Passer au contenu principal

Résolution (non-négociable) pour la télévision


C’est le temps des résolutions, et j’en ai une cruciale à proposer aux médias en général, mais principalement aux artisan-e-s de la télévision - surtout après ce Bye bye conçu entièrement par un immense Boys Club (vous devriez avoir honte, messieurs) : On veut des femmes à la télévision en 2019 !

C’est simple, non ?

Des femmes en charge, des femmes qui conçoivent, pilotent, animent des émissions, des femmes qui déménagent, qui brassent la cage et la barraque.

On veut des émissions conçues, écrites, réalisées, animées, name it, par des femmes, avec une, deux, trois animatrices et leurs complices. Des émissions qui traitent d’art, de culture, de politique, d’économie, de tout ce qui passe dans l’actualité, quoi, et ce, dans une perspective féminine, voire féministe.

Car il y en a mauditement marre de tous ces hommes (blancs, évidemment) qui parlent sans cesse, inlassablement, trop même, à la télévision.

Vous n’êtes pas tannées, vous autres ? Sincèrement ?

Faut-il encore les énumérer, ces émissions de télé et de radio pilotées par des hommes (un, deux, ou même quatorze) ? Tout le monde en parle, Deux hommes en or, Les francs-tireurs, Infoman – qui se transforme en piètre marionnette pour politiciens le 31 décembre -, Laflaque, La soirée est (encore) jeune, et les autres, sans oublier toutes ces émissions de sport, chargées de la « norme-testostérone ».

Y’en a marre aussi des maudites vedettes - du vedettariat tout court, soit dit en passant, mais il semble que ce soit encore dans l’air du temps -, de l’interminable autopromotion, des émissions creuses de frenchage, des wannabes, et de tous les autres en devenir.

Nous, les gens ordinaires, le peuple oui, on a d’autres priorités que la « célébrité », les émissions de vedettes à toutes les sauces imbuvables, et l’art factice de générer des clics, entre autres, amorcer un virage environnemental drastique au plus sacrant, et éventuellement, se donner un pays.

Alors, en attendant qu’on parle enfin des vraies affaires, je vous lance des titres, comme ça, question, peut-être, d’inspirer les artisan-e-s de la télé ou d’autres gros joueurs de l’industrie (Bonjour M. Lespérance), sait-on jamais…

Les grandes yeules (une gang de femmes qui s’obstine chaque semaine, c’est-à-dire qu'elles discutent, échangent et se prennent la tête sur différents sujets d’actualité à la télé)

La bande des bitchs (« ’Est malade, elle ! Ça ne passerait jamais à Radio-Canne. »)

La grande baveuse et ses emmerdeuses (une émission pilotée par Nathalie Petrowski bien entendu, qui, chaque semaine, accompagnée de ses précieuses complices, cassent toutes ensemble la barraque de l’actualité. Imaginez comment on serait nombreux à écouter ça !)

Deux femmes en ta… (au lieu de Deux femmes en or, ça existe déjà – c’est un film quétaine, non ? Et ça remplacerait enfin le titre immonde, Deux filles le matin, tsé, l’émission de fifilles, le matin en plus, même pas le soir)

Ou encore, La journée est (pas mal) avancée (même principe que l’émission des boys, mais ce sont des femmes à place qui jasent ensemble pour ne rien dire d’important du tout).

Somme toute, des émissions hautement féminines, parsemées d’informations pertinentes, de rubriques intéressantes, de capsules journalistiques, humoristiques, socio-politiques, économiques, etc., bref, l’actualité vue par des femmes, simonac ! Ce n’est pourtant pas compliqué, non ? Les hommes y seraient également invités – calmez-vous le pompon un instant, les garçons -, et ce, à 40%, là où commence la fameuse zone paritaire. Si c’est bon pour nous…

Pensez-y, donc. Car il serait grand temps d’arriver au 21ième siècle et de voir enfin des femmes, de toutes les couleurs, grandeurs, formats, etc. à la télévision, pas vrai ? On est bien en 2019 là, non ?

Alors enwoyez, déguédinez !

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an