Passer au contenu principal

L'adaptation silencieuse


Lorsque Charles Darwin partit à la découverte du monde et de ses habitants naturels, lors d’un long périple à bord du Beagle dans les années 1830, il remplit de nombreux cahiers et calepins de notes et d’observations les plus diverses. Le brillant naturaliste anglais remarqua entre autres, dans les îles Galapagos, que chez une même espèce d’oiseaux, certains individus avaient pourtant un bec plus long que d’autres. Pourquoi en était-il ainsi ? Parce que les fleurs sur quelques-unes de ces îles où habitaient ces oiseaux, nota Darwin, étaient tubulaires. Ces oiseaux s’adaptèrent donc graduellement à leur environnement, afin de pouvoir puiser le bon nectar.

C’est-y pas beau, ce détail de la vie sur, justement, l’intelligence de la vie ?

Il en est de même chez les êtres humains. La majorité des individus de notre espèce s’adaptent habituellement au changement comme à leur environnement, lentement, graduellement, silencieusement.

Or, UN des problèmes avec les humains – je dis bien UN, car ils sont multiples – lorsqu’ils font face à un changement brusque, draconien ou radical, c’est l’émergence d’un mécanisme bien connu en psychologie comme en psychanalyse, nommé par cette dernière : la résistance au changement.

Contrairement aux oiseaux, les individus de l’espèce humaine sont psychiquement habités de nombreux mécanismes de défense potentiels qui sortent de l’ombre de l’inconscient ou sont davantage mis de l’avant, voire renforcés, lorsqu’ils se retrouvent face au changement. Cette réaction exige forcément beaucoup d’énergie. Car résister à quelque chose, quoi qu’elle soit, ça demande un effort (physique, mental, etc.) et donc une forte hausse énergétique que l’on peut, par exemple, canaliser dans des manifs « anti-mesures gouvernementales ». C’est une simple forme de résistance au changement.

Or, pendant que nombreux médias et chroniqueurs-vedettes servent de porte-voix à cette minorité de complotistes, de « résisteux », et autres bruyants réactionnaires réfractaires aux mesures sanitaires comme au port du masque, ce que l’on peut également voir, observer et même noter tranquillement sur le terrain des ménages québécois, ce sont des gens qui s’adaptent.

On voit des individus qui, depuis le début de cette crise sanitaire, face à tous ces changements, ces menaces, risques, dangers, dérapages ou débordements, s’adaptent, eux, silencieusement.

Des gens qui, au cours des derniers mois, n’ont pas cessé de faire des choix, de s’adapter à leur nouvelle réalité. Des gens qui revoient leur plan de carrière, s’achètent des meubles pis des chaises confortables pour leur télétravail, révisent la liste de leurs priorités, organisent leur vie en fonction de celle-ci, mettent de l’ordre dans leur maison et en place l’horaire de travail idéal.

Des gens qui pensent au présent comme à l’avenir, qui songent à quitter la ville ou carrément déménagent, des gens qui cuisinent et popotent en masse, des personnes qui prennent leur température tous les jours, d’autres qui ont tellement peur de contaminer les autres, d’être asymptomatiques et responsables d’une éclosion, pire, de la mort d’un proche qu’ils restreignent eux-mêmes leurs propres sorties, visites et contacts avec autrui, incluant les membres de leur propre famille.

En somme, on peut voir et entendre des gens consciencieux, des gens tout à fait responsables, préoccupés, certes, par la situation, la pandémie, l’économie, et le reste, mais assez calmes, posés et raisonnables pour comprendre qu'il faut faire avec, qu’on en a encore pour un boutte à vivre ainsi, de même qu’un énorme effort collectif à faire qui passe nécessairement par l'effort individuel. On est membre et solidaire avec notre espèce.

Et c’est ça, précisément, l’adaptation. Cela exige de faire, de se déplacer, de décider, de se comporter en fonction de cette nouvelle réalité, le temps qu’il le faudra, afin d'y trouver notre bon nectar.

Notre bec ne sera pas plus long dans quelques mois, mais en attendant une solution, un remède ou un vaccin, on porte tout simplement un masque. Bref, on s’adapte.

Et je crois même que cela représente une majorité de l’espèce humaine, du moins dans mon coin de pays, qu’on appelle habituellement, la majorité silencieuse. Le reste, chers amis, c’est beaucoup de bruit pour rien.

-----
Photo : S. Marchand, « Le chien mexicain sur Ontario », art mural dans Hochelag, Montréal, 12 sept. 2020.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an