Passer au contenu principal

Bioéthique: qu’est-ce qu’on fait avec les résistants?


C’est une question extrêmement importante, soulevée notamment par le journaliste et animateur Patrick Lagacé à l’émission Nos années 20 : Doit-on continuer de soigner les antivax, et tous ceux qui résistent au vaccin, d’ailleurs, au détriment d’autres citoyens qui attendent des soins et des traitements urgents, une chirurgie par exemple ? 

Adhésion vs résistance 

Une très forte majorité de Québécois ont adhéré aux mesures sanitaires émises par la Santé publique et déjà reçu un vaccin contre la COVID-19, en tendant volontairement le bras : 78,9% de la population a reçu au moins une dose de vaccin (15 oct. 2021).

Cette majorité silencieuse écoute non seulement la science et les faits, mais se comporte en citoyen responsable, en respectant toutes les mesures et les restrictions mises en place, au nom de la collectivité, des choix faits pour notre société. 

Or, on le sait, une poignée d’individus seulement demeure réfractaire à recevoir un vaccin. Qu’ils soient négationnistes, complotistes, conspirationnistes, antivaccins, effrayés par l’injection, ou autre raison, ils choisissent sciemment, jusqu’à présent, de ne pas se faire vacciner, de ne pas recevoir un vaccin gratuit et efficace, facilement accessible dans ce pays riche, privilégié et pas trop mal organisé. (C’est discutable, vous me direz, mais passons.) 

Soit. C’est votre choix, on respecte votre décision. Maintenant, pourriez-vous signer un formulaire de consentement éclairé, svp ? 

« Je, [Machin Chouette], refuse de recevoir un vaccin gratuit contre la COVID-19 et m’engage solennellement, si je contracte cette maladie, à défrayer tous les coûts encourus par les traitements, tous les frais liés à mes soins et, le cas échéant, à mon hospitalisation, en allant me faire soigner au privé. » 

Non ? Ça ne vous intéresse pas de signer un tel document ? Bon d’accord, allons-y avec une date butoir alors ; par exemple, le 15 novembre prochain. 

À partir de cette date, tout citoyen qui n’est pas vacciné indiquera que ça relève clairement d’un choix personnel, et donc, ça devient votre responsabilité. Il faut assumer ses choix dans la vie, de même que les conséquences, pas vrai ? 

Ainsi, si vous contractez la maladie (que vous y croyiez ou pas), vous devrez nécessairement aller vous faire soigner au privé, payer vous-même pour les soins et traitements, puisque notre système de santé public, déjà très fragile et sur le point de se désagréger, ne pourra plus vous recevoir, vous comprenez. 

Justice sociale et médicale 

Pourquoi des citoyens responsables et pleinement vaccinés devraient-ils payer de leur poche des milliers, voire des dizaines de milliers de dollars pour se faire soigner au privé, et enfin recevoir une chirurgie dont ils ont cruellement besoin pour fonctionner et opérer dans la société, pendant que d’autres, eux, qui nient précisément la science, les données scientifiques et les faits bénéficient gratuitement des fruits de cette science, de cette expertise de la médecine et des bons soins en général qu’ils dénigrent ? 

Cela ne fait aucun sens. Ni éthiquement ni moralement. 

Cessons de punir les bons citoyens en attente de soins, en plus d’épuiser le personnel soignant à coup de temps supplémentaire obligatoire, d’exploitation ouvrière et de pressage de citron, pour une poignée d’individus qui ne «croient» pas, de toute manière, en la science. 

La patience populaire a des limites. Il est temps de poser de sérieuses questions éthiques et d’agir au plus vite.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an