Passer au contenu principal

« Quoi qu’il arrive », sauf pour les pauvres


Au printemps dernier – merci à la pandémie –, Radio-Canada avait débrouillé sa chaîne d’information continue, RDI. Mais depuis le 30 juin dernier, c’est fini, RDI pour tous. Il faut maintenant s’abonner.

Fuck les pauvres !, et l’accès à l’information gratuite, enfin presque.

Or, que voulez-vous qu’il arrive de plus, pour débrouiller une chaîne d’information d’État accessible à tous ? On est en pleine pandémie ! … La deuxième vague s’en vient sûrement – peut-être même un tsunami, mais bon, il est difficile de voir la vie en rose ces temps-ci, ni une quelconque couleur de l’arc-en-ciel, d’ailleurs.

En plus de cette crise sanitaire sans précédent, du moins de notre vivant, n’oublions pas la crise climatique qui se poursuit. Car, de ce côté, il n’y a toujours rien de réglé. Ou ai-je manqué quelque chose ?

Et c’est sans parler de la crise économique… Quoi ? Il n’y a pas de crise économique, vous dites ? Attendez quelques mois encore, ça va péter de tous bords tous côtés. Non seulement nos gouvernements dépensent des trillions de dollars ici et là pour « faire rouler l’économie », mais plusieurs travailleurs et commerçants, au centre-ville de Montréal comme ailleurs, en arrachent sérieusement et savent pertinemment qu’ils ne pourront pas tenir ainsi jusqu’à Noël.

Alors je demande sérieusement, à notre société d’État, quelle crise de plus faudrait-il pour avoir accès à de l’information crédible, pertinente et vérifiée ? De quessé qui devrait arriver de plus pour offrir cette information, dont nous avons tous besoin, aux moins nantis de la société ?

Vous croyez que les pauvres et les indigents sont tous branchés et câblés ? Eh bien, détrompez-vous. Certains d’entre nous, pauvres miséreux qui survivons sous le seuil de la pauvreté au Québec – c’est-à-dire moins que la fameuse PCU alors que nous travaillons – n’avons ni câble, ni télé, ni tablette, ni abonnement, ni téléphone intelligent, encore moins une connexion Internet en tout temps sur notre minable cellulaire.

Et saviez-vous que les services des bibliothèques publiques demeurent très réduits depuis le début de cette pandémie ? L’accès aux journaux est impossible en ce moment, et celui à des postes Internet se limite à 30 minutes. Et oubliez les cafés, dans bien des cas, c’est juste pour emporter…

Alors on fait quoi maintenant ? On s’informe où au juste ? Sur les réseaux sociaux ? Êtes-vous malades !

Et RDI, n’est-ce pas un des nombreux fruits de notre société d’État servant précisément à « mieux [n]ous informer » ?

Car pour plusieurs d’entre nous, les émissions de télé accessibles sur la chaîne de Radio-Canada avec des vedettes et des animateurs insignifiants, on n’en a rien à cirer, vous voyez. On veut de l’information, nous autres. On désire se renseigner. Ne manque que la vraie accessibilité, pour toutes et tous, même les pauvres.

Et je crois même qu’il s’agit là de votre mandat et responsabilité, « quoi qu’il arrive ».

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an