Passer au contenu principal

L'espoir au féminin


Le résultat des élections américaines avait complètement gâché la fin de l'année 2016. Pas de verre cassé éparpillé sur le plancher, et, comble de malheur, un présumé agresseur sexuel déséquilibré montait sur scène triomphant, peu après minuit, sur la toune des Stones You Can't Always Get What You Want. « What the f... is going on?!  Mais y'où c'estbon sang, qu'on s'en va...? », n'ai-je cessé de pester depuis.

Mais voilà qu'un an plus tard, les vents ont complètement changé de direction, et l'année 2017, ma foi, se termine sur des perspectives pas mal plus prometteuses. Comme quoi, faut demeurer optimiste, prendre la parole, parler haut et fort, s'indigner.

Non seulement toutes ces vagues, que dis-je, ces tsunamis de dénonciations depuis le début de l'automne ont eu, dans nombreux cas, de véritables portées, des effets concrets, mais grâce à la force du nombre, on croit enfin les femmes (voir "NOW is female"). Plusieurs hommes ont par la même occasion découvert, et c'est tant mieux, les vraies coulisses du pouvoir pervertissant différents milieux de travail et les rapports de force inégaux inhérents avec lesquels les femmes doivent composer élégamment (lire, sans trop se plaindre, par crainte de passer pour une emmerdeuse).

La cerise sur le sundae? Le magazine américain Time a nommé « Personnalité de l'année » toutes ces femmes et ces hommes qui ont brisé le silence, The Silence Breakers, ceux et celles qui ont trouvé la force et le courage de dénoncer leurs agresseurs.

Depuis 1923, quelques femmes seulement ont paru sur la couverture du célèbre magazine. Wallis Simpson en 1936 notamment - la "femme fatale divorcée deux fois" pour laquelle Édouard VIII abdiqua, renonçant ainsi au trône -, la Reine Élizabeth II en 1952, Corazon Corino, première femme élue présidente des Philippines, en 1986, et Angela Merkel en 2005, sans omettre « Les Américaines » au grand complet (American Women) en 1975.

Faut dire que le titre « L'homme de l'année » (Man of the Year), maintenu par le Time jusqu'en 1998, n'a sans doute pas aidé la cause des femmes. On pourrait ajouter à cela le manque de reconnaissance du travail accompli par les femmes en général, mais ça, c'est un autre dossier.

L'année 2017 aura-t-elle été charnière, voire historique, pour le mouvement des femmes? - (lequel, soit dit en passant, est loin d'être « en construction »; d'innombrables femmes ont mis l'épaule à la roue depuis le 19ième siècle en Amérique.) Seule l'histoire nous le dira.

Chose certaine, vivement 2018 (Impeachment! Impeachment! Impeachment!), en plus de tenir nos propres élections, ici au Québec, à l'automne.

Soulignons finalement les paroles de la toujours pertinente Gloria Steinem, lors de la Marche des Femmes à Washington le 21 janvier dernier, au lendemain de l'investiture présidentielle américaine, rassemblement qui a grandement donné le ton à l'année pour les femmes du monde entier: "We will not be quiet; we will not be controlled...". Non, mesdames et messieurs, nous ne serons pas silencieuses en 2018 non plus.

Et si vous avez besoin d'un p'tit remontant pendant la période des fêtes, eh bien, (re)visionnez son discours. Encore meilleur et beaucoup plus nourrissant qu'une bûche de Noël.  : :

(Sur la photo: l'Américaine Juli Briskman fait un doigt d'honneur à Trump en octobre dernier, et perd son emploi. Quelles gonades cette femme! Elle dit ne rien regretter, malgré tous les messages misogynes reçus. My kind of lady.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …