Passer au contenu principal

Se radicaliser lentement


Au cours de la dernière année, j’ai interpellé quelques directeurs, députés, aspirants députés, journalistes ainsi qu’une ministre, concernant des enjeux socio-économiques affectant les femmes, la langue française et l’utilisation des fonds publics, aka mon « gros dossier ». Soit c’était planifié – je savais à l’avance qu’ils seraient présents et vais d’un pied ferme à leur rencontre -, soit c’était par hasard, au cours d’une marche citoyenne, d’une manifestation ou en me promenant tout simplement dans la rue : « Tiens, madame la ministre justement. Un p’tit mot d’intérêt public, si vous me permettez. » Comme une vraie scoute, je suis toujours prête.

Parmi tout ce beau monde, personne ne m’a impressionnée. Cela va sans dire, d’abord parce que ce sont des gens ben ordinaires, des humains comme vous et moi. Aussi, parce qu’ils en avaient rien à cirer de mon « gros dossier ». Hormis la députée Manon Massé, croisée maintes fois ici et là ainsi que dans le métro (nommez-moi un-e député-e qui prend le métro, vous) et Amir Khadir qui a tout de suite compris que ça ne faisait aucun sens cette mascarade de financement d'un organisme culturel dans le domaine de la santé, un seul autre député s’est montré intéressé (ou habile, c’est selon) quant à ma prise de position concernant l’odieuse utilisation des fonds publics. Suite à ce court échange, j’ai pensé : « Lui, ou bien il a compris la psycho-101, ou bien il aime véritablement rencontrer le peuple. » Il a posé une seule question, la bonne.

Pour les autres, en particulier la ministre en question, ils ont juste hâte d’en finir au plus vite, de se débarrasser de vous au plus sacrant et, le cas échéant, de remonter dans leur belle grosse voiture aux vitres teintées (fournie par les contribuables), leurs attachés politiques affichant un air on ne peut plus contrarié, voire dégoûté. Évidemment, « la madame » s’adressant à la ministre qui débarque de son char n’était pas prévue à l’horaire condensé du jour… Changez de face svp. Vous vouliez servir le peuple ? Eh bien, je suis le peuple. En plus, je suis polie, en beau fusil certes, mais néanmoins courtoise. Et mon pitch prend moins de deux minutes, alors… on se calme le pompon.

En même temps, comme disait Elvis Gratton, « faut être réaliste, câlisse ». Les politiciens fréquentent habituellement ce genre d’événements pour faire grimper leur capital de sympathie, pas pour écouter tous les citoyen-ne-s présent-e-s. Mais comme ils ont généralement le temps de prendre des égoportraits et de donner beaucoup de poignées de main, en s’assurant que les médias capturent ces belles images, près du peuple, accessibles, touchables même (contrairement à la reine) afin de les diffuser au plus grand nombre et ainsi convertir des concitoyen-nes en véritables croyants votants, membres actifs ou militants, alors on se dit why not coconut, allons-y pour une brève intervention citoyenne. Ce n’est pas plus long.

En revanche, ne leur posez pas de questions et ne les interpellez surtout pas concernant des enjeux d’intérêt public. Ils ne sont pas là pour ça et se braqueront dans le temps de dire : « Saviez-vous que… ». Ne leur écrivez pas non plus, par la poste ou par courriel à leur futile adresse « assnat » (Assemblée nationale), ça ne donne strictement rien. Si vous recevez une réponse, ce sera l’usuelle formule automatique « votre message est important pour nous… » blablablablablablabla.

Autrement dit, dans ce pays prétendument démocratique, à moins d’être « quelqu’un », une personnalité connue, une personne influente, un opulent homme d’affaires, un important commanditaire, une vedette populaire ou un-e journaliste de l’une de ces catégories, vous n’aurez droit, à quelques exceptions près, à aucune réponse, aucun suivi, aucun retour d’appel. Même Radio-Canada, notre société d’État qui parle sans cesse de transparence et d’accès à l’information, ne répondra à aucune de vos plaintes et demandes d’informations… Cela en dit long sur le pouvoir réel des citoyen-nes. Au fait, qui les appelait Radio-Cadenas déjà ?

On viendra ensuite nous casser les oreilles que les gens sont cyniques, que le peuple est désintéressé, apolitisé, aigri, amer, apathique, et tout le reste. Euh... oui évidemment, si personne ne répond à nos questions. Voilà plus de 5 ans que je pose les mêmes questions, sans aucun suivi. Et à moins d’un miracle, d’une intervention divine ou d’une claque sur la gueule, je sombrerai bientôt, moi aussi, dans le syndrome de l’impuissance acquise (voir Leçon guerrière).

Et c’est précisément dans ces moments de profond découragement que je saisis toute la charge du désespoir et la rage sous-jacente des extrémistes, les Femen entre autres exemples. Peut-être que si je me pointais là les seins à l’air, un message écrit sur la poitrine, des fleurs dans les cheveux, on cesserait alors de se foutre de ma gueule, de me prendre pour une tarte, une bonne femme insignifiante, me balançant en plein visage des fadaises, des insultes, des formules creuses ou du silence. L’histoire ferait alors les manchettes, l’enjeu serait enfin diffusé, les réponses fuseraient de partout. Peut-être, dis-je.

Peut-être encore (montons d’une coche dans la frustration et l’extrémisme) que si je me présentais avec une arme, une grenade ou un couteau de chasse, on négocierait enfin avec « la madame ». Vous savez, comme dans les films : « Qu’est-ce que vous voulez, madame ? On vous écoute ! On est là pour entendre vos demandes… », avant d’aller séjourner quelques semaines en prison, logée, nourrie, transport inclus.

Peut-être en fait que nombreux extrémistes en avaient tout simplement marre de crier dans le désert. « Fini le civisme, crisse. On passe à l’action, aux vraies affaires ! »

Madame Diane Blain, elle, 74 ans, est allée confronter Justin Trudeau et s’est « fait ramasser par deux gros hommes » de la GRC. Que l’on soit d’accord ou pas avec sa position, sa question ou sa vision étriquée du monde, une question de la dame m'apparaît néanmoins pertinente : « ...pouvez-vous me dire quand les simples citoyens ont une tribune pour poser leurs questions publiquement ? »

Et en ce sens, je pose la mienne : que faut-il faire dans ce pays supposément démocratique (« pouvoir du peuple ») pour être entendue par nos institutions publiques et leurs représentants qui n’en ont absolument rien à foutre des demandes d’informations et des revendications des indigents, des prolétaires et des nobodies, sans recourir aux armes ou aux nichons à l’air ?

Radicalisation en cours… merci de patienter.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an