Passer au contenu principal

Le déclin de l'empire machiste


Le tsunami de dénonciations qui a déferlé sur le monde entier dans la foulée de l'affaire Weinstein met en lumière un phénomène, dont, personnellement, j'ignorais l'imposante prévalence, soit ce besoin irrépressible d'exhiber son précieux membre, voire se donner du plaisir devant de parfaites étrangères. Comme disent les milléniaux: « Yo man ! What the fuck, man ?! »

Ce glorieux phallus 
On a tellement édifié et glorifié le sexe masculin depuis le début des temps - pure autoproclamation, soit dit en passant - que plusieurs hommes semblent croire que les femmes souffrent effectivement de l'envie du pénis, désirant l'observer à tout prix, envieuses de leur appareil génital (voir également Le deuxième sexe et "l'envie du pénis"). Or, cela en surprendra peut-être certains, mais personne n'a envie de voir votre pénis sans consentement ou demande claire, encore moins à l'action, dans un pitoyable geste de masturbation publique.

Pour les exhibitionnistes - trouble sexuel défini comme « un besoin ou comportement actuel d'exposer ses parties génitales à d'autres personnes ou d'agir sexuellement en public », l'état de consternation et d'effroi suscité par un tel comportement non sollicité, serait source de gratification. Passons.

Mais que révèle plus précisément l'acte de se masturber devant ces victimes? Nul autre qu'un profond mépris, une véritable hostilité, une haine incommensurable des femmes, en plus de leur objectivation à son apogée:
« sois belle et tais-toi; je m'occupe du reste... poufiasse. »

Pour ces prédateurs, la présence seule d'une femme suffit à déclencher un comportement sexuel, voire criminel. On se calme la testostérone, s'il vous plaît. Comme le disait à propos l'humoriste Tiffany Haddish samedi dernier - première humoriste afro-américaine à animer Saturday Night Life (il était temps) -, « si tu sors ton machin-truc et qu'elle est encore habillée, you're wrong! »  Visionnez cet extrait (40 sec.)

Autrement dit, mieux vaut garder son pénis dans son pantalon. Ça fait vraiment plus professionnel.

Un retour du balancier?
Or dans l'oeil de cette tempête médiatique qui ravage tous les milieux - cinéma, politique, sports, etc. -, sommes-nous réellement en train d'assister à un revirement de situation, un changement d'époque, un véritable bouleversement des mentalités?

Les fruits du féminisme, maintenant plus que centenaire, sont-ils mûrs, prêts à être enfin cueillis et savourés pleinement par cette société du 21ième siècle?

Car non seulement un nombre effarent d'hommes abusifs tombent massivement - de haut, brusquement et très rapidement -, mais les femmes semblent s'élever, elles, en revanche, prendre du terrain, accédant progressivement au pouvoir. Plusieurs prennent la parole, s'expriment ouvertement (voir "NOW is female"). D'autres joignent les rangs du pouvoir, notamment lors des dernières élections municipales, il y a quelques jours à peine, où un nombre record de mairesses ont été élues au Québec, dont Valérie Plante, première femme à la tête de Montréal. (On fête le 375ième en passant.)

Et cette montée féministe ne semble que (re)commencer. Un autre début d'un temps nouveau, comme le chantait allègrement Renée Claude dans les années 70? Ou est-ce simplement que le karma... is indeed a bitch.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…