Passer au contenu principal

Des coquelicots et du grandiose


À chaque fois, c’est pareil. À chaque manif, c’est la même chose. Les gens arrivent lentement, l’air inquiet, incrédule, un tantinet désorienté. « Cherchez-vous la manif, monsieur ? », demandais-je à l’homme au regard inquisiteur, en train de siroter un p’tit corsé dans les Jardins Gamelin. Consterné, il déclara tout de suite être « déçu du peu de gens présents ». « Ne vous inquiétez pas, monsieur. Dans quelques minutes, vous verrez, comme par magie, tout cela se mettra en branle. Ils sortiront de partout et de nulle part, et cette manif, soudainement, comme si de rien n’était, prendra forme. » « Hum... On verra si vous avez raison, mais permettez-moi d’en douter », répondit-il. « Bon, un autre défaitiste, crisse », pensais-je sans mot dire. Quand c’est rendu que même les gens qui participent à des manifs sont pessimistes, c’est que ça va mal à la shop de l’espoir et des grands changements à venir.

En attendant la synergie, du momentum, mais d’abord le départ officiel de cette troisième marche citoyenne La planète s’invite dans la campagne, j’ai piqué une jasette avec des femmes qui désiraient « comprendre » ma pancarte, des jeunes de 13-14 ans qui font du journalisme amateur sur YouTube - qui m’ont parlé du mode de scrutin et de la promesse non tenue de Justin Trudeau (ça m’a retapé l’espoir dans le temps de le dire) -, et Marc, un homme de la génération X, qui, tout comme moi, se demande depuis quelque temps déjà : « Mais qu’attendent les Québécois-es pour monter sur leurs grands chevaux ? »

Et c’est justement avec la police montée sur de superbes chevaux noirs à nos côtés, que nous avons parlé de colère, d’indignation, de pouvoir citoyen, de son implication dans le Parti vert, de surconsommation, de décroissance, de propagande, de Fidel Castro, de l’essai Faire l’économie de la haine d’Alain Deneault, ainsi que des tâches que son ex-conjointe lui donnait à faire les weekends... Bref, pas besoin de vous dire qu’on n’a pas vu le temps passer. Ce fut, disons-le, un échange plutôt animé.

Le plus beau dans tout ça ? Des citoyens qui se rencontrent, qui se parlent tout simplement, face à face, sans téléphone, au centre-ville de Montréal, tous rassemblés pour une cause commune. Déjà, moi, j’appelle ça du merveilleux.

Et encore ce samedi, c’est arrivé. Ils se sont amenés par centaines, et même par milliers. Des gens, des vrais, se sont déplacés pour cet événement non partisan. Il y avait des jeunes, des moins jeunes et des « anciens jeunes » (comme aiment à dire mes amis p’tits vieux d’Hochelag’ – « On n’est pas vieux, on est des anciens jeunes ! »), des comédiennes aussi, des artistes, des personnalités publiques et des vedettes qui font des recettes à la télé. Et pourtant, là encore, pas un mot dans les médias traditionnels. Faut-il développer une théorie du complot ? ...

Samedi 15 septembre, nous étions apparemment 1500. Radio-Canada en a parlé.

Samedi 22 septembre, certains ont avancé des chiffres de 4000 à 5000 personnes... aucune idée. Or, merci au documentariste Mario Jean, vous pouvez visionner son superbe reportage, avec, pour trame, le manifeste « Nous voulons des coquelicots », lu par la comédienne Véronique Côté.

Samedi 29 septembre, on parlait de 7000 personnes. Là encore, je l'ignore. Mais j'y ai vu du grandiose à l’œuvre, en mouvement...
*** 
« Son œil voit le grandiose dans chaque geste de résistance sur lequel il se pose, comme une lumière qui jaillit de l'ombre. Le merveilleux nous éblouit alors que nous pensions être morts pour de bon, abdiqués sous le poids des massues en béton armé d'indifférence. Et soudainement, nous nous levons, tout simplement, l'heure de l'éveil a sonné. » (Tiré du site MADOC, du même documentariste... à visiter.)

Samedi 6 octobre, l’événement deviendra La Planète s’invite au Parlement.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique. Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin. Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment. Car voyez-vous, Izzy, 19 an