Passer au contenu principal

Porter à gauche, à droite, comme à l’extrême centre


À quelques mois des élections, et après un long suspense, M. Alexandre Taillefer affiche finalement ses couleurs politiques : « Je confirme que je serai le président de la campagne électorale pour le Parti Libéral du Québec. Pas une décision facile mais elle s'impose par l'importance des enjeux. Les positions progressistes de Monsieur Couillard me rejoignent. Merci de commenter respectueusement. », a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

Pas besoin de souligner que les commentaires suivant cette annonce coup-de-poing-sur-la-gueule-des-vrais-progressistes étaient loin d’être élogieux, mais néanmoins respectueux, ou presque. Progressistes les positions de Couillard? I don’t think so… 

En janvier 2017, lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle, M. Taillefer affirmait qu'« … il est temps aujourd’hui qu’on revoit la façon de faire, la façon de gouverner et [de] s’assurer qu’on mette dans les postes-clés les bonnes personnes, les gens qui connaissent leurs dossiers », vantant par là même la valeur de Mme Manon Massé de Québec solidaire, « un actif que le Québec sous-exploite… ». 

En février dernier, il joignait de plus sa voix au Mouvement démocratie nouvelle - en soi une bonne nouvelle - qui souhaite réformer le mode de scrutin électoral alors que le parti libéral n’en veut pas… Solidaire, M. Taillefer ? Péquiste ? Pas si vite, il est fédéraliste. 

Dans son texte Sortir du garde-robe – chronique qui s’intitulait De la main gauche en passant, mais peut-être est-il simplement gaucher et non gauchiste, je ne l’ai jamais vu écrire -, M. Taillefer appuyait clairement une amie de longue date libérale, tout en admettant être de l’extrême centre

Ces deux mots évoquent inéluctablement le billet de M. Alain Deneault, L’extrême centre mou (bis) : les fils blancs d’Alexandre Taillefer dans lequel il écrit : « Les fadaises idéologiques ont ceci d’avantageux pour les opulents qui les prononcent qu’on met peu de temps et d’efforts à les exprimer, mais beaucoup plus à les démonter… Or, la loi, contrairement à ce qu’indique celui qu’on présente pour ambitieux politiquement (et qui aspire donc à l’écrire un jour), n’est pas tant dans nos régimes ce qui légitime la distinction entre transferts légaux et transferts illégaux ‒ les fameux « évitement » et « évasion » ‒ que ce qui la permet abusivement. (…) En tout, ce sont 260 milliards de dollars que les entreprises que défend Taillefer ont pu, s’il n’y a pas parfois directement des parts lui-même, le plus souvent légalement, soustraire artificiellement au traitement fiscal canadien. (…) 

» On ne répétera pas aujourd’hui qu’Alexandre Taillefer via son autre grand média, L’Actualité, revendique explicitement l’étiquette d’« extrême centre », un positionnement politique qui consiste moins à situer son discours sur l’axe gauche-droite qu’à supprimer celui-ci au profit d’une position intolérante consistant à disqualifier de facto tout ce qui ne coïncide pas avec ses intérêts. Pour ce faire, être riche ne suffit pas pour persuader autrui de ses vues ‒ l’argent n’a jamais acheté l’intelligence. Il faut posséder soi-même des médias et les utiliser pour distribuer les étiquettes mélioratives ou diffamantes, selon les sujets. Plus on se montrera docile avec le discours intéressé des puissants, plus on se verra qualifié de moderne, pondéré, raisonnable, rationnel, normal et même courageux. » 

Doit-on être surpris, donc, de l’étalement politique de M. Taillefer, de ce « bric-à-brac idéologique » comme l’écrit plus loin Alain Deneault ? M. Taillefer l’a lui-même révélé, il est un « queer politique ». Ses ambitions politiques ne font aucun doute, et en attendant le départ de M. Couillard, M. Taillefer joue aux échecs. Tout simplement. Un point c'est tout. 

Et pour y arriver, se hisser ainsi jusqu’à la chefferie d'un parti, il est prêt à tenir des propos immondes, car « Couillard » et « progressiste » ne vont certainement pas dans la même phrase - cette dernière étant l’exception confirmant la règle. 

C’est l’ambition à court, moyen et long terme qui parle dans ce récent investissement de M. Taillefer – et j’irai même d’une prédiction ici, MM. Aussant et Taillefer croiseront le fer comme chefs de parti dès 2019.

Quoi qu’il en soit, on va surveiller de très près ses moves et agissements, car il ne faudrait surtout pas qu’il s’enfarge dans les législations de complaisance ni la fluidité politique. Respectueusement évidemment.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…