Passer au contenu principal

Être ordinaire


Les pubs nous invitent constamment à se démarquer du lot, à s’élever au-dessus de la mêlée, à être « plus ». Partout, invariablement, c’est le dépassement de soi qui compte. Et pas moyen d’avoir la paix, même cinquante pieds sous terre.

Dans le métro, elles sont placardées ici et là, et encore là, ma foi... « Visez haut », nous suggère un certain collège. « Le succès est à votre portée », nous lance un cabinet d’avocats. Et, why not coconut, « Devenez un héros de la recherche », alors qu’il s’agit en fait de recruter des participants pour des études cliniques. Fabuleuse propagande pharmaceutique. Même pas besoin d’un doc ou d’un post-doc et vous serez un « héros de la recherche » en devenant un rat de laboratoire qui gobe des médicaments dont on ignore encore les effets secondaires. Pis quoi encore ?

Dans les années 70, les Québécois chantaient « On est 6 millions, faut se parler » (1975) dans leur salon, en buvant de la bière. Robert Charlebois, lui, « Je suis un gars ben ordinaire... » et l'envers sombre du chanteur populaire. Dans les années 80, la notion de collectivité a été remplacée par l’individualité - « Moi, j’bois mon lait comme ça m’plaît » (1981). Les années 90 ayant beurré épais sur les concepts de la performance et du carriérisme, la compétition est vite devenue l’incarnation du mérite, du succès, de l’achievement, de la réalisation de soi. (Maslow, essentiellement humaniste, devait se retourner dans sa tombe, d’autant plus que les « marketeux » se sont emparés de sa pyramide…)

Cette compétition aveugle, sans relâche et sans merci existe non seulement avec les autres mais aussi avec soi-même. Selon plusieurs sites psycho-pop et pseudo-coachs de vie, d’ailleurs, « le dépassement de soi est une compétition dans laquelle le seul adversaire à affronter est soi-même, ses propres limites. Le succès dans cette compétition n'engendre pas de vaincu et ne se fait donc pas au détriment d'autrui. Au contraire, les tiers contribuent souvent à dépasser ses limites. »

Pas de vaincu ? Pas convaincue.

La réalité est que bon nombre d'individus peinent déjà à être eux-mêmes, à s’émanciper d'un traumatisme infantile, à panser leurs profondes blessures d’abandon, de négligence, d’abus, et les autres, avant d’assumer pleinement qui ils sont, réellement, véritablement, avec leurs forces, leurs faiblesses, leur personnalité, leurs différences, talents, défauts, vulnérabilités, et j’en passe. Dans un tel contexte, se surpasser soi-même semble impossible, sinon tout un programme, dans cette vie imparfaite, parsemée d’embûches et d’aléas. Difficile de voler haut quand une faible estime de soi plombe les ailes. Et le sentiment de culpabilité, voire d’infériorité, que faire naître cette demande incessante à toujours se hisser plus haut, à jouer les héros et atteindre les sommets mine les gens de l’intérieur.

Car être simplement soi, moyen, ordinaire – quoi de plus humain –, sans œil externe pour rassurer qu’on existe encore, ne suffirait plus. Du monde ordinaire - pfft ! -, on n'en a rien à faire des gens ordinaires. On veut de l’incroyable, de l’inusité, de l’original, du génial, du spectaculaire, du sensationnel, de l’époustouflant, en somme, des gagnants, avec ce « full-quelque-chose », ce je-ne-sais-quoi encore, à l’ère de la célébrité à tout prix, du « branding », de l’« endorsement », de ce factice « positionnement » sur le marché, accompagné d’un contrôle absolu de l’image, laquelle sera ensuite diffusée à profusion par les médias, gavant ainsi, et lamentablement, un peuple affamé de wannabes.

L’Histoire nous le montre pourtant, l’être humain a toujours été médiocre. Être extraordinaire relève de l’utopie, de la glorification du moi ou de quelques rares exceptions, des individus singuliers, de vrais génies, comme Albert Einstein ou Marie Curie. Et non, tout le monde n’est pas génial. 

Mais la société nage dans le délire, noyant le poisson de la vraie authenticité – pas celle sciemment affichée par souci de plaire au plus grand nombre – qui veut dire « conforme à la réalité ». On en est bien loin.

Peut-être qu’un jour on admettra que les valeurs individualistes basées sur la compétition, plutôt que l’altruisme et la collaboration, chaudement prônées depuis les années 80-90, étaient en fait une grave erreur de parcours – l’erreur est humaine –, grande responsable de ce fléau, de ce grand vide intérieur qui afflige tant de gens en manque de malbouffe affective qu’est la popularité.

Peut-être qu’un jour on comprendra que le prix décerné à ces « gagnants », aux winners de ce monde, ces étoiles filantes, se résumait en réalité au confort matériel. Quoi de plus médiocre en effet, et franchement ordinaire. Aussi bien dire la négation de soi.

Toujours dans le tunnel, une fille dans le métro me ramène rapidement les deux pieds sur la terre ferme avec cet imprimé sur son chandail : « Abolish capitalism. Smash the state. For a free humanity. For anarchism. ». Yes sir, oui Bob. Tout est là, tout a été dit. On peut « juste » être soi-même, ben ordinaire.

« Just do it », nous dira l’autre.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en