Passer au contenu principal

Scientia potentia est


Si savoir c'est pouvoir, les indigents ne sont pas près de reprendre du poil de la bête et de se sortir de leur situation merdique. Non seulement le fossé, on le sait, ne cesse de se creuser entre les pauvres et les richissimes, mais en plus, seuls les opulents, les riches entreprises et la fameuse classe moyenne intéressent les décideurs, les politiciens et autres puissants acteurs de l’économie.

À ce propos, le philosophe Alain Deneault écrit, dans Politiques de l’extrême centre (Lux, 2016) : « Il n’y aurait lieu d’exister diversement que dans la "classe moyenne". Ainsi, un lecteur assidu de La Presse ou un fidèle de Radio-Canada ignore toujours de quoi est fait le quotidien d’un assisté social au Québec. Comment se débrouille-t-on avec un revenu de 623 dollars par mois, qui plus est dans le mépris généralisé? »

On l’expliquerait volontiers, mais la réalité est, justement, que tout le monde s’en fout éperdument. L’indifférence, voilà la réelle violence.

J’ajouterais par ailleurs que l’inverse est aussi vrai. L’assisté social et les pauvres en général ne savent plus de quoi est fait le quotidien La Presse, les dossiers « chauds » et nombreux articles des chroniqueurs vedettes étant dorénavant réservés à La Presse+, dont l’accès nécessite une tablette électronique.

« Pis ça! What's the big deal? », lanceront certains. Cela en surprendra peut-être quelques-uns, mais un panier de denrées périmées coûtant généralement 3$ au centre d’aide alimentaire de votre quartier, qui, bon sang, a les moyens d'avoir une tablette après avoir payé le loyer, l'électricité et, lorsque possible, quelques titres pour le transport en commun. Nos ordis ne datent pas d'hier, et non, on a ni le dernier iPhone ni le premier. Bref, la question n'est pas, chez les prolétaires, En as-tu vraiment besoin? mais bien En as-tu les moyens?. La réponse est non. D'entrée de jeu, le dossier est réglé. Pas besoin d'un livre comptable pour nous l'expliquer.

Or contrairement aux milléniaux, vers qui se dirige systématiquement l’information apparemment, certains d’entre nous allons toujours vers elle, la vraie, celle vérifiée deux fois plutôt qu'une. Fuck Facebook et les médias qui manquent de rigueur, répandant leur poudrerie explosive approximative sur les réseaux sociaux.

Ainsi, les pauvres, opérant au quotidien sans tablette, sans câble et de moins en moins de journaux papier disponibles à la bibliothèque municipale ou au café du coin, ont droit à l’information publique et celle qu’on veut bien leur donner sur internet, entre autres exemples, 10 articles gratuits mensuellement dans Le Devoir - à consommer avec modération donc, freinant au maximum svp vos élans de curiosité.

Oui, on le sait, les modèles d'affaires ont changé, ont dû évoluer. Comme tout organisme vivant, il faut s'adapter pour ne pas mourir et disparaître de la chaîne alimentaire ou du marché. La précarité (on sait aussi ce que c'est) affecte plus que jamais les journaux et les médias écrits, se battant contre des géants américains qui engloutissent crânement les revenus publicitaires. On est pauvres, pas ignorants (enfin, pas totalement) d'où notre besoin, on l'espère, de se tenir au courant, de demeurer informé.

N'empêche. On milite sans cesse contre les frais accessoires dans le système de la santé et autres frais cachés qui pèsent lourds dans la balance des gens vivant déjà sous le seuil de la pauvreté qui en font constamment les frais (voir Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$). Faudra-t-il également lutter pour avoir accès à l'information de qualité? Dans une société démocratique, l'information n'est-elle pas un besoin essentiel, le savoir, une nécessité?

Au final, la presse écrite n'a-t-elle pas tout simplement rejoint nos rangs, là où la survie, les iniquités et l’indifférence générale gouvernementale, voire le mépris absolu* des élu.e.s envers les plus vulnérables, est une affaire du quotidien. : :
---
*Notamment l'adoption de la honteuse loi 70 au Québec, le 10 novembre 2016, par 76 membres de l'Assemblée nationale (contre 26), dont MM. Philippe Couillard (Roberval), premier ministre du Québec, chef du Parti libéral et son groupe, et François Legault (Assomption), chef de la CAQ et ses blancs députés. « Un jour sombre pour la dignité des personnes assistées sociales », concluait Françoise David.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…