Passer au contenu principal

Scientia potentia est


Si savoir c'est pouvoir, les indigents ne sont pas près de reprendre du poil de la bête et de se sortir de leur situation merdique. Non seulement le fossé, on le sait, ne cesse de se creuser entre les pauvres et les richissimes, mais en plus, seuls les opulents, les riches entreprises et la fameuse classe moyenne intéressent les décideurs, les politiciens et autres puissants acteurs de l’économie.

À ce propos, le philosophe Alain Deneault écrit, dans Politiques de l’extrême centre (Lux, 2016) : « Il n’y aurait lieu d’exister diversement que dans la "classe moyenne". Ainsi, un lecteur assidu de La Presse ou un fidèle de Radio-Canada ignore toujours de quoi est fait le quotidien d’un assisté social au Québec. Comment se débrouille-t-on avec un revenu de 623 dollars par mois, qui plus est dans le mépris généralisé? »

On l’expliquerait volontiers, mais la réalité est, justement, que tout le monde s’en fout éperdument. L’indifférence, voilà la réelle violence.

J’ajouterais par ailleurs que l’inverse est aussi vrai. L’assisté social et les pauvres en général ne savent plus de quoi est fait le quotidien La Presse, les dossiers « chauds » et nombreux articles des chroniqueurs vedettes étant dorénavant réservés à La Presse+, dont l’accès nécessite une tablette électronique.

« Pis ça! What's the big deal? », lanceront certains. Cela en surprendra peut-être quelques-uns, mais un panier de denrées périmées coûtant généralement 3$ au centre d’aide alimentaire de votre quartier, qui, bon sang, a les moyens d'avoir une tablette après avoir payé le loyer, l'électricité et, lorsque possible, quelques titres pour le transport en commun. Nos ordis ne datent pas d'hier, et non, on a ni le dernier iPhone ni le premier. Bref, la question n'est pas, chez les indigents, En as-tu vraiment besoin? mais bien En as-tu les moyens?. La réponse est non. D'entrée de jeu, le dossier est réglé. Pas besoin d'un livre comptable pour nous l'expliquer.

Or contrairement aux milléniaux, vers qui se dirige systématiquement l’information apparemment, certains d’entre nous allons toujours vers elle, la vraie, celle vérifiée deux fois plutôt qu'une. Fuck Facebook et les médias qui manquent de rigueur, répandant leur poudrerie explosive approximative sur les réseaux sociaux.

Ainsi, les pauvres, opérant au quotidien sans tablette, sans câble et de moins en moins de journaux papier disponibles à la bibliothèque municipale ou au café du coin, ont droit à l’information publique et celle qu’on veut bien leur donner sur internet, entre autres exemples, 10 articles gratuits mensuellement dans Le Devoir - à consommer avec modération donc, freinant au maximum svp vos élans de curiosité.

Oui, on le sait, les modèles d'affaires ont changé, ont dû évoluer. Comme tout organisme vivant, il faut s'adapter pour ne pas mourir et disparaître de la chaîne alimentaire ou du marché. La précarité (on sait aussi ce que c'est) affecte plus que jamais les journaux et les médias écrits, se battant contre des géants américains qui engloutissent crânement les revenus publicitaires. On est pauvres, pas ignorants (enfin, pas totalement) d'où notre besoin, on l'espère, de se tenir au courant, de demeurer informé.

N'empêche. On milite sans cesse contre les frais accessoires dans le système de la santé et autres frais cachés qui pèsent lourds dans la balance des gens vivant déjà sous le seuil de la pauvreté qui en font constamment les frais (voir Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$). Faudra-t-il également lutter pour avoir accès à l'information de qualité? Dans une société démocratique, l'information n'est-elle pas un besoin essentiel, le savoir, une nécessité?

Au final, la presse écrite n'a-t-elle pas tout simplement rejoint nos rangs, là où la survie, les iniquités et l’indifférence générale gouvernementale, voire le mépris absolu* des élu.e.s envers les plus vulnérables, est une affaire du quotidien. : :
---
*Notamment l'adoption de la honteuse loi 70 au Québec, le 10 novembre 2016, par 76 membres de l'Assemblée nationale (contre 26), dont MM. Philippe Couillard (Roberval), premier ministre du Québec, chef du Parti libéral et son groupe, et François Legault (Assomption), chef de la CAQ et ses blancs députés. « Un jour sombre pour la dignité des personnes assistées sociales », concluait Françoise David.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…