Passer au contenu principal

Il s’appelle Izzy…



Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « whaaaat ?! » -, a le charme, le style et le charisme d’une superstar, avec son look bien à lui et sa crinière fort singulière. Non seulement il est cool et talentueux ce jeune homme, mais, plus important encore, il possède l’humilité des grands, de ces vrais artistes, pas l'une de ces étoiles filantes à la recherche d’un buzz éphémère. Vous savez ? L’humilité d’une Louise Lecavalier qui n’a pas besoin d’en rajouter, sachant pertinemment qu’elle fait exactement ce qu’elle doit faire, ce qu’elle aime, ce qu’elle est, essentiellement, tout simplement. Ni plus ni moins. Et c’est ce que je subodore chez ce jeune artiste, la naissance d’une véritable étoile montante, d’une méga-star en puissance.

Accompagné d'un batteur, Koday, 22 ans, originaire du Japon, ils ont tous les deux quitté Toronto pour faire place à autre chose. « A change of scenery », m’explique Izzy. Oui, il s’appelle Izzy…

Ces deux mecs se sont rencontrés par hasard dans un jam quelque part – l’histoire ne dit pas si c’était ici ou à Toronto, notre court entretien ayant été interrompu par un homme (en boisson) qui me draguait à Berri… Ai-je mentionné la très moyenne séduction de mon côté ?

Or Izzy, lui, n’a pas à s’inquiéter, car les filles, les gars, et tous les autres entre les deux (comme à l’extérieur du continuum), bref, tout ce beau monde tous ensemble, vont bientôt lui lancer leurs bobettes par la tête, sur scène comme ailleurs. Et je leur ai dit que c’est ici, à Montréal, que tout cela allait arriver. « The breaking point is about to happen, my friends… »

Leur duo s’appelle Colourlessband (Floating Colors*) – sarcastique sans doute, car ils sont, ma foi, plutôt colorés -, et je leur prédis un brillant avenir. Ils sont donc sur Instagram « only » – pas de Facebook pour lui (je l’aime encore plus).

Et retenez son nom, je vous dis. Izzy, il s’appelle Izzy. Et oui… je suis folle de lui.

***

« A flower does not think of competing with the flower next to it. 
It just blooms. »

(*Mathieu, croisé à Berri, m'a envoyé sa récente vidéo, filmée au métro Beaudry... la voici.)

Messages les plus consultés de ce blogue

La chute

Cette année-là, ils furent nombreux à s’enlever la vie, tous de la même manière, plongeant ainsi dans les profondeurs abyssales de la mort. Ce qu’ils avaient tous en commun, ces hommes, outre cette chute fatale, était sans doute leur vision tranchée et intransigeante du monde.

Mon grand frère faisait partie du nombre, l’un de ces hommes qui, en 2014, mit fin à cette souffrance qui lui rongeait l’existence en se précipitant dans le vide de sa métropole. Quelque vingt étages plus tard, tout était fini.

Durant les mois qui suivirent son décès, les édifices et les gratte-ciels m’apostrophaient furieusement un peu partout dans la ville. Je développai également, pendant cette période fort sombre de ma vie, une obsession pour les articles de presse relatant ces multiples histoires de bankers et de brokers qui se suicidaient ça et là, tant à New York, à Londres, au Japon, qu’ailleurs dans le monde. Certains journalistes américains parlaient même de « contagion de suicide » dans le milieu bou…

Parlami d’Amore : paroles, paroles, paroles

Sur l’art de spinner une très mauvaise idée… Rien que des mots. Des mots magiques, des mots tactiques. Qui sonnent faux…

Le sexisme des Grands Ballets canadiens de Montréal 

Les Grands Ballets canadiens de Montréal présenteront bientôt leur « spectacle de clôture » qui devait être LE grand moment tant attendu de leur saison « ode à la femme » (« Ode à la femme », mon œil), le spectacle intitulé Femmes.

Suite à l’annonce de cette production chorégraphiée entièrement par des hommes pourtant, nombreuses danseuses, féministes et critiques sont montées au front, dénonçant le sexisme de la compagnie de ballet classique, poussant ainsi le directeur artistique, Ivan Cavallari, à modifier le titre du spectacle pour Parlami d’Amore (Parlez-moi d’amour).

Les paroles s’envolent, les écrits restent 

Le concept de départ, donc, un grand spectacle de clôture intitulé Femmes, chorégraphié entièrement par des hommes, soit trois chorégraphes « internationaux ». Suite à la controverse, l’un d’eux se dés…

Ocytocine et politique

Depuis quelques semaines, je suis en « rupture politique » (et il semble que je ne sois pas la seule ce printemps). C’est lui, l’enfoiré, mon « ex » oui, qui m’a laissé tomber. Fâchée, réactionnaire et question de lui en mettre plein la gueule, je me suis tout de suite mise en mode recherche, sachant pourtant très bien que des partis indépendantistes au Québec, ça ne court pas les rues (Électrice libre cherche parti politique).

Et puis pendant des jours, j’ai observé et pris bonne note de mes agissements ainsi que des pensées qui me traversaient l’esprit, sorte d’autoanalyse à laquelle toujours je m’adonne. Et effectivement, j’ai remarqué que j’étais aussi marabout et en beau joualvert que lorsqu’on se fait dompter par quelqu’un, ou que le mec te dit qu’il va t’appeler mais ne le fait pas, ou encore que ton conjoint te laisse tomber pour une plus jeune… bref, ce genre de truc insupportable mais néanmoins inévitable de la vie plate. Ça emmerde, même que ça fait mal.

Tout à coup, ton «…