Passer au contenu principal

Le déclin de l'empire machiste


Le tsunami de dénonciations qui a déferlé sur le monde entier dans la foulée de l'affaire Weinstein met en lumière un phénomène, dont, personnellement, j'ignorais l'imposante prévalence, soit ce besoin irrépressible d'exhiber son précieux membre, voire se donner du plaisir devant de parfaites étrangères. Comme disent les milléniaux: « Yo man ! What the fuck, man ?! »

Ce glorieux phallus 
On a tellement édifié et glorifié le sexe masculin depuis le début des temps - pure autoproclamation, soit dit en passant - que plusieurs hommes semblent croire que les femmes souffrent effectivement de l'envie du pénis, désirant l'observer à tout prix, envieuses de leur appareil génital (voir également Le deuxième sexe et "l'envie du pénis"). Or, cela en surprendra peut-être certains, mais personne n'a envie de voir votre pénis sans consentement ou demande claire, encore moins à l'action, dans un pitoyable geste de masturbation publique.

Pour les exhibitionnistes - trouble sexuel défini comme « un besoin ou comportement actuel d'exposer ses parties génitales à d'autres personnes ou d'agir sexuellement en public », l'état de consternation et d'effroi suscité par un tel comportement non sollicité, serait source de gratification. Passons.

Mais que révèle plus précisément l'acte de se masturber devant ces victimes? Nul autre qu'un profond mépris, une véritable hostilité, une haine incommensurable des femmes, en plus de leur objectivation à son apogée:
« sois belle et tais-toi; je m'occupe du reste... poufiasse. »

Pour ces prédateurs, la présence seule d'une femme suffit à déclencher un comportement sexuel, voire criminel. On se calme la testostérone, s'il vous plaît. Comme le disait à propos l'humoriste Tiffany Haddish samedi dernier - première humoriste afro-américaine à animer Saturday Night Life (il était temps) -, « si tu sors ton machin-truc et qu'elle est encore habillée, you're wrong! »  Visionnez cet extrait (40 sec.)

Autrement dit, mieux vaut garder son pénis dans son pantalon. Ça fait vraiment plus professionnel.

Un retour du balancier?
Or dans l'oeil de cette tempête médiatique qui ravage tous les milieux - cinéma, politique, sports, etc. -, sommes-nous réellement en train d'assister à un revirement de situation, un changement d'époque, un véritable bouleversement des mentalités?

Les fruits du féminisme, maintenant plus que centenaire, sont-ils mûrs, prêts à être enfin cueillis et savourés pleinement par cette société du 21ième siècle?

Car non seulement un nombre effarent d'hommes abusifs tombent massivement - de haut, brusquement et très rapidement -, mais les femmes semblent s'élever, elles, en revanche, prendre du terrain, accédant progressivement au pouvoir. Plusieurs prennent la parole, s'expriment ouvertement (voir "NOW is female"). D'autres joignent les rangs du pouvoir, notamment lors des dernières élections municipales, il y a quelques jours à peine, où un nombre record de mairesses ont été élues au Québec, dont Valérie Plante, première femme à la tête de Montréal. (On fête le 375ième en passant.)

Et cette montée féministe ne semble que (re)commencer. Un autre début d'un temps nouveau, comme le chantait allègrement Renée Claude dans les années 70? Ou est-ce simplement que le karma... is indeed a bitch.

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais que la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec u…