Passer au contenu principal

Le prix de l'autonomie

Personne n'est à l'abri de la maladie, d'une perte d'emploi, d'un divorce ou d'une séparation. Mais pour beaucoup de femmes, un tel chambardement entraîne bien souvent une précarité inimaginable jusque-là. La pauvreté habite la porte juste à côté.

Une histoire d'amour et de précarité
Un couple, hétérosexuel en l'occurrence, tombe en amour. Appelons-les Judith et Mario. Judith et Mario, donc, après quelques mois de passionnantes et enlevantes fréquentations, emménagent ensemble dans un joli condo flambant neuf sur deux étages, avec vue spectaculaire sur le Stade olympique. Wow, la totale.

Par la même occasion, ils achètent des meubles neufs, une nouvelle voiture, et font ensemble de superbes voyages. Bref, tout se passe merveilleusement bien, la vita e bella, un vrai conte de fées.

Deux années sonnant la relation, Judith découvre que Mario fréquente quelqu'un d'autre en cachette depuis des semaines (je vous épargne les détails), bref, l'histoire se corse (vous voyez le genre) et Judith, par respect pour elle-même, prend ses cliques pis ses claques et loue sur-le-champ un appartement, tandis que Mario, lui, chevauche entre l'appart de sa nouvelle amie et le condo neuf.

Somme toute banale cette histoire, non? Eh bien, pas d'un point de vue féministe, et ultimement, économique.

Le hic dans l'affaire est que Mario gagne 3.6 fois plus que Judith. Il ne ressent aucune urgence, lui, de vendre l'élégant condo - si ce n'est de régler le dossier avec l'ex au plus vite -, et désire la meilleure offre disponible sur le marché.

Mais Judith, elle, avec son plus modeste 32 000$ par année (avant impôts), doit péniblement continuer les versements hypothécaires dudit condo jusqu'à sa vente, en plus de payer le loyer de son petit 3 1/2 et quelques meubles pour le garnir humblement.

La qualité de vie - d'un point de vue strictement économique s'entend -, a drastiquement chuté pour Judith, qui doit maintenant dénicher d'autres sources de revenus au plus vite, entre autres, comme plongeuse dans un resto.

La vie est soudainement moins belle. Les paiements résidentiels, le coût de la vie en solo, le panier d'épicerie qui augmente sans cesse, sans parler de sa peine, du fardeau émotionnel et socio-affectif qui l'accable, bref, tout ça pèse lourd sur les épaules de Judith qui, de peine et de de misère, tente de maintenir la tête haute et surtout hors de l'eau.

Mario, lui, pendant ce temps, habite toujours le merveilleux condo en attendant le parfait preneur. Pas de stress. La nouvelle petite amie a finalement disparu du décor, et la joie de contempler la tour la plus inclinée au monde sans doute un peu aussi.

N'en demeure. Deux poids, deux réalités socio-économiques aux antipodes l'une de l'autre.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…