Passer au contenu principal

L'espoir au féminin


Le résultat des élections américaines avait complètement gâché la fin de l'année 2016. Pas de verre cassé éparpillé sur le plancher, et, comble de malheur, un présumé agresseur sexuel déséquilibré montait sur scène triomphant, peu après minuit, sur la toune des Stones You Can't Always Get What You Want. « What the f... is going on?!  Mais y'où c'estbon sang, qu'on s'en va...? », n'ai-je cessé de pester depuis.

Mais voilà qu'un an plus tard, les vents ont complètement changé de direction, et l'année 2017, ma foi, se termine sur des perspectives pas mal plus prometteuses. Comme quoi, faut demeurer optimiste, prendre la parole, parler haut et fort, s'indigner.

Non seulement toutes ces vagues, que dis-je, ces tsunamis de dénonciations depuis le début de l'automne ont eu, dans nombreux cas, de véritables portées, des effets concrets, mais grâce à la force du nombre, on croit enfin les femmes (voir "NOW is female"). Plusieurs hommes ont par la même occasion découvert, et c'est tant mieux, les vraies coulisses du pouvoir pervertissant différents milieux de travail et les rapports de force inégaux inhérents avec lesquels les femmes doivent composer élégamment (lire, sans trop se plaindre, par crainte de passer pour une emmerdeuse).

La cerise sur le sundae? Le magazine américain Time a nommé « Personnalité de l'année » toutes ces femmes et ces hommes qui ont brisé le silence, The Silence Breakers, ceux et celles qui ont trouvé la force et le courage de dénoncer leurs agresseurs.

Depuis 1923, quelques femmes seulement ont paru sur la couverture du célèbre magazine. Wallis Simpson en 1936 notamment - la "femme fatale divorcée deux fois" pour laquelle Édouard VIII abdiqua, renonçant ainsi au trône -, la Reine Élizabeth II en 1952, Corazon Corino, première femme élue présidente des Philippines, en 1986, et Angela Merkel en 2005, sans omettre « Les Américaines » au grand complet (American Women) en 1975.

Faut dire que le titre « L'homme de l'année » (Man of the Year), maintenu par le Time jusqu'en 1998, n'a sans doute pas aidé la cause des femmes. On pourrait ajouter à cela le manque de reconnaissance du travail accompli par les femmes en général, mais ça, c'est un autre dossier.

L'année 2017 aura-t-elle été charnière, voire historique, pour le mouvement des femmes? - (lequel, soit dit en passant, est loin d'être « en construction »; d'innombrables femmes ont mis l'épaule à la roue depuis le 19ième siècle en Amérique.) Seule l'histoire nous le dira.

Chose certaine, vivement 2018 (Impeachment! Impeachment! Impeachment!), en plus de tenir nos propres élections, ici au Québec, à l'automne.

Soulignons finalement les paroles de la toujours pertinente Gloria Steinem, lors de la Marche des Femmes à Washington le 21 janvier dernier, au lendemain de l'investiture présidentielle américaine, rassemblement qui a grandement donné le ton à l'année pour les femmes du monde entier: "We will not be quiet; we will not be controlled...". Non, mesdames et messieurs, nous ne serons pas silencieuses en 2018 non plus.

Et si vous avez besoin d'un p'tit remontant pendant la période des fêtes, eh bien, (re)visionnez son discours. Encore meilleur et beaucoup plus nourrissant qu'une bûche de Noël.  : :

(Sur la photo: l'Américaine Juli Briskman fait un doigt d'honneur à Trump en octobre dernier, et perd son emploi. Quelles gonades cette femme! Elle dit ne rien regretter, malgré tous les messages misogynes reçus. My kind of lady.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en