Passer au contenu principal

Ô Canada, soufflez plus fort !


Dear "Rest Of Canada", Cher pays d’à côté, 

Cette campagne électorale fédérale n’intéressait à peu près personne, hormis, bien entendu, les médias, les chefs des partis, les candidats et quelques concitoyens. 

Déclenchée en plein mois d’août, auprès de votre gouverneure générale qui ne parle même pas notre langue, cette campagne électorale était, comme d’habitude, d’une platitude exorbitante ; mêmes discours creux, même manque de courage politique, mêmes cassettes électorales, tout cela pour que Justin Trudeau vienne nous faire des beaux yeux. 

D’une platitude, donc, ce l’était, jusqu’à ce que la bombe tombe. 

La question immensément chargée de la médiatrice du débat des chefs en anglais de jeudi dernier n’avait évidemment rien d’anodin. Et voilà que cette question « loadée » à souhait a fait décoller cette campagne électorale en créant un véritable tollé. 

Notre premier ministre François Legault était en beau fusil vendredi dernier. Le peuple québécois aussi. « Quoi ? On nous traite encore d’intolérants et de racistes ! Ça va faire ! » Nous ne sommes pas juste tannés, nous sommes très fâchés d’être continuellement attaqués, ridiculisés. 

Or, pour ma part, je vous dis, s.v.p., continuez ainsi. Oui, oui, vous m’avez bien compris, please, go on, dear ROC

Ô Canada ! 

Ô Canada, soufflez plus fort encore sur la braise de colère qui subsiste timidement au cœur de mon peuple. Rallumez ardemment ce feu qui sommeille en nous, car non, ladies & gentlemen, rien n’est mort. 

Allez-y, people, foncez, frappez, tirez de tous bords tous côtés, mettez le feu à nos poudres. Videz votre sac au complet, étalez au grand jour votre réel mépris du peuple québécois. Crachez sur nous comme bon vous semble, faute de pouvoir saisir ou même juste de vouloir comprendre. 

Ô Canada, « continuez », par la même occasion, « d’avancer » dans la bonne direction, en célébrant toutes les diversités du monde. Ouvrez grand les bras à l’autre, avec bienveillance toujours, embrassez généreusement toutes les opinions et les différences, sauf les nôtres bien sûr. 

Soyez de fiers Canadiens, multiculturalistes, ouverts à toutes les langues, à toutes les cultures, les religions et les causes, excepté la langue française, la culture québécoise et notre réel désir d’un État laïc. 

Aimez tous les gens de la Terre, tous les peuples, tous les individus, la planète entière, sauf les frogs du Québec. 

Yes, dear ROC, continuez ainsi, je vous en supplie. 

Peut-être que votre perpétuel Quebec bashing finira par raviver la flamme nationaliste des Québécoises et des Québécois. Peut-être rallumerez-vous ainsi le feu de l’indignation qui dort tranquillement au sein de notre nation. 

Peut-être que votre mépris à notre égard, votre profonde incompréhension, votre totale indifférence au fond, finiront par exciter la fierté nécessaire pour nous lever enfin. 

Peut-être qu’à force de se faire frapper dessus, le peuple québécois ripostera, se soulèvera, portera fièrement l’épée (sans croix), reprendra le combat. 

Peut-être qu’à la longue verrons-nous tellement rouge qu’on virera tous bleu, en clamant, en réclamant et criant haut et fort : « INDÉPENDANCE ! ». Nous pourrions en ressortir glorieux. 

D’autant plus que, cette fois-ci, il semble clair que vous ne viendrez pas vous mêler de nos affaires, par une quelconque ingérence, un « Love Fest » ou un «Love-In », if you know what I mean. 

So yes, baby, bring it on, comme on dit.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an