Passer au contenu principal

Personne ne viendra te sauver, ma belle

On n’a cessé de nous casser les oreilles avec ces sornettes, ces balivernes, ces histoires anciennes depuis la nuit des temps. Dans les fables, les mythes, les contes de fée, les histoires pour enfants – sans oublier tous les films, les ballets et le reste qui en découlent directement –, les femmes, pour exister, pour être reconnues comme des êtres humains à part entière dans la société, devaient être sauvées par un homme. 

Dans bon nombre de ces histoires supposément merveilleuses, féeriques, édulcorées à la Walt Disney, la femme – disons plutôt la jeune fille, car il s’agit habituellement d’une adolescente de 14, 15 ou 16 ans –, la très jeune femme, donc, doit être choisie et libérée par un homme. Et pas n’importe lequel non plus. Non madame. Rien de moins qu’un ravissant et richissime prince charmant qui habite dans un sublime château assez éloigné de la réalité socioéconomique de la gamine, avec sa fantastique famille royale. 

Une fois extirpée de son sommeil profond (lire, de son ignorance comme de sa propre inconscience) ou encore de son misérable sort (généralement infligé par une mauvaise femme de son entourage ; une belle-mère, une sorcière, une méchante fée-clochette, une demi-sœur, bref, une marâtre quelconque), notre héroïne est finalement sauvée et pourra enfin se réaliser. 

Tantôt embrassée sans son consentement (elle dort, la pauvre), tantôt violée dans son sommeil (selon la version du conte que vous lisez), la jeune femme trouve chaussure à son pied et le prince, lui, un pied qui convient parfaitement à la chaussure. Le prince charmant la soulève fièrement dans ses bras, la sort de sa misère (financière, s’entend), lui confère un statut social et la porte ainsi jusqu’à l’autel de même qu’au lit matrimonial. On connait tous la fin : « Ils se marièrent, vécurent heureux (dans SON château à lui, héritage paternel) et eurent beaucoup d’enfants. » Non merci. 

Bienvenue au XXIe siècle 

Alors que plusieurs croient l’égalité entre les femmes et les hommes atteinte, chose faite, un dossier réglé appartenant au passé, il apparait que beaucoup de chemin reste pourtant à faire. On a beau être au XXIe siècle, nous ne sommes toujours pas libérés de ces pitoyables et misérables contes de fées datant pour la plupart des siècles passés. 

À preuve, en juin prochain, pour terminer leur saison en grand, les Grands Ballets canadiens de Montréal nous proposent La Belle au bois dormant, un ballet créé en 1889, basé sur le conte de Charles Perrault (1628-1703), lui-même inspiré d’une version italienne encore plus ancienne. Comme les deux autres ballets du célèbre compositeur russe Tchaïkovski (1840-1893), d’ailleurs, Le Lac des cygnes (1877) et Casse-Noisette (1892), La Belle au bois dormant repose sur un conte désuet, sexiste et redondant. 

Alors qu’on se trouve pourtant dans le monde des arts et de la création, persiste néanmoins dans le milieu de la danse classique cette fâcheuse manie qu’est celle de « revisiter » des œuvres anciennes et obsolètes, tout en criant à la fois au génie. 

Plutôt que de créer de nouveaux ballets, des œuvres chorégraphiques bien ancrées dans notre époque, notre temps, notre réalité d’aujourd’hui, on s’époumonne plutôt à mettre en scène d’interminables « nouvelles » versions du répertoire romantique du XIXe siècle, qui fut, soulignons-le, l’apothéose du ballet classique. L’art de s’accrocher à ses bons vieux « hits », à ses meilleurs succès d’antan. 

Et en 2023, tenez-vous bien, nous aurons également droit à un autre « morceau de choix du répertoire classique », l’imbuvable et prétendument « magique » Cendrillon. Qui a dit qu’on n’arrêtait pas le progrès.  

-----

Image : Capture d'écran du site des Grands ballets canadiens de Montréal. 

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en