Passer au contenu principal

L'Homme avec sa grosse hache


J'ai tenté de plonger avec bonheur philosophique dans le documentaire, dit « docutopique », La possibilité d'être humain (2014), réalisé par les français Pablo Girault et Thierry Kruger, portant sur les changements de société depuis l'industrialisation, la surconsommation et la perte de sens du travail. Même que d'entrée de jeu, on remettait en question « l'Homme avec sa grosse hache » de destruction. Ataboy, sortez le popcorn.

Pourtant, à la fin de ce machiste documentaire de 75 minutes, je voyais rouge. Au point tel que j'allais m'ouvrir un compte sur Facebook expressément pour envoyer un message de bêtises - à caractère hautement féministe - aux deux réalisateurs, mais j'ai finalement décanté ma colère avec un verre de rouge. Fuck Facebook.

Pas une seule femme dans le film! Je répète, pas une seule. Vous croyez que j'exagère? Explorez la liste du chic casting intellectuel exclusivement masculin. Une femme apparaît, oui, aux cotés d'un homme qui parle intelligemment, mais on ne lui demande jamais, précisément, ce qu'elle en pense, elle. Une citation d'une femme apparaît en cours de route, la belle affaire.

Comment peut-on traiter de la possibilité d'être humain en excluant la moitié de la population, 50% de l'espèce humaine en effet? Comment est-il possible de discuter du sens du travail sans demander l'avis aux femmes, qui en font, quel que soit le pays ou la nation, beaucoup plus que les hommes, non-rémunéré par surcroît? Mais c'est quoi ce « docutopique » à la con les mecs?!

Et que dire du machisme de nos cousins français? À titre d'exemple, dans une scène (hilarante je l'avoue), deux hommes du Sud s'engueulent - comme seuls nos cousins savent le faire- et l'un d'eux dit à l'autre: « Hey bien, j'fais c'que j'veux, moi monsieur! Vous, vous baisez votre femme comme bon vous semble dans votre maison... alors! » Tourné en 2014, je le répète.

Pour en finir avec l'Homme
Il y a belle lurette que je rage contre les « droits de l'Homme », « Terre des Hommes », et toutes ces appellations machistes. Même qu'un jour, après avoir souligné tous les mots Homme qui apparaissaient dans un livre à réviser à l'université, je me suis prise la tête avec la prof qui tentait de me convaincre: « c'est dans le sens philosophique qu'il faut l'entendre ». « Eh bien, les philosophes devraient eux aussi s'adapter », avais-je rétorqué, « on est au 21ième siècle... simonaque. »

La solution est d'ailleurs fort simple et à la portée de tous: les droits humains, ou de la personne, l'humain, l'humanité, l'être humain, l'organisme humain, les individus de l'espèce humaine, ou encore, comme l'avait fait Denis Villeneuve dans l'un de ses brillants films durant sa course autour du monde (Europe-Asie), portant sur des bibittes quelque part dans le désert, Les zumains. Why not coconut. Ça inclut tout le monde.

Car non, même dans le sens philosophique, on ne sent pas incluses, nous, les femmes, dans le mot Homme. Imaginez le contraire un seul instant (on a bien le droit de fabuler quelques secondes): les droits de la Femme, au nom de tous les humains. Jamais, au grand jamais, cela n'aurait pu se produire dans toute l'Histoire de l'Humanité.

Cri du coeur aux philosophes (et aux deux réalisateurs français): y'en a marre de l'Homme avec sa grosse hache.

Messages les plus consultés de ce blogue

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde, mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! … Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs, - neuf ! un vrai harem - bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter – ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage…

Maripier Morin: la dissonance «belle-mauvaise»

Oubliez la pandémie, la COVID-19 et ses effrayants variants, comme 501.V2  ou B.1.351. Oubliez les sans-abri, les itinérants et la crise du logement. On n’en a, ces jours-ci, au Québec, que pour l’affaire Maripier Morin et son récent passage à l’émission Tout le monde en parle . Ça ne s’invente pas.  Plusieurs professionnels de l’image, des relations publiques et des tactiques de communication ont été appelés à se prononcer sur diverses tribunes, à étayer leurs analyses et leur expertise, à savoir si le retour de la belle animatrice est une bonne affaire ou pas (lire entre autres Le mea culpa de Maripier Morin ne convainc qu’à moitié , Le Devoir , 4 mai 2021).  D’une part, disons-le franchement, s’il s’agissait d’un homme, d’un agresseur, d’un intimidateur ou d’un « graineux » de verre, il n’aurait jamais été invité sur le plateau de l’émission dominicale. (Ou est-ce que tous ces messieurs ont refusé l’invitation l’automne dernier ?)  Maripier Morin est non seulement une très belle je