Passer au contenu principal

COVID-19 est en ville…


Montréal – Jeudi 12 mars dernier, cela faisait seulement quelques heures que je n’avais pas accès aux nouvelles. Pas de radio, pas de télé, pas de journaux, rien. Et pourtant, en quittant le travail, en marchant simplement sur le trottoir, la tension était déjà palpable. « Qu’est-ce qui se passe ?, ai-je pensé. Bon, ça y est, c’est commencé… »

En quelques heures, quelques minutes à peine, tout a viré. Et les êtres humains étant ce qu’ils sont, très rapidement, le ton a changé…

« Avance, câlisse ! », grogne un homme derrière une dame âgée à l’épicerie du coin.

« Check chéri, y’a pu de riz ! »

Mais si, il reste du riz, c’est plein. C’est celui en spécial qui a disparu, comme d’hab, comme à chaque semaine. Calmez-vous un instant, prenez une grande respiration.

L’autre, lui, a empilé des boîtes et des boîtes de pizzas surgelées dans son panier. Il tient d’une main maladroite et nerveuse sa tour de Pise chambranlante de pizzas… Un homme lui demande : « Vous êtes un dépanneur, vous ? » … Je crois qu’il ignore tout de ce qui se passe en ce moment.

Vendredi 13, en fin de journée, comme d’habitude, j’ai pris le métro pour aller courir les « spéciaux » – il y a une place en ville où ils vendent de la bonne bouffe à 50% avant de fermer pour le weekend. En temps normal, c’est le bordel, beaucoup de monde, des chicanes, une longue file d’attente et le boss sur place qui gère les mauvais comportements des clients. Là, pas un chat, enfin deux ou trois chats seulement, pas de file d’attente, pas d’attroupement de gens svp, on passe tout de suite.

Les caissières portent enfin des gants. L’argent, c’est sale en ta…, en plus de tous ces gens qui vous parlent de trop proche, qui postillonnent… Arrgh. Ce sont aussi toutes ces travailleuses et ces travailleurs, les petits salariés comme moé, qui vont écoper. Mais bon, j’ai quelques provisions et j’ai déjà eu faim. Depuis, « prepare for the worst and hope for the best » est mon adage.

En rentrant à la maison, toujours en métro, ce serait habituellement le rush, entassés comme des sardines, un vendredi en fin d’après-midi. Mais là, personne. On doit être dix dans le wagon. Et manifestement, personne n’entend à rire non plus. Là encore, le stress est tangible.

Une femme portant un masque et DEUX paires de gants, des bleus et des transparents, monte dans le wagon. Du coup, la tension aussi… Est-elle porteuse du virus ? Juste hypocondriaque ? Paranoïaque ? Les gens se scrutent de haut en bas, se dévisagent… Et surtout, ne pas parler, ne pas poser de questions, ne pas tousser, ne pas se moucher, ça pourrait facilement allumer un brasier.

Métro Papineau, j’aperçois un itinérant couché sur un banc. La vie des itinérants a-t-elle aussi changé brusquement depuis jeudi dernier ? Et si oui, comment ?

Comme j’ai tranché de ne pas aller au gym pour un boutte – en temps normal, je trouve ces appareils sales, imaginez maintenant –, je suis allée jouer dehors. Mon bout de ville était aussi vide que le centre-ville.

Retour à la maison, je m’emmitoufle dans mes draps pour lire Partir pour raconter (Boréal, 2019) de la journaliste Michèle Ouimet, qui me transporte avec elle au Rwanda, en Iran, au Pakistan, en Afghanistan, rencontrer des talibans, etc., avec son voile, sa burqa ou encore sa veste pare-balles. À chaque chapitre, je me dis : « Est malade, elle ! »

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en