Passer au contenu principal

Les femmes dans l’espace public


Pendant des siècles, les hommes en position de pouvoir, les élites de la société patriarcale ont contrôlé et instrumentalisé les femmes, les maintenant ainsi à l’écart de la politique, du réel pouvoir, des prises de décision, du travail rémunéré, tout comme des universités, des idées, des débats de société, bref, loin de l’espace public.

En raison de leur nature définie, à tort, faible, impressionnable et secondaire, les femmes devaient somme toute se taire, se contenter d’être la « reine du foyer », remplissant par là même leurs « obligations naturelles », celles prescrites par l’Église catholique et le pouvoir politique en place. Les femmes ne pouvaient que régner silencieusement dans leur maison, « faire de la famille », c’est-à-dire beaucoup d’enfants, tout en s’occupant allègrement des tâches ménagères, travail non-rémunéré, cela va sans dire, pourtant essentiel au capitalisme patriarcal*.

Pour être considérées « normales », les femmes devaient par ailleurs se montrer dociles, muettes, soumises, disponibles (sexuellement principalement), servir généreusement leur mari et leurs enfants, dans un acte de tendresse, de bonté, d’oubli de soi absolu, sorte de sacrifice maternel exemplaire dénué de tout désir sexuel, à l’instar de la « Vierge Marie ».

Or depuis quelques décennies maintenant, les femmes ont investi massivement l’espace public, les universités, le marché du travail, le pouvoir politique, les médias, le monde sportif, etc. Mais la résistance au changement, elle, demeure néanmoins bien présente, profonde, lourde, puissante, n’ayant sans doute d’égal que ces siècles de domination masculine. N’est-ce pas là le principe des actions réciproques de Newton ?

Encore aujourd’hui, les femmes qui occupent et qui investissent l’espace public dérangent. Pour plusieurs, ces femmes représentent un « affront » à la bonne vieille norme dominante des siècles antérieurs qui définissait alors le rapport entre les sexes.

Les attaques et les propos violents, dont les femmes publiques sont la cible, vont d’ailleurs en ce sens. On cherche sans cesse à remettre les femmes « à leur place », à les « renvoyer dans leur foyer », sinon « dans leur pays » (alors qu’elles sont bien souvent d’ici), ou encore à aller « se faire baiser » ou bien même « enculer », sans doute par « l’homme de la situation » qui l’attend à la maison.

Encore aujourd’hui, au XXIe siècle, on tente inlassablement de dévaloriser les femmes, de les inférioriser, de les réduire à leur corps, à leur image, à leur âge, à leur apparence, tout cela dans le but de les faire taire, de les anéantir, de les réduire encore au silence.

Or, une chose est sûre : les femmes ne reculeront pas. Pas même d’un iota. Vous savez combien de générations de femmes se sont battues, avant nous, pour obtenir le droit d’occuper l’espace public ? Tous les espaces publics ?

Plus que jamais les femmes doivent être présentes, partout, être vues, entendues, consultées, considérées, participer activement à la vie publique, et ce, dans toutes les sphères de la société, dans toutes les organisations, que l’on soit d’accord ou non avec leurs opinions.

Les femmes, répétons-le, ne sont pas que des corps, un simple objet sexuel, un réceptacle, une possession. Elles possèdent elles aussi une intelligence, des idées, des aptitudes, des compétences, vous savez ?, comme les hommes. On appelle ça des êtres humains, l’espèce humaine, le genre humain, si vous préférez.

Et les femmes exigent depuis belle lurette les mêmes droits que les hommes, notamment celui de penser, de parler, de critiquer. Pensez-vous qu’on va finir par y arriver, que nous atteindrons un jour l’égalité ?

*** 

« L’infériorité des femmes n’est pas un fait de la nature, nous le répétons, c’est une invention humaine, c’est une fiction sociale » – Maria Deraisme (1828-1894)

-----
* À lire, l'essai de Silvia Federici, Le capitalisme patriarcal (La Fabrique, 2019).

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an