Passer au contenu principal

Deux hommes en or, deux femmes invisibles


Deux hommes en or, Les Francs-tireurs, Tout le monde en parle, le concept est bien connu, deux animateurs, deux hommes bien sûr, des entrevues coup de poing, enfin presque. Les hommes sont-ils les seuls capables au Québec de mener de front des entrevues, de poser « les vraies questions », de discuter, de débattre, d'alimenter les discussions politiques, sociales et économiques ? Mais où sont les femmes qui pensent, bon sang, à la télévision ?

Deux animatrices, mission impossible ? Ne serait-ce que Deux femmes en argent, ou même juste en bronze mettons, non ? Mieux encore, Deux femmes en ta... Mais bon, on craint sans doute qu'elles se bitchent mutuellement, qu'elles se prennent la tête, démarrent un catfight, se crêpent le chignon, rivalisent avec leurs invité-es, ou, pis encore, qu'elles aient leurs règles en même temps - surtout pas deux ménopausées à la télé, faut quand même pas exagérer. (Wo-là ! On se calme le poil des jambes la féministe !)

Sinon, on a eu droit à des concepts comme Deux filles le matin. Même pas
« deux femmes le matin », non, non, deux filles le matin, dans le sens de fifilles, rien de menaçant donc, le matin en plus, pas le soir, temps d'antenne de grande écoute. Ou encore à une émission de co-animateurs (une femme et un homme) dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel ?

Pour le reste, les femmes, les « reines de la télévision » au Québec, blanches évidemment, font du divertissement, de la variété, question d'amuser le peuple, de l'entertainer, de l'occuper bêtement, et surtout, de ne rien secouer. On rencontre des "vedettes", pas nécessairement des artistes ou des gens engagés, juste des vedettes, des individus souriants qui passent déjà au petit écran comme sur le grand, on parle d'eux, encore et toujours le monde narcissique, égocentrique et superficiel à souhait de la vedette, de leur « univers », leur « enfance à la télé », leurs « squelettes dans le placard », leurs mensonges, leur vérité, leurs maudites recettes. Urgh. Et quoi encore ? Vedettes nues et confidences dans le pré ?

Les femmes ont-elles le droit de penser, de réfléchir tout haut, de questionner, de débattre, de refaire le monde au 21ième siècle ? Ou est-ce encore trop menaçant pour le monde dans la télévision, miroir d'une société québécoise stagnante, traumatisée par deux échecs référendaires, en perte d'identité nationale, voire en dépression majeure, menacée par les musulmans et quelques migrants.

En attendant une autre révolution, ne serait-ce que celle du petit écran déjà - yeah right, une révolution, on se calme le pompon, j'ai dit, la féministe ! -, on peut se rabattre sur les capsules Les brutes, deux femmes, oui monsieur, qui n'ont pas froid aux yeux.

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais que la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec u…