Passer au contenu principal

Féminisme, le mot de l'année?



Selon le groupe Merriam-Webster, c'est le mot féminisme qui a été le plus consulté aux États-Unis en 2017, avec 70% plus de recherche qu'en 2016. Vous vous foutez de ma gueule ou quoi?

Ouvrons un dictionnaire
Comme un autre article à ce sujet le stipule : « Le mot féminisme est entré dans le dictionnaire Webster en 1841 sous la définition "qualités des femmes". Aujourd'hui, il signifie "la théorie de l'égalité des sexes en matière politique, économique et sociale" et "l'activité organisée au nom du droit des femmes et de leurs intérêts".

Le Larousse va dans le même sens: « mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société ». Le Petit Robert? « Attitude de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes ». Le dictionnaire sur Internet? « Doctrine qui a pour objet l'extension des droits civils et politiques des femmes jusqu'à obtenir l'égalité avec ceux des hommes ».

Même la féministe-activiste américaine Gloria Steinem, ici en entrevue en 2011, répond inlassablement à la question « Qu'est-ce que votre définition du féminisme? ». Toujours aussi posée, Steinem répète ce qu'elle a dit un million de fois: « Allons-y simplement avec la définition du dictionnaire, soit la croyance en une égalité sociale, économique et politique entre les hommes et les femmes... tout en agissant en ce sens », ajoute-t-elle.

C’est bon? Tout le monde a compris ce que ça mange en hiver du féminisme?

Maintenant, peut-on (encore une fois) parler des vrais enjeux qui animent les féministes depuis belle lurette? Comme la pauvreté, la précarité d’emploi, les inégalités (salariales entre autres), les stéréotypes, le sexisme et les doubles standards, la misogynie, le patriarcat, l'objectivation de la femme, les mains baladeuses, les nombreuses inconduites sexuelles (que plusieurs femmes ne pouvaient relater, jusqu'à tout récemment, de peur de perdre leur emploi), la sollicitation sexuelle, l’exploitation ménagère et sexuelle, la violence faite aux femmes, le manque de représentation politique, sociale, tout comme dans les postes stratégiques, l'abus de pouvoir aussi, la dévalorisation du travail (souvent sous-payé, voire bénévole) accompli par les femmes… on continue?

Comprenez-moi bien, que des gens se renseignent et cherchent, littéralement, le sens du terme, c'est bien. Mais bon sang, arrivez en ville! On est au 21ième siècle après tout, et les femmes représentent la moitié de la population mondiale, 49,558% pour être plus exact - d'ailleurs, ce chiffre est en baisse, une autre préoccupation pour bien des féministes. Autrement dit, le mot féminisme ne date pas d'hier.

Doit-on se réjouir de l'arrivée d'un président misogyne à la Maison-Blanche d'avoir suscité un tel intérêt pour le mouvement des femmes? Certainement pas. Une femme aurait dû être en poste. Une autre préoccupation féministe, des femmes au pouvoir, ici, comme chez nos voisins du Sud et ailleurs dans le monde. On veut être dans l'action et l'avancement, pas seulement dans la réaction et la défense constante de nos droits. Comme dans les sports, les féministes marquent des points lorsqu'elles ont le ballon. Il faut jouer à l'offensive, pas juste dans la position passive de la défensive.

Soulignons plutôt la lutte constante des femmes et, encore cette année, leur travail acharné. Saluons notamment le courage de toutes ces femmes qui ont pris la parole contre leurs agresseurs, l'élection d'une première mairesse à Montréal, les mobilisations féministes, les réalisations et les accomplissements de nombreuses femmes, entre autres, de l'auteure canadienne Margaret Atwood qui a écrit The Handmaid's Tale (La Servante écarlate) en 1985 - je répète en 1985 - et qui a donné la très populaire série télévisée cette année (à ce propos, voir Les pieds écarlates).

Bref, il reste encore beaucoup de chemin et de bruit à faire en 2018, question de sortir du dictionnaire et de jouer enfin à l'offensive, mesdames.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…