Passer au contenu principal

Le déclin de l'empire machiste


Le tsunami de dénonciations qui a déferlé sur le monde entier dans la foulée de l'affaire Weinstein met en lumière un phénomène, dont, personnellement, j'ignorais l'imposante prévalence, soit ce besoin irrépressible d'exhiber son précieux membre, voire se donner du plaisir devant de parfaites étrangères. Comme disent les milléniaux: « Yo man ! What the fuck, man ?! »

Ce glorieux phallus 
On a tellement édifié et glorifié le sexe masculin depuis le début des temps - pure autoproclamation, soit dit en passant - que plusieurs hommes semblent croire que les femmes souffrent effectivement de l'envie du pénis, désirant l'observer à tout prix, envieuses de leur appareil génital (voir également Le deuxième sexe et "l'envie du pénis"). Or, cela en surprendra peut-être certains, mais personne n'a envie de voir votre pénis sans consentement ou demande claire, encore moins à l'action, dans un pitoyable geste de masturbation publique.

Pour les exhibitionnistes - trouble sexuel défini comme « un besoin ou comportement actuel d'exposer ses parties génitales à d'autres personnes ou d'agir sexuellement en public », l'état de consternation et d'effroi suscité par un tel comportement non sollicité, serait source de gratification. Passons.

Mais que révèle plus précisément l'acte de se masturber devant ces victimes? Nul autre qu'un profond mépris, une véritable hostilité, une haine incommensurable des femmes, en plus de leur objectivation à son apogée:
« sois belle et tais-toi; je m'occupe du reste... poufiasse. »

Pour ces prédateurs, la présence seule d'une femme suffit à déclencher un comportement sexuel, voire criminel. On se calme la testostérone, s'il vous plaît. Comme le disait à propos l'humoriste Tiffany Haddish samedi dernier - première humoriste afro-américaine à animer Saturday Night Life (il était temps) -, « si tu sors ton machin-truc et qu'elle est encore habillée, you're wrong! »  Visionnez cet extrait (40 sec.)

Autrement dit, mieux vaut garder son pénis dans son pantalon. Ça fait vraiment plus professionnel.

Un retour du balancier?
Or dans l'oeil de cette tempête médiatique qui ravage tous les milieux - cinéma, politique, sports, etc. -, sommes-nous réellement en train d'assister à un revirement de situation, un changement d'époque, un véritable bouleversement des mentalités?

Les fruits du féminisme, maintenant plus que centenaire, sont-ils mûrs, prêts à être enfin cueillis et savourés pleinement par cette société du 21ième siècle?

Car non seulement un nombre effarent d'hommes abusifs tombent massivement - de haut, brusquement et très rapidement -, mais les femmes semblent s'élever, elles, en revanche, prendre du terrain, accédant progressivement au pouvoir. Plusieurs prennent la parole, s'expriment ouvertement (voir "NOW is female"). D'autres joignent les rangs du pouvoir, notamment lors des dernières élections municipales, il y a quelques jours à peine, où un nombre record de mairesses ont été élues au Québec, dont Valérie Plante, première femme à la tête de Montréal. (On fête le 375ième en passant.)

Et cette montée féministe ne semble que (re)commencer. Un autre début d'un temps nouveau, comme le chantait allègrement Renée Claude dans les années 70? Ou est-ce simplement que le karma... is indeed a bitch.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…