Passer au contenu principal

Lean in ?


Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix », alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais assurez-vous d’être blanche et d’avoir un nom commun qui n’évoque pas trop l’ethnicité car les femmes immigrantes et autochtones sont doublement discriminées en emploi.

Lean in ?
Vous voulez dire se mettre à genou ? Car la fellation semble souvent requise pour obtenir des rôles ou postes importants. En avez-vous entendu parler ?

Lean in ?
Et si on commençait par l'Assemblée nationale ? Qui refuse d'adopter clairement la parité. Deux des chefs, MM. Couillard et Legault, ne se sont même pas présentés pour voter. C'est du beau. Du beau discours encore une fois. (Voir aussi cet article de la Presse canadienne)

Lean in ? 
Certainement, mais savez-vous combien de femmes se font « remettre à leur place » lorsqu’elles tentent le coup. Qui plus est par des imbéciles, des incompétents, des arrogants, parfois les trois en même temps. Bonne chance.

Lean in ?... Give me a break. 

Et si on cessait de reprocher aux femmes de manquer de confiance, d’ambition, d’être peureuses, trop « insécures » et tout le tralala ? Et si on arrêtait de les culpabiliser sans cesse, de les ridiculiser, de les infantiliser en leur offrant d’insipides ateliers comme « Boostez votre confiance » dans un beau programme « L’effet a » - pour ambition (féminine évidemment) - avec entre autres Mme Isabelle Hudon qui a elle-même aidé à financer un Boys Club ou deux, sans jamais se poser la vraie question : qui bénéficie réellement de cet argent ? Qui en profite véritablement ? Des femmes ? … Non, Mme Hudon. Fallait faire vos devoirs et une petite recherche dans les coulisses sur l’instrumentalisation des femmes. Ou avez-vous vous-même été assujettie, utilisée ? Ça emmerde, pas vrai ? Pour une femme d'affaires, c'est assez lamentable cette blanche naïveté avec perles au cou... Mais qu’importe aujourd’hui puisque d'autres "féministes-entrepreneuriales" ont pris la relève, et votre beau « réseau de contacts » du pouvoir blanc et votre ambition (féminine toujours) ont été rentables, profitables, vous propulsant jusqu’au poste d’ambassadrice du Canada en France. Wow. Bravo. Mais je vous pose tout de même la question en passant Mme Hudon, même si vous n’avez jamais répondu à mes courriels : « qui serez-vous [vous] dans 100 jours » ?

Et si au lieu de s’en prendre constamment aux femmes, on revoyait la définition du pouvoir (blanc), ses termes, ses conditions et les moyens de s'y rendre ? Et si on dénonçait plutôt les magouilles des hommes en position de pouvoir qui en abusent constamment ? Et si on demandait plutôt aux hommes de se tasser un tantinet, de faire de la place, de partager l’espace et le gros bureau, en plus de doser ces comportements virils qui ont fini par incarner ce pouvoir et les moyens pour y parvenir ?

Lean in ? How about Back off ! ... Il me semble que ça ferait un maudit beau titre de livre ça, pas vrai ? « L'effet b » que ça s'appellerait. Mais c’est sans doute beaucoup moins payant pour les féministes entrepreneuriales (majoritairement blanches, les dents aussi - elles sourient tout le temps ces femmes, c'est-y pas beau de voir ça). Ça fait vendre des livres, des séminaires, des ateliers, du coaching, la dinde et le dindon de la farce, l’infantilisation des femmes.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…