Passer au contenu principal

Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$

Près d'un million de Québécois.e.s souffriraient du syndrome du côlon irritable, affectant plus de femmes que d'hommes. Les colons et les côlons ont de quoi s'irriter. Gratuits les services de santé? Pas vraiment.

Frais cachés et service expéditif
La tension monte chez les indigents, et cet austère stress n'est pas sans affecter le premier grand centre intelligent du corps humain, l'intestin, et par le fait même sa fonction primaire, la digestion. (À ce propos, consultez Les deux cerveaux du corps humain.)

Si vous avez besoin de passer un examen du côlon, en plus d'attendre des mois, il vous faudra de l'argent. Pour illustrer, à l'hôpital de Verdun, les règles sont les suivantes. D'abord, vous devez vous procurer les produits nécessaires avant l'examen, disponibles en vente libre à la pharmacie du coin, non-couverts par l'assurance-maladie ou l'aide sociale. Coût estimé? 35$

Deuxième exigence, vous devez quitter l'hôpital tout de suite après l'examen. Puisqu'il s'agit, dans cet hôpital, d'une procédure sous anesthésie, vous devez obligatoirement être accompagné. Si aucun de vos proches ne possède de voiture - les pauvres fréquentent habituellement d'autres pauvres -, l'hôpital de Verdun exige alors que vous preniez un taxi, « sinon on annule le rendez-vous », c'est la règle.

Est-ce possible de rester à l'hôpital jusqu'au rétablissement de ses facultés pour ensuite repartir en transport en commun? La réponse est un NON ferme. « On n'a pas de place pour vous ici. » Vous devez quitter les lieux tout de suite après l'intervention. Hum... Est-ce un hôpital ou un centre d'expédition?

Si vous vivez sous le seuil de la pauvreté, vous n'avez évidemment par les moyens de payer un taxi, estimé, dans ce cas-ci, entre 40$ et 50$ .

- Vous refusez le traitement madame?
- Euh... non, je ne refuse pas le traitement. Je suis dans l'incapacité de remplir ces deux conditions, madame, vous comprenez? Je n'ai l'argent ni pour les produits ni pour le taxi. Je paye le loyer ou je passe un examen médical, dites-moi?
- On peut vous donner les produits. Vous devez venir les chercher.
- Mais ça ne règle pas le problème de transport...
- J'inscris donc à votre dossier que vous refusez le traitement, madame. Arrangez-vous avec votre médecin.

Et vlan! Vous retombez au bas de la liste d'attente. Merci bonsoir.

On pourrait également souligner au passage le manque de compassion dans la voix de la dame, mais à quoi bon, elle-même travaille dans des conditions merdiques, voire foireuses.

Les colons et colones ont tout intérêt à se mobiliser en vue des prochaines élections. L'irritation monte, l'indignation aussi.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…