Passer au contenu principal

Le sot dimanche


Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la première (qu'on a écoutée juste pour garder un œil sur Taillefer - voir Porter à gauche, à droite, comme à l'extrême centre), on constate que madame a effectivement changé de place et de bord. Fallait le dire apparemment. Elle est maintenant assise sur une chaise droite à coté de monsieur qui trône toujours derrière son beau bureau à l'American talk-show. Aïe, aïe, aïe, on recommence…

On ne parlera même pas du nombre de "femmes vs hommes" sur le plateau ou même du contenu, à quoi bon. En revanche, essayons un exercice bien simple de visualisation, et tentons d’imaginer l’inverse un seul instant – je sais, c’est difficile, mais faites l’effort une nanoseconde : la femme assise derrière son beau bureau à l’American talk-show pendant que monsieur, lui, serait assis à côté du gros bureau, sur une chaise droite, identique à celle des invités, comme s’il était son secrétaire et qu’il devait prendre des notes pour madame à la sténo… Impossible, right ? Inimaginable ? Inconcevable ? Insupportable ? Quoi, ça vous fait mal à l’intérieur ? Ça ne passerait jamais ? Ni dans l’imaginaire ni à TV ?

Et pourtant c'est ce que vous nous servez. C’est ce qu’on nous demande sans cesse de faire, à nous les femmes, d’accepter cette piètre réalité de second rôle, de co-pilote, de complice, sinon d’être totalement absente du plateau - dois-je à nouveau nommer ces émissions à deux hommes ? -, bref, de se tenir à l’écart, de servir de postiche, d’accessoire, de marionnette ou de plante verte.

Non seulement ça ne passe pas, ni visuellement, encore moins symboliquement (urgh!), mais en plus, vous avez l’air de vouloir mettre une femme, Mme Makonnen oui, une femme intelligente, connaisseuse, pertinente, articulée, capable de débattre, d'écouter, de poser les vraies questions, qui pourrait très bien, à elle seule, piloter cette émission, voire être la reine de la télévision, simplement pour faire grimper vos chiffres de la parité et de la représentation des minorités ethniques - tout à coup que La Presse ferait un autre bilan

Disons-le clairement, dans cette nouvelle disposition, madame a l’air de la secrétaire particulière à monsieur - j'espère au moins qu'elle a le même salaire -, alors que, entre vous et moi, elle pourrait très bien être la patronne… Alors oui, ça détonne. Ça jure, ça fait même grincer des dents.

La solution est pourtant simple. Ou bien vous assumez, messieurs les producteurs et autres décideurs (sans doute tous des hommes blancs, qu’en sais-je), et vous faites votre classique American talk-show, puisque c’est là le concept, avec monsieur trônant derrière son beau bureau. Point. Ou bien vous trouvez une table (simonaque), un grand bureau avec deux chaises identiques, et installez monsieur et madame ensemble, pilote et co-pilote, comme dans un avion ou Les échangistes.

Car ça pique du nez cette image. C'est intenable, imbuvable, et qui veut ça pour le restant de la saison. D’autant plus que la co-pilote risque à elle seule de faire lever le show.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an