Passer au contenu principal

Le printemps misérable


Y a pas à dire, dix ans après la bruyante grève étudiante de 2012, que l’on appela exagérément le « printemps érable » au Québec, celui-ci ne passera définitivement pas à l’histoire, sous l’étiquette de « printemps misérable ». 

Crise climatique, réchauffement de la planète, crise du logement, hausse abusive des loyers, inflation fulgurante, hausse époustouflante du coût de la vie (et c'est loin d'être fini), manque de place en garderies, français menacé, prédominance de l’anglais, interminable « Quebec bashing » du « Rest of Canada », arrogance du pouvoir, dépenses folles et inflationnistes du gouvernement caquiste – seulement 6% de la population n’ont pas reçu les 500$ électoralistes du dernier budget –, et tout le reste, sans oublier évidemment cette crise sanitaire dont on s’extirpe péniblement, faisant encore, chaque jour qui passe, plusieurs morts. Nommez-les, les problèmes, c’est plein. 

Malgré tout ça, malgré d’innombrables sources d’indignation, on fait quoi, nous autres, au Québec, pour se faire entendre ? Eh bien, attention tout le monde, on organise des manifestations silencieuses, des marches calmes, gentilles, harmonieuses et bienheureuses. 

On est polis en titi, ici. Polis, soumis, souriants, obéissants. On demande calmement. On est bien élevés, nous autres, vous voyez. Et par-dessus tout, on n’aime ni la chicane ni les confrontations. Pour ces raisons, on trouve toujours un consensus bienveillant. C’est même dans notre ADN, apparemment. Notre tissu social est ainsi fait, tissé « d’insouciance et de légèreté ». 

Et après avoir pris des belles photos pis des selfies pendant l’aimable « manifestation » en question et les avoir partagés abondamment sur les réseaux sociaux pour montrer aux autres qu’on s’implique réellement dans notre société distincte fort agréable, on rentre tranquillement à la maison. Rien de terrifiant, donc, rien de menaçant à l’horizon. Tout ce beau monde se retrouvera assurément lors de la prochaine parade ou marche « mondiale ». 

Pendant ce temps, au Parlement, du haut de l’Assemblée nationale, le premier ministre du Québec François Legault, lui, est mort de rire. Trônant toujours dans les sondages, dans les intentions de vote du scrutin d’octobre prochain, il jette un coup d’œil rapide à ces marches au loin et retourne tout de go à sa véritable priorité : se faire réélire. 

En septembre 2019, alors qu’on parlait pourtant d’une marche « historique » rassemblant près d’un demi-million de personnes, qu’est-il arrivé depuis, dans les faits ? Rien, absolument rien. Même que nous régressons. Mais rassurez-vous, cher peuple mou en attente de solutions : « Votre appel est important pour nous. » 

-----
Photo : Sylvie Marchand, « Things are only gonna get worse », collant, graffitis et art de rue dans le « chic Plateau français », Montréal, avril 2022.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an