Passer au contenu principal

Les femmes sont des êtres humains – 5 nov 1906


On l’a dit, féminisme a été le mot de l’année 2017 (voir Féminisme, le mot de l’année?). Mais revenons néanmoins sur cette « notion radicale que les femmes sont des êtres humains ».

5 novembre 1906 
Lundi 5 novembre 1906 fut un grand jour pour Marie Curie. Cette journée-là en effet, dès 13h30, Marie Curie (née Marya Sklodowska) devint la première femme professeure à la Sorbonne, étant bien entendu la seule compétente à pouvoir dispenser le cours de physique de son mari, Pierre, décédé accidentellement plus tôt cette même année.

Pour saisir l’ampleur de l'événement, il faut savoir que Marya Sklodowska avait dû quitter son pays natal en 1891 afin de poursuivre des études supérieures, interdites alors aux femmes en Pologne (Royaume du Congrès sous la tutelle russe). Pendant quelques années, Marya et de nombreuses femmes, dont sa sœur Bronya qui devint quant à elle médecin, fréquentèrent « l’Université volante », une organisation clandestine, créée et dirigée par une femme, qui dispensait des cours en polonais, utilisant différents lieux pour des raisons de sécurité.

Faut aussi dire que la famille Sklodowski était particulièrement patriotique durant l'insurrection polonaise, et déjà très égalitaire, comme de nombreuses familles polonaises à l’époque, et, à cet égard, plus progressistes que les Français, mais je m’éloigne.

Pour en revenir à cette journée historique de 1906 donc, le lendemain, mardi 6 novembre, quelques journaux mentionnèrent l’événement, notamment La Presse parisienne annonçant « Les débuts de Mme Curie » en première page.

Mais le commentaire le plus révélateur, quant au contexte dans lequel la génie Marie Curie réalisa cet exploit, est sans aucun doute celui paru dans Le Journal : « c'est […] une grande victoire féministe que nous célébrons en ce jour… Car, si la femme est admise à donner l'enseignement supérieur aux étudiants des deux sexes, où sera désormais la prétendue supériorité de l'homme mâle ? En vérité, je vous le dis : le temps est proche où les femmes deviendront des êtres humains. »

(… Je sais. La mienne aussi est tombée.)

Selon l’auteur et chimiste britannique Robert Reid, cet énoncé appartiendrait à « un admirateur » (1) présent dans l’auditorium bondé (plus de 300 personnes entassées dans un amphithéâtre contenant 200 places) où se tenait le tout premier cours de la fameuse Marie Curie - qui pour sa part n’a jamais recherché la gloire.

Manifestement les droits des femmes ont progressé au cours des 111 dernières années et des poussières (certaines radioactives). Mais peut-on réellement affirmer que toutes les femmes du monde sont aujourd’hui considérées comme des êtres humains à part entière ? Il y a toujours de quoi faire tomber les mâchoires. : :

Premier principe: ne se laisser abattre ni par les êtres ni par les événements. (2)
Marie Curie (1867-1934)
-----
(1) Dans Marie Curie - derrière la légende, Seuil, 1979, p. 157.
(2) Ibid., p.34.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…