Passer au contenu principal

Super Bowl: imaginez sans danse



On aime beaucoup la musique de Dr Dre et d'Eminem, mais soyons francs. Si vous retirez les 115 danseurs du spectacle de la mi-temps du Super Bowl de dimanche dernier, réglés au quart de tour, ainsi que tous les figurants sous-payés* pour l’évènement, il reste six rappeurs (cinq hommes et une femme), aujourd'hui assez âgés, mettons, qui peinaient à bouger et à se déplacer sur ces décors en petites maisons et qui ressortaient leurs vieux succès des années 90-début 2000. Je dis ça comme ça mais, SANS DANSE, ce show aurait été assez ordinaire et même franchement banal. Vive la danse et les danseurs professionnels ! 

Qui a volé le show de cette grand-messe (très lucrative) de la NFL ? Non, ce ne fut pas le « très attendu » Eminem avec, en plus, son genou au sol – beau clin d’œil en effet, mais non. C’est plutôt 50 Cent (prononcé Fi’ty, svp), plus précisément, la très charismatique danseuse professionnelle qui ouvrait son segment surprise – il n'avait pas été annoncé par Dre. Quand tu bouges, vibres, brilles, danses et te déhanches comme ça, tu éclipses tout, absolument tout le reste sur ton passage, y compris le rappeur au centre de la scène, et tu peux tout te permettre. Yes baby, it's your birthday.

Non, les danseuses (y compris dans le milieu du rap et du hip-hop) ne sont pas des « guidounes » qui dansent pour de l’argent. C’est un art, simonac, encore trop peu reconnu, toujours malmené et mal rémunéré. Et non, tout le monde ne sait pas danser simplement parce qu'ils sont capables de marcher. (Avez-vous vu certaines vedettes bouger à la télé ? S'essayer dans une mini-chorégraphie peu sentie pour ouvrir leur émission au petit écran en faisant juste un pas de côté ? Épouvantable.) 

« Private Dancer. A dancer for money. I'll do what you want me to do  » de Tina Turner de 1984 ?! Revenez-en ! RESPECT. Oui, R-E-S-P-E-C-T, du grand respect pour la danse, les danseuses et les danseurs, svp. Sans eux, ce show de la mi-temps aurait été fort pitoyable.

*À lire (en anglais) : The Greatest Superbowl Halftime Controversy Since Janet And Justin Exposes Cracks In The Dance Industry (Forbes, 13 fév. 2022)

***

Aussi : Snoop Dogg accused of sexual assault... (USA Today, 11 fév. 2022). Soulignons au passage que la présumée victime serait une ancienne danseuse qui travaillait, en 2013, pour le chanteur qui, lui, était néanmoins sur scène dimanche dernier. Pas d'annulation ni de scandale. Mais le sein à Janet Jackson exhibé en 2004, ça oui, ça porte le nom de « Nipplegate » – (Elle France, 13 fév. 2022, dans la section La vie des people du magazine. Ayoille.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en