Passer au contenu principal

« Libérer » l’animal en soi

 

Pour vendre de la bière, c’est ben simple, ça prend soit des femmes, soit une grosse vedette, soit un animal. 

Archibald microbrasserie, lui, a misé sur l’image (et la chevelure) des femmes (blondes, rousses, brunettes, etc.) pour mousser ses ventes de bières de mononcle « séducteur » – (lire Femmes consommables). 

D’autres, eux, comme les brasseurs de chez Boréale, ont plutôt opté pour l’animal. Leur logo ? Un gros ours polaire. Il faut donc « libérer » l’animal en nous, l’ours polaire qui sommeille en nous tous.

L’ours en toi 

La pub qu’on peut apercevoir un peu partout, ces temps-ci, placardée dans le métro de Montréal ? « Libère l’ours en toi » (voir photo). 

Et « libérer l’ours » en soi, ça veut dire quoi ? Fondamentalement, cela signifie qu’il faut libérer nos pulsions les plus profondes, notre instinct animal. Mettre de côté la raison, les justifications, la pensée rationnelle, quoi, afin de laisser libre cours à notre animal intérieur. 

Pour ce faire, il faut d’abord sortir de la maison, de ce joli cocon sécuritaire, désinfecté et confortable comme tout, s’extirper des chaînes du quotidien et de son train-train, somme toute, s’évader de sa cage. 

Une fois l'évasion accomplie, il faut ensuite renouer avec la nature – et donc notre vraie nature, intrinsèquement animale –, aller jouer dehors, à l’extérieur, dans le bois comme dans les montagnes, faire un feu de camp, et, boire de la bière évidemment. 

Ça tombe drôlement bien, l’alcool a justement un effet désinhibant sur les comportements. Ça permet ainsi de se lâcher enfin lousse, de libérer nos vraies pulsions, de retrouver nos « bas instincts », se reconnecter avec notre « cerveau animal » (lire reptilien), notre véritable nature primale, pour finalement, se comporter « comme un animal », pire, un simple être humain ivre, soûl comme un cochon. 

Même sur leur site internet, Boréal nous montre des belles images de jeunes gens actifs et sportifs, qui font du ski, s’amusent au grand air, malgré ce froid boréal, comme des ours polaires. Maudit qu'ils ont l'air d'avoir du plaisir, ces gens, dehors, au grand air.

Leur campagne publicitaire s’adresse principalement, dans ce cas-ci, aux gens actifs, aux sportifs de fin de semaine, aux oiseaux urbains qui ont besoin de sortir de la ville, de se libérer des chaines du travail comme de leurs conditions de vie "exécrables".

Le pouvoir d’attraction des animaux dans le marketing n’a absolument rien de nouveau. On utilise cette tactique de « l’animal en nous » depuis des années, peut-être même décennies, pour nous vendre toutes sortes de cossins, de concepts, d’ambiance, de produits, ou encore un 5 à 7 de style « Meat Market » (Lire Animal social et publicité, 8 déc. 2014). 

Autrement dit, connecter avec l’animal en nous, permet, entre autres choses, de libérer les pulsions, sexuelles comme de surconsommation. 

----- 

Photo : Sylvie Marchand, « Libère l’ours en toi », pub de bière Boréale, métro de Montréal, 8 déc. 2021.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en