Passer au contenu principal

«Y'ont juste à s'prendre en main»


Au début des années 90, j'oeuvrais en santé mentale en milieu communautaire. Étudiante à temps plein, je cohabitais alors avec mon frère aîné, devenu par la suite un richissime courtier à Wall Street. Nos visions du monde étaient loin d'être similaires, c'est le moins qu'on puisse dire. À propos des gens souffrant de maladie mentale et de cette pauvreté inhérente, enchevêtrée aux problèmes de toxicomanie et d'itinérance, mon grand frère affirmait haut et fort, à qui voulait bien l'entendre : « Y'ont juste à s'prendre en main ».

La santé mentale et l'argent 
Facile à dire (le grand) quand tout se passe bien. Mais lorsque les aléas et les coups durs de la vie "éveillent" ou précipitent certaines prédispositions génétiques, c'est autre chose. Sommes-nous réellement tous nés égaux, porteurs d'un bagage héréditaire que personne ne choisit ?

Les gens qui souffrent d'un trouble de santé mentale, passager ou chronique, sont continuellement appelés à « demander de l'aide », particulièrement durant les semaines de prévention en santé mentale ou du suicide. Logique, pas vrai ? Mais , bon sang ?

Clairement, lorsqu'une période difficile ou qu'une crise éclate dans votre vie, un suivi régulier auprès d'un.e médecin s'avère nécessaire, ou tout le moins souhaitable. « Parlez-en à votre médecin », nous répètent inlassablement les innombrables publicités de produits pharmaceutiques. Parfait, on est tous d'accord. Encore faut-il en avoir un.e. Or, en avril dernier, on estimait qu'un demi-million de Québécois.e.s attendaient toujours de trouver un médecin de famille, le délai étant de 404 à 556 jours.

Ensuite, si vous n'avez pas d'assurances, ou les moyens financiers de payer vous-même les consultations psychologiques - 100$ la séance environ? -, votre médecin fera alors une demande de soutien psychologique. Temps d'attente moyen ? Six mois... Si vous souffrez d'anxiété, de dépression, voire êtes suicidaire, bonne chance pour tenir le coup jusqu'à cet appel vital. D'ici là, vous devrez sans doute vous replier sur une ligne téléphonique d'urgence, sinon sur vous-même. Ayoille.

Si vous n'avez pas déjà abouti à l'urgence, ou n'êtes pas passé à l'acte, les services psychologiques auprès d'une "intervenante" - oubliez les psys, membres de l'Ordre - seront limités à quelques 6 ou 10 rendez-vous. Encore une fois, empressez-vous de reprendre du poil de la bête, le temps est compté.

Et si, comble de malheur, vous avez besoin d'aide financière de dernier recours durant cette crise personnelle, voire existentielle, vous devrez de surcroît demeurer actif durant une pitoyable recherche d'emploi. Peut-on pousser l'humiliation plus loin ? (Lire "Un jour sombre pour la dignité des personnes assistées sociales" - Françoise David, après l'adoption du honteux projet de loi 70 par 76 députés de l'Assemblée nationale supposés représenter les intérêts réels et véritables de la population québécoise.)

J'entends déjà au loin la critique « non, non, cela ne s'applique pas à ceux qui ont une contrainte au travail ». D'accord. Vous l'aurez (peut-être) ce précieux formulaire lorsque vous aurez (possiblement) demandé de l'aide, un jour, quand vous aurez (finalement) vu un.e médecin, laquelle contrainte sera ensuite revue et corrigée (id est ajustée à la baisse) par le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Tout cela, sachant pourtant que 54% des bénéficiaires quittent l'aide sociale après un an. Un peu de répis, monsieur le Ministre Blais, pour les gens qui sont déjà dans la merde, ça ne vous dit pas, non ?

Printemps 2014
Mon grand frère ne « croyait » pas en la maladie mentale. Comme plusieurs, il prétendait que tout, dans la vie, était une question de volonté, d'ambition, d'investissement rentable de son temps et, éventuellement, d'un retour proportionnel aux efforts déployés. Pourtant, cela ne l'a pas empêché de s'enlever la vie en avril 2014, 25 ans après le suicide de notre père, aux prises tous les deux avec une dépression majeure. Il avait 49 ans. Mon père, lui, 55.

Même riche à Manhattan, suivi par un médecin, des assurances en poche, entouré de ses enfants qu'il adorait, et malgré tous ses efforts investis dans cette vie confortable et profitable, mon grand frère n'a pas su voir la lumière au bout du tunnel. L'argent ne fait pas le bonheur, certes, il ne guérit pas non plus la dépression majeure.

Imaginez maintenant lorsque vous êtes pauvre, démuni et que vous avez faim. « Se prendre en main » ? Vraiment ? Est-ce que tout ce que ça prend ?

En plus d'importants fonds et de reconnaissance envers les infirmières et toutes ces femmes qui se démènent sur le terrain de la santé et de la détresse humaine, il faudra également injecter une bonne dose de compassion et d'empathie dans notre système de santé. Mais pour cela, ne comptez surtout pas sur l'apathique et arrogant Dr. Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux au Québec, ce n'est pas du tout sa spécialité.

NON à la loi 70
Tous unis pour mettre fin aux paradis fiscaux
Chaque voix compte

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…