffragettes, par exemple, ont dû frapper à la porte du Parlement pendant 14 années consécutives avant d’obtenir le droit de vote des femmes au Québec (voir Les portes claquées de Rima Elkouri). Ça prend donc une détermination sans limite ainsi qu’une connaissance de l’art de la bataille.

Car d’un côté, vous n’observerez aucun résultat concret, aucun progrès réel, pas le moindre millimètre d’avancement pendant longtemps. De l’autre, particulièrement si vous êtes une femme, en plus d’ignorer inexorablement vos revendications ou simples demandes d'informations, on vous traitera de tous les noms, remettant en cause vos droits, vos compétences, votre intelligence, réputation, santé mentale, etc. (voir Une femme qui dérange est forcément dérangée).

Cette situation d’insuccès répétés déclenche généralement chez les primates un état d’abattement semblable à la dépression, le syndrome de l’impuissance acquise.

Le syndrome de l’impuissance acquise 
Phénomène bien établi et largement documenté en psychologie depuis les années 70, lors des études portant sur le conditionnement animal notamment, le syndrome de l’impuissance acquise résulte d’une action continue pour laquelle il n’y a aucune suite ou portée réelle dans l’environnement.

Pour illustrer, vous posez une action, il ne se passe rien; vous tentez à nouveau, rien; vous recommencez, toujours rien… et ainsi de suite. Décourageant, n’est-ce pas? C’est ainsi qu’après maintes répétitions et tentatives infructueuses, l’individu cesse alors d’agir, apprenant que ses actions n’ont aucun impact, aucune conséquence ou effet direct sur le monde externe, sombrant dès lors dans un état d’abattement. Le sentiment de découragement mêlé au désespoir qui s’installe insidieusement s’apparente à l’état dépressif, d’où la suppression des forces agressives vitales et l’immobilisation du corps, minant du même coup toute forme de motivation, d’énergie, et donc d’efforts au combat.

À son apogée, suivant un traumatisme grave, on retrouve également le syndrome de résignation, durant lequel « le cerveau se dissocie du corps », la cure nécessitant rien de moins que la restauration de l’espoir. Ce n’est pas peu dire.

Afin d’éviter ou de contrer ce pernicieux découragement progressif qu'est l'impuissance acquise, une stratégie de défense ou de résistance consiste à identifier de menues gratifications en cours de route, même si l’objectif ultime n’a toujours pas été atteint.

Ce n'est pas toujours chose facile mais il faut cultiver le plaisir belliqueux, prendre son pied dans le combat lui-même, dans le fait de le mettre à terre plutôt que de se faire marcher dessus, se délecter et même célébrer une action de protestation, même si c’est le silence radio qui règne après, et ce pendant longtemps, somme toute, prendre plaisir dans le simple fait d’être une guerrière qui n’a pas froid aux yeux, se réjouir d’être en mouvement plutôt qu’inactive, se montrer impertinente, insolente, irrévérencieuse, à la limite baveuse, tenir tête oui, et surtout la maintenir haute, droite et franche, avec du front tout le tour. Car la puissance naît elle aussi d'un simple sentiment.

« Fly like a butterfly and sting like a bee » - Mohamed Ali

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an