Passer au contenu principal

La pauvreté, ça use, ça use...

La pauvreté, ça use, ça use... 
La pauvreté, ça use les souliers

Et comment. D'une part, parce qu'on les achète déjà usagés, dans les friperies de ce monde de surconsommation et le Village des Valeurs du quartier - qui a grandement augmenté ses prix ces dernières années, soit dit en passant -
« Quoi! Douze piasses pour cette guenille?! Come on! ». Mais aussi,  c'est incontestable, les pauvres marchent. Ne possédant pas de voiture, de vélo ou même, dans plusieurs cas, de carte de métro - plusieurs n'ont pas les 83$ à la fin du mois -, on marche pour aller à l'épicerie du coin, on courre aussi après les spéciaux... « Bon, check l'autre quétaine avec sa circulaire, pfft! »

Mais la pauvreté, j'ai remarqué, ça use également l'âme. Même que je ne me reconnais plus, parcelle de moi-même, piètre reliquat de ce que j'étais auparavant. C'est ce lourd sentiment d'impuissance acquise qui, à la longue, rogne les restes d'optimisme et d'humanité. Tranquillement, le feu intérieur s'éteint, et qui bon sang a les moyens de le rallumer?

Et en plus on devrait sourire - « Souriez ma p'tite dame, vous avez l'air bête! » -, avoir l'air aimable, émaner le bonheur, irradier la joie de vivre, heureuse de respirer l'air de la ville de Montréal durant ce 375è, question d'attirer les ondes magnétiques positives - merci au fabuleux "Secret" des lois de la physique quantique. Eh bien, je vous emmerde.

Je rencontre plein de femmes autour de moi qui n'ont pas du tout envie de rire, de sourire, ou même d'avoir l'air gentille ces temps-ci. Elles sont à bout, au boutte de leur rouleau. Certaines se demandent comment elles vont faire ce mois-ci pour acheter le lait du p'tit, d'autres, comment elles réussiront à entasser le magot dont elles ont besoin pour déménager seule (enfin seule) et laisser ce conjoint. D'autres encore cherchent infatigablement comment se sortir de cette merde; précarité d'emploi, dettes, discrimination, abus de langage en plus des commentaires sexistes et désobligeants, toujours surchargée, surmenée mais sous-payée... name it, la liste est longue.

C'est sans parler de l'ambiance générale mondiale, de ces fous narcissiques-histrioniques racistes et misogynes qui mènent le monde. Guerre nucléaire de gros ego et paranoïa sans frontières. Bonjour anxiolytiques et antidépresseurs.

La pauvreté, ça use, ça use... 
La pauvreté, ça use l'humanité
(Tout le monde ensemble!)...

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…