Passer au contenu principal

Les narcissiques sont parmi nous


Le propriétaire de l’immeuble miteux où j’habite dans Hochelaga-Maisonneuve (aka Hochelag’) est un homme qui vit miraculeusement sans colonne vertébrale dans l’ouest de la ville. Le « boss icitte », celui qui mène la baraque, c’est Arnold, le concierge, un être imbuvable qui débute beaucoup trop de phrases par « chu pas raciste, sauf que… » avant de vous balancer des énormités à propos des « races pis des importés ». « On dit des immigrants, colon, de nouveaux arrivants. » Évidemment, Arnold ne m’entend pas. Il n’écoute personne d’ailleurs, sauf sa propre voix brulée par le tabac, l’alcool et l’ignorance.

Depuis plusieurs mois déjà, je mène auprès de cet énergumène une dérisoire étude socio-psychologique sur les comportements narcissiques, live, in vivo, à l'étage supérieur de la bâtisse ainsi qu’à travers le mur mitoyen qui sépare nos appartements, de minuscules 3 ½ que j’appellerais plutôt des 2 ¼, mais qu’importe.

Car en plus d’être raciste, le pauvre homme est définitivement narcissique, peut-être même histrionique (ça reste à confirmer), misogyne qui plus est, mais ça, c’est un autre dossier.

Ma pseudo-recherche n’a absolument rien de clinique. Mais elle me permet néanmoins de taquiner le poisson, de l’observer de plus près dans son habitat naturel, de comprendre un tant soit peu ces gens envoûtés par leur propre image. « Je suis un génie incompris », n’hésite-t-il pas à clamer à qui veut bien l’entendre, d’où son pseudonyme Narcisse dans mon cahier de « notes et observations », histoire de demeurer objective, rigoureuse et ainsi maintenir l’anonymat du sujet.

Pourquoi se donner tant de mal avec ce nigaud? Parce que les narcissiques sont partout. Et quoique je n’aie pas vérifié les dernières statistiques du DSM*, je mettrais ma main au feu que la prévalence de ce trouble de la personnalité a fortement augmenté au cours des dernières décennies, fruit de notre société ultra-individualiste, terreau fertile à leur prolifération. « Je », « j’aime », « je suis », j’existe, I-machins, égoportraits. Je, je, je. Moi, moi, moi. Da, da, da.

N’a qu’à regarder le monde dans lequel on vit d'ailleurs, ou juste le président de nos voisins du Sud – non, on le nommera pas, je sais, on est pu’ capable de l'entendre. Mais malgré l’écœurantite aiguë dont nous souffrons tous (enfin, une très forte majorité de la population), l’omniprésence de cet abruti, ce fou furieux – les experts en la matière ne s’entendent toujours pas sur le diagnostic ou le sujet malade lui-même, i.e. le président ou la société qui l’a élu -, a permis de mettre en lumière l’absence totale d’empathie qui caractérise, entre autres, les êtres narcissiques, mythomanes, mégalomanes et autres pervers de la même espèce, s’accrochant désespérément à leur amour-propre, à la glorification de leur petit moi, ego astiqué au torchon de la célébrité.

Il y en a eu d’autres avant lui, cela va de soi. Mais cette fois-ci, peut-être comme jamais auparavant, le monde entier est à même d’observer de très près le phénomène - cette incapacité à ressentir de la compassion pour autrui, voire de simples émotions primaires -, saisir de quoi est faite l’abjecte domination, à quoi ressemble un tyran, et ce, live, in vivo, dans l’espace réel comme dans le virtuel, sans grosses études cliniques à l'appui.

Les êtres humains du 21ième siècle arrivent maintenant à reconnaître que ce n’est pas tout « d’être le boss », un p’tit boss des bécosses avec des idées de grandeur, mais surtout, et plus important encore, que la capacité à gérer, à diriger, à mener à bien des projets, et donc, certainement, à gouverner, exige indubitablement de la sensibilité, de l’intelligence émotionnelle l'appelleront d’autres, bref, la capacité à ressentir des émotions, à les identifier, les nommer, et, pour ce faire, être à l’écoute de l’autre. : :
-----
* Tiré de l’anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), le DSM est la « bible » des psychiatres et clinicien.ne.s en Amérique, ouvrage de référence toujours grandissant, alimenté par les fortunées compagnies pharmaceutiques.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an